COHEN LEONARD (1934-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Suzanne

Né le 21 septembre 1934 à Montréal, au Québec, dans une famille de la classe moyenne d'ascendance russo-polonaise, Leonard Norman Cohen grandit à Westmount, un quartier anglophone de Montréal. Son père, Nathan Cohen, propriétaire d'un magasin de vêtements, meurt alors que Leonard a neuf ans. L'enfant reçoit une éducation tournée vers la religion. À l'adolescence, il apprend à jouer de la guitare et lit les poètes – Federico García Lorca, William Butler Yeats... – ainsi que Jean-Paul Sartre et Albert Camus.

Pendant ses études d'histoire à l'université McGill, il fait partie d'un trio de country music et de folk, The Buckskin Boys. C'est à cette époque qu'il donne les premières lectures de ses poèmes dans une boîte de nuit de Montréal, sur un accompagnement de jazz. Dans les années qui suivent, il écrit des poèmes, réunis dans Let Us Compare Mythologies (1956), un recueil qui est édité grâce à une souscription lancée dans le journal de l'université.

En 1959, une bourse allouée par les affaires culturelles du gouvernement canadien lui permet de se rendre en Europe. Il séjourne quelque temps à Londres, puis en Grèce, où il loue une maison sur l'île d'Hydra ; il y restera sept ans. En 1961, il publie le recueil de poèmes The Spice-Box of Earth, qui le rend célèbre, et qui est suivi en 1963 par un premier roman, The Favourite Game. En 1964 sort un nouveau recueil de poèmes, très controversé, Flowers of Hitler (curieusement traduit en français par Des fleurs pour Hitler, au lieu de Fleurs de Hitler). Deux ans plus tard, il publie son deuxième roman, Beautiful Losers (Les Perdants magnifiques), chroniques proustiennes de la vie quotidienne dans le quartier juif de Montréal.

Partagé entre le berceau de la civilisation et le Nouveau Monde, il achève ses études à la Columbia University de New York. En mars 1966, lors d'une session poétique au YMCA de New York, il chante deux de ses poèmes, Suzanne et The Stranger. Ses lectures de poèmes se tran [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  COHEN LEONARD (1934-2016)  » est également traité dans :

CANADA - Arts et culture

  • Écrit par 
  • Andrée DESAUTELS, 
  • Roger DUHAMEL, 
  • Marta DVORAK, 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Constance NAUBERT-RISER, 
  • Philip STRATFORD
  • , Universalis
  •  • 25 025 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le réalisme magique »  : […] Les écrivains qui ont recours au mode du merveilleux ou du mythopoïétique illustrent la récurrence du réalisme magique dans les cultures postcoloniales situées en marge de la production littéraire des métropoles. Si le réalisme magique était l'une des manifestations du modernisme et du surréalisme, il explose littéralement dans les années 1960 en Amérique latine et dans les Antilles, et se répand […] Lire la suite

FOLK

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 936 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Folk et protest songs »  : […] Après la Seconde Guerre mondiale, les années du maccarthysme sont émaillées de luttes syndicales, auxquelles Woodie Guthrie participe, tout comme Pete Seeger (1919-2014), un autre artiste militant . Cette chanson politique va déboucher sur les protest songs new-yorkaises de Bob Dylan (né en 1941) et de Tom Paxton (né en 1937). Dans les années 1960, ces deux chanteurs sont de toutes les luttes ant […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain POULANGES, « COHEN LEONARD - (1934-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonard-cohen/