STRAUSS LEO (1899-1973)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un philosophe politique

Quiconque avoue, face à la prise en charge par les sciences de la politique dans les États modernes et face à l'expérience totalitaire de notre temps, qu'une des tâches de la pensée consiste à redécouvrir le politique, à le repenser dans sa consistance propre et dans son rapport au philosophique ne peut faire l'économie d'une confrontation avec l'œuvre de Leo Strauss. Lire les textes de Strauss apprend à discerner les contours, à repérer les positions des noms qui ponctuent la tradition ou la bouleversent, apprend à percevoir, par-delà le passage par cette même tradition, la présence d'une interrogation récurrente qui porte sur la possibilité d'une interrogation philosophique dans le domaine politique contemporain. Sous le couvert de l'érudition et de l'histoire de la pensée politique, Strauss énonce les deux questions constitutives, selon lui, de la philosophie politique : quelle est, en vérité, la nature des choses politiques ? quel est le meilleur régime politique, l'ordre politique juste et bon ?

Si toute philosophie peut s'appréhender comme une scène, l'énoncé même de ces deux questions délimite déjà l'espace de pensée ouvert par Strauss et les protagonistes qu'il choisit d'affronter. Il mène un combat sur plusieurs fronts dont les enjeux sont au cœur de la crise de notre temps.

D'abord contre le positivisme contemporain qui, à partir de la distinction entre faits et valeurs, jette le discrédit sur toute forme de pensée qui procède par évaluations et ne reconnaît la qualité de science qu'aux formes de connaissance qui se proclament éthiquement neutres. C'est le cas de Max Weber, « le plus grand sociologue de notre siècle », selon Strauss. Ce n'est pas tant l'opposition de l'être et du devoir-être qui fonde la rupture entre faits et valeurs que la conviction, propre au polythéisme des valeurs, qu'il ne peut pas y avoir de connaissance authentique du devoir-être. Enfin, le positivisme, sous ses différentes formes, prétend rompre avec les illusion[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : agrégé de science politique, professeur émérite de philosophie politique à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot
  • : professeur de philosophie en classes préparatoires, Paris

Classification


Autres références

«  STRAUSS LEO (1899-1973)  » est également traité dans :

DE LA TYRANNIE (L. Strauss) et CORRESPONDANCE (L. Strauss-A. Kojève)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 341 mots

C'est en 1939 que Leo Strauss (1899-1973) publie sa première étude sur Xénophon ; en 1948 (traduite en français par Hélène Kern et publiée en 1954) paraît son étude sur le Hiéron du même auteur sous le titre De la tyrannie augmentée d'un essai d'Alexandre Kojève (Tyrannie et sagesse) et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-la-tyrannie-correspondance/#i_89189

TÉMOINS DU FUTUR. PHILOSOPHIE ET MESSIANISME (P. Bouretz)

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 1 010 mots

: qui d'Athènes ou de Jérusalem, du philosophe ou du prophète, détient la vérité (L. Strauss) ? Après Auschwitz, comment l'homme peut-il être encore disponible pour une rencontre avec un Dieu auquel on dit « Tu » (M. Buber) ? Le silence de Dieu s'explique-t-il par l'impuissance de celui qui a désormais remis la garde du monde aux mains de l'homme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temoins-du-futur-philosophie-et-messianisme/#i_89189

Voir aussi

Pour citer l’article

Miguel ABENSOUR, Michel-Pierre EDMOND, « STRAUSS LEO - (1899-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leo-strauss/