SACHER-MASOCH LEOPOLD VON (1836-1895)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un suprasensuel

« Je vois que vous êtes vraiment plus qu'un romantique normal, vous ne restez pas en deçà de vos rêves, vous êtes l'homme que vous vous imaginez, serait-ce folie que de l'accomplir » (La Vénus à la fourrure).

Leopold von Sacher-Masoch est né à Lemberg en Galicie, province polonaise rattachée à l'Empire autrichien. Son père, Leopold Sacher, Autrichien, d'ascendance peut-être espagnole, était préfet de police de Lemberg, puis de Prague et, enfin, de Graz. Sa mère, Ukrainienne, était la fille du docteur Franz von Masoch, qui, craignant de voir s'éteindre son nom, fit prendre aux Sacher, en 1838, le nom de Sacher-Masoch. À sa naissance, le jeune Leopold fut confié à une nourrice ukrainienne, Handscha, dont les chants et les récits le marquèrent profondément : « Je ne t'ai jamais oubliée, comme je n'ai jamais oublié les contes que tu m'as dits, les airs que tu m'as chantés. » Encore enfant, à Lemberg en 1846, à Prague en 1848, il est le témoin des mouvements révolutionnaires qui agitent l'Empire autrichien. À Graz, il étudie le droit, puis l'histoire, publie en 1856 L'Insurrection de Gand sous l'empereur Charles Quint. Ses aventures féminines sont nombreuses. Une liaison de quatre ans avec Mme de Kottowitz s'achève par un échec : « Dorénavant, je ne croirai plus à la fidélité d'une femme. » Il transpose cette expérience dans La Femme séparée, qui connaît un rapide succès. Il écrit des contes, forme le projet d'un grand cycle de nouvelles, Le Legs de Caïn, qui devait représenter toute l'existence de l'homme et comprendre six thèmes : l'amour des sexes, la propriété, l'État, la guerre, le travail, la mort. Il ne cessera d'y travailler toute sa vie, sans parvenir à l'achever. En 1869, il rencontre Fanny Pistor, signe avec elle un contrat par lequel il s'engage « sur sa parole d'honneur [...] à être l'esclave de Mme de Pistor et à exécuter absolument tous ses désirs et ordres, et cela pendant six mois » ; il l'accompagne en Italie, déguisé en domestique. Rentré à Graz, il écrit La Vénus à la fourrure (1870), qu'il tente à [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : philosophe, psychanalyste, ancien élève de l'École normale supérieure

Classification


Autres références

«  SACHER-MASOCH LEOPOLD VON (1836-1895)  » est également traité dans :

SADISME ET MASOCHISME

  • Écrit par 
  • Dominique JAMEUX
  •  • 3 940 mots

« Le désir de faire souffrir l'objet sexuel – ou le sentiment opposé, le désir de se faire souffrir soi-même – est la forme de perversion la plus fréquente et la plus importante de toutes. » Par cette phrase, apparue tôt dans son œuvre (1905), Freud attirait l'attention sur un ensemble de comportements érotiques d'une importance considérable tant pour l'étiologie et la thérapeutique des névroses q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sadisme-et-masochisme/#i_38386

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude RABANT, « SACHER-MASOCH LEOPOLD VON - (1836-1895) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopold-von-sacher-masoch/