LENTIVIRUS

O.G.M. - Production et utilisation

  • Écrit par 
  • Louis-Marie HOUDEBINE
  •  • 4 084 mots

Dans le chapitre « Les techniques d'obtention des O.G.M.  »  : […] Un gène est une molécule d'une taille relativement grande et qui ne peut que difficilement entrer spontanément dans une cellule. Divers procédés artificiels doivent donc être mis en œuvre pour favoriser le transfert et l'introduction définitive d'un gène dans un organisme qui deviendra alors transgénique. Ces procédés sont différents selon les espèces auxquelles on s'adresse mais, dans tous les ca […] Lire la suite

PARKINSON MALADIE DE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 369 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Thérapie génique de la maladie de Parkinson »  : […] La thérapie génique consiste à introduire dans une cellule un gène étranger fonctionnel qui va remplacer un gène autochtone défaillant. Il existe de nombreuses tentatives de thérapie génique appliquée à des dysfonctions du système immunitaire, de la rétine, etc. Les débuts d’une telle expérimentation dans la maladie de Parkinson remontent à 1990. L’idée est d’utiliser un vecteur dérivé d’un lenti […] Lire la suite

RÉTROVIRUS

  • Écrit par 
  • Jean-Luc DARLIX
  •  • 2 627 mots

Dans le chapitre « Classification des rétrovirus comme agents pathogènes  »  : […] Cette classification est fondée sur des critères pathologiques, comme le type de maladie, son incidence et une éventuelle latence avant son émergence. Les deux classes de rétrovirus reconnus comme agents pathogènes sont aujourd'hui les oncovirus et les lentivirus . Parmi les oncovirus, qui sont en majorité des virus de type B ou de type C, on a pu identifier plusieurs sous-classes. Les oncoviru […] Lire la suite

THÉRAPEUTIQUE - Thérapie génique

  • Écrit par 
  • Olivier DANOS
  •  • 3 975 mots

Dans le chapitre «  Vecteurs rétroviraux »  : […] Les vecteurs dérivés de rétrovirus ont été utilisés chez l'homme dans environ 200 essais cliniques menés depuis 1989 sur près de 1 750 patients. Ils ont été à l'origine du premier vrai succès de la thérapie génique où un défaut génétique chez des patients atteints d'immunodéficiences combinées sévères a pu être compensé : il ne fut pas possible de continuer ces essais (2001) en raison d'effets sec […] Lire la suite