MALET LÉO (1909-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Surréalisme et noirs desseins

Né le 7 mars 1909 à Montpellier, d'un père employé de bureau et d'une mère couturière qui décèdent quatre ans plus tard, Léo Malet est élevé par son grand-père, un tonnelier passionné de littérature et admirateur de Jaurès. Après son certificat d'études, il travaille dans une banque, tout en vendant Le Libertaire, ce qui lui vaut d'être licencié. À seize ans, il quitte l'Hérault natal pour Paris où il est accueilli par l'anarchiste André Colomer, fondateur de L'Insurgé. C'est l'époque des vaches maigres et des petits boulots : manœuvre, « nègre » d'un maître chanteur analphabète, laveur de bouteilles, plâtrier, vendeur de journaux à la criée, etc. Léo Malet écrit aussi des textes poétiques qu'il envoie à André Breton.

Enthousiaste, celui-ci lui fait part de son désir de le rencontrer. Malet devient membre du groupe surréaliste et fréquente outre Breton, Bataille, Dalí et Magritte. Il publie des plaquettes de poèmes aux titres évocateurs (Ne pas voir plus loin que le bout de son sexe, J'arbre comme cadavre, Hurle à la vie...), adhère à la Fédération internationale de l'art révolutionnaire indépendant fondée par Trotski et Breton. Arrive la guerre. Prisonnier au stalag XB, il est libéré huit mois plus tard grâce à l'intervention du docteur Desmond, regagne la capitale, renoue avec la vache enragée mais aussi avec Jacques Prévert (qui l'avait fait figurer dans Le Quai des brumes) et Louis Chavance. Celui-ci, scénariste et directeur de collection, lui suggère d'écrire des romans policiers. Il s'attèle à la tâche, d'abord sous des pseudonymes et dans des décors inspirés du roman noir américain (Johnny Metal, 1941 ; La Mort de Jim Licking, 1942). Deux ans plus tard, il met bas les masques en même temps qu'il laisse derrière lui les conventions romanesques d'un genre qui, à de rares exceptions près, se traîne à la remorque du Whodunit, le roman à énigme anglais. Après un refus et deux changements de titres, 120, rue de la Gare paraît en novembre 1943, plaçant so [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MALET LÉO (1909-1996)  » est également traité dans :

POLICIER ROMAN

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE, 
  • Jean TULARD
  •  • 16 578 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'école française »  : […] Après la Seconde Guerre mondiale, le roman noir américain va influencer beaucoup de romanciers français et, plus tard, les générations des années 1970-1980. Mais les vrais pères du « néo-polar » sont sans aucun doute Léo Malet (1909-1996) et Frédéric Dard (1921-2000). Ancien surréaliste, Malet, en 1941, avait commencé à écrire, sous pseudonymes américains, des récits censés se dérouler aux États- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-policier/#i_94080

Pour citer l’article

Robert DELEUSE, « MALET LÉO - (1909-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leo-malet/