LÉPIDOPTÈRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Morphologie et biologie

L'adulte

La piéride du chou (Pieris brassicœ), que l'on prendra comme type, est un papillon blanc très commun pendant la belle saison. Les ailes antérieures s'ornent seulement à leur face supérieure d'une tache apicale noire pour les mâles, tandis que les femelles possèdent en plus deux ou trois taches circulaires, noires également. Le couplage des ailes antérieures et postérieures est de type amplexiforme, comme chez les autres papillons diurnes : il n'y a aucun organe de coaptation spécial, et le couplage est réalisé par une simple adhésion entre les deux ailes rendue efficace grâce à la forme particulière de l'aile postérieure dont la région costale est élargie près de la base en une dilatation (lobe huméral) qui a pour effet d'augmenter la surface de contact entre les deux ailes. Les papillons nocturnes présentent d'autres modes de couplage des ailes : couplage par frein (frenulum) ou couplage par joug (jugum). Les antennes des piérides sont simples, en forme de tige renflée en massue à l'extrémité ; il n'en est pas de même pour tous les papillons, dont certains ont des antennes dentées ou pectinées.

Papillon

Vidéo : Papillon

Cycle vital du papillon : l'exemple de la piéride du chou.La piéride du chou, qui a pour nom savant Pieris brassicae, se développe par une métamorphose en trois phases.La première phase de son cycle vital débute par la ponte de ses œufs ; la larve qui s'en extrait s'alimente de feuilles de... 

Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Afficher

Les pièces buccales forment une trompe, enroulée en spirale à l'état de repos ; lorsqu'elle est déroulée, elle peut prélever le nectar des fleurs. Cette trompe est constituée uniquement par les galéas des maxilles, démesurément allongées et creusées sur leur face interne de deux demi-gouttières dont l'accolement délimite le canal alimentaire. L'union des deux moitiés de la trompe est réalisée par deux coaptations (M. Charlanes et R. Gaumont, 1960). La coaptation antérieure (dorsale) se réduit à une rangée de longues soies qui se croisent et assurent ainsi l'étanchéité du canal mais ne jouent pas un rôle important dans l'accrochage des deux maxilles. Ce rôle est assuré par la coaptation postérieure (ventrale) qui est formée d'une double rangée de très nombreux crochets (jusqu'à trois mille chez Herse convolvuli) souvent munis d'un talon qui assure une union très précise et solide des deux organes droit et gauche. Les deux pièces de la coaptatio [...]

Pieris : Tête et trompe

Dessin : Pieris : Tête et trompe

Tête et trompe de Pieris 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Papillon héodes

Papillon héodes
Crédits : Pal Hermansen/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Homochromie chez un papillon

Homochromie chez un papillon
Crédits : Art Wolfe/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Chenille de papillon

Chenille de papillon
Crédits : Cathy Keifer/ Shutterstock

photographie

Chrysalide

Chrysalide
Crédits : Art Wolfe/ Stone/ Getty Images

photographie

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  LÉPIDOPTÈRES  » est également traité dans :

MERIAN ANNA MARIA SIBYLLA (1647-1717)

  • Écrit par 
  • Denis LAMY
  •  • 959 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Son voyage scientifique et son apport majeur à l’entomologie »  : […] En 1685, Maria Merian quitte Francfort et son mari, et, accompagnée de sa mère et de ses deux filles, rejoint Caspar Merian, son demi-frère, dans la communauté pieuse et monastique des labadistes (secte anabaptiste créée par Jean de Labadie), au château de Waltha dans la Frise (république des Provinces-Unies). Après la mort de son frère et de sa mère, elle va s’installer à Amsterdam en 1691. En 16 […] Lire la suite

PHÉROMONES

  • Écrit par 
  • Charles DESCOINS
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « Les phéromones sexuelles d'insectes »  : […] Chez les lépidoptères, de mœurs crépusculaires ou nocturnes, la phéromone sexuelle est produite par la femelle vierge à un moment précis du nycthémère : c'est le comportement d'appel . Cette période d'émission correspond à celle où les mâles sont les plus réceptifs à la perception de ce message chimique, grâce à des récepteurs spécialisés situés sur leurs antennes. Il en résulte une attraction s […] Lire la suite

POLYMORPHISME, biologie

  • Écrit par 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Philippe L'HÉRITIER, 
  • Étienne PATIN, 
  • Lluis QUINTANA-MURCI
  •  • 11 330 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Mise en évidence »  : […] Que certains génotypes soient moins aptes que d'autres à survivre et à laisser une descendance est bien évident, pour l'espèce humaine, dans le cas des tares héréditaires graves telles que l'achondroplasie, l'idiotie amaurotique ou l'hémophilie. Chez toutes les espèces, on connaît également de nombreux gènes, souvent récessifs, qui sont qualifiés de létaux ou de sublétaux parce qu'ils interdisent […] Lire la suite

SPÉLÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Philippe RENAULT, 
  • Raymond TERCAFS, 
  • Georges THINÈS
  •  • 11 746 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les trogloxènes »  : […] Considérés à l'origine et par Racovitza lui-même comme des animaux « égarés » dans le milieu souterrain, les trogloxènes ont fait l'objet d'études de plus en plus systématiques qui ont permis de définir avec précision leur situation écologique très particulière. Dans la classification de M. Pavan (1950), les trogloxènes sont définis comme des formes qui peuplent par hasard le milieu souterrain et […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert GAUMONT, « LÉPIDOPTÈRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lepidopteres/