LUGONES LEOPOLDO (1874-1938)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un « poète socialiste »

Leopoldo Lugones naît à Villa María del Río Seco, petit village colonial de la province de Córdoba en Argentine, dans une vieille famille « créole ». Enfant prodige, lecteur vorace, il compose très tôt des poèmes qu'il déclame en public avec une grande éloquence. À dix-huit ans, il entre dans le journalisme, profession qu'il exercera jusqu'à sa mort, et il dirige un journal anticlérical et anarchisant El Pensamiento libre (La Libre Pensée). En 1895, il participe à des grèves d'étudiants, organise l'action directe contre le pouvoir établi et fonde un centre socialiste. Ses dons de poète et d'orateur commencent à être connus et, en 1896, ce « libéral rouge, subversif et incendiaire » s'installe à Buenos Aires : il entre au grand quotidien La Tribuna et fonde le journal socialiste La Montaña.

C'est à ce moment-là que se situe sa rencontre décisive avec Rubén Darío, pape de la nouvelle chapelle poétique, le modernisme. Lorsqu'en 1897 Lugones publie Las Montañas del oro (Les Montagnes de l'or), Darío salue l'événement et consacre ce jeune « poète socialiste » qui apparaîtra, un temps, comme le chef de file de l'avant-garde littéraire argentine. Pourtant, que ce soit dans ce recueil ou dans les suivants : Los Crepúsculos del jardín (1905, Les Crépuscules du jardin), Lunario sentimental (1909, Lunaire sentimental) et Odas seculares (1910, Les Odes séculaires), le « socialisme » n'apparaît guère. Comme tous les poètes modernistes, Lugones réagit contre le débile et insipide romantisme espagnol. La haute idée qu'il se fait de la poésie le conduit à donner la primauté absolue à la forme et à réaliser des prouesses techniques. Il taquine le vers plus souvent que la Muse. Un lexique fastueux et inouï, une métrique spectaculaire et sonore, une rime opulente font de son œuvre poétique une éblouissante machine quelque peu hiératique dont les lignes sont rarement déplacées par l'émotion.

Lugones a la passion des formes poétiques et des nobles vertus du langage. Il s'enthousi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé d'espagnol, maître assistant à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification

Autres références

«  LUGONES LEOPOLDO (1874-1938)  » est également traité dans :

HERRERA Y REISSIG JULIO (1873-1910)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 185 mots

Poète uruguayen, Herrera y Reissig, tout en restant l'un des maîtres indiscutés de l'école moderniste, fut aussi au point de départ des tendances extrêmes de la poésie contemporaine, tant par son audace verbale que par la riche étrangeté de son vocabulaire et par l'ampleur de son inspiration, qui dépassent de loin les normes en cours à son époque où règnent l'art nouveau, le modernisme hispano-amé […] Lire la suite

QUIROGA HORACIO (1878-1937)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 774 mots

Écrivain uruguayen, Horacio Quiroga inaugure le réalisme magique dans la littérature latino-américaine. Il naquit à Salto, le 31 décembre 1878. Adolescent, il admire Gutiérrez Nájera, Bécquer, et connaît Leopoldo Lugones qui sera son idole. Il commence sa carrière littéraire, à Montevideo, avec un recueil poétique, Los Arrecifes de coral , 1901 ( Les Récifs de corail ) et fait partie d'un groupe d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean ANDREU, « LUGONES LEOPOLDO - (1874-1938) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/leopoldo-lugones/