Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LEIBNIZ GOTTFRIED WILHELM

Sartre et Nizan s'amusaient à dessiner une monade au bain. Mais une monade peut-elle prendre un bain ? On dirait aujourd'hui : oui ! Car il n'est pas de monades sans organes. Les concepts de G. W. Leibniz, parfois étranges, demandent une grande attention aux textes et à leurs contextes. C'est sans doute pourquoi son œuvre connut une étrange destinée. Ce philosophe baroque, à la fois très connu et méconnu, est fondamentalement peu lu. Il est encore moins replacé dans le siècle de Louis XIV (1638-1715) avec son contexte européen fait de controverses scientifiques, philosophiques et politiques dont Leibniz fut une sorte de plaque tournante. Pourtant, la phénoménologie en a fait le précurseur de l'intentionnalité, tandis que la philosophie analytique salue en lui le logicien de génie, précurseur de Boole, fondateur de la logique mathématique. On admire en Leibniz, depuis Fontenelle jusqu'à Lévi-Strauss et Deleuze, le penseur universel conjuguant les disciplines, le génie rationnel et multiforme cherchant à concilier la raison avec les faits et les dogmes, l'inventeur de concepts mathématiques et métaphysiques, le philosophe du progrès des arts et des sciences en vue du bonheur du genre humain. On voit en lui le précurseur des Lumières, de l'Encyclopédie de Diderot et D'Alembert, de la logique formelle, de la cybernétique, ou du structuralisme.

La recherche leibnizienne a beaucoup progressé depuis un siècle grâce à l'édition de textes encore largement inconnus des grands commentaires du début du xxe siècle (Russel, Cassirer, Couturat). Penseur systématique, Leibniz n'est pourtant pas l'auteur d'un « système » à la manière de l'Éthique de Spinoza. On ne trouvera pas chez lui de propositions premières dont on pourrait déduire une doctrine d'ensemble. Leibniz, penseur du détail et des singularités, a toujours une vue d'ensemble. Mais son œuvre est dispersée, faite de fragments, d'opuscules, d'essais, de lettres, de programmes de recherche rédigés en latin et en français. Le philosophe a continué à modifier et à enrichir ses vues jusqu'à sa mort en 1716, avec cette constante exigence de clarté et de rationalité qui fait son style propre. C'est une œuvre vivante, faite de multiples « points de vue » ou perspectives, dont il faut retracer le devenir, plus proche des Variations Goldberg de Bach que d'une cathédrale gothique.

Des instruments pour la raison

G.W. Leibniz

G.W. Leibniz

Gottfried Wilhelm Leibniz, né le 1er juillet 1646, perd tôt un père professeur de sciences morales qui lui avait appris à lire dans des livres d'histoire. Il fut autorisé à vagabonder dans la bibliothèque paternelle malgré l'inquiétude de certains précepteurs alarmés par sa précocité. Il y acquit le goût de la libre recherche, voletant de poésie en philosophie, mathématiques, histoire, ou droit, selon un bon plaisir inséparable de son questionnement multiforme. Entré en classe de logique à douze ans, il s'enthousiasme pour l'art de la démonstration et les Catégories d'Aristote. Leibniz passe pour un prodige. Il entre à l'université de Leipzig en 1661, avant ses quinze ans. Il obtient son baccalauréat avec un mémoire resté célèbre sur le Principe d'individuation (1663). Toute sa vie, il reviendra sur cette question cruciale : qu'est-ce qui individue les êtres du monde, êtres vivants et existants, et les distingue des entités logiques et mathématiques invariables ? Puis il étudie les mathématiques à Iéna pendant un semestre. À son retour, il s'initie à la jurisprudence, cherchant à ordonner la profusion des exemples à l'aide de la logique, réclamant pour le droit la rigueur des démonstrations mathématiques. Il soutient plusieurs mémoires (De conditionibus, De complexionibus, De casibus perplexis in juris) qui lui valent[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeure des Universités, professeure de philosophie à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

G.W. Leibniz

G.W. Leibniz

<it>Présentation des membres de l’Académie des sciences par Colbert à Louis XIV</it>, Henri Testelin, d’après Charles Le brun

Présentation des membres de l’Académie des sciences par Colbert à Louis XIV, Henri Testelin, d’après Charles Le brun

<it>Candide ou l'optimisme</it>, de Voltaire

Candide ou l'optimisme, de Voltaire

Autres références

  • LEIBNIZ : CALCUL DIFFÉRENTIEL

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 212 mots
    • 1 média

    Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) publie en 1684 les détails de son calcul différentiel dans son traité Nova methodus pro maximis et minimis, itemque tangentibus. Il y reprend ses découvertes antérieures. Il avait introduit la notation moderne d'une intégrale dès 1675, calculé les dérivées...

  • MONADOLOGIE, Gottfried Wilhelm Leibniz - Fiche de lecture

    • Écrit par François TRÉMOLIÈRES
    • 844 mots

    G. W. Leibniz (1646-1716) n'a publié de son vivant qu'un seul ouvrage d'importance, la Théodicée (1710). La mort de Locke, en 1704, le dissuada de publier les Nouveaux Essais, en réponse à l'Essai sur l'entendement humain du philosophe anglais. Renommé dans toute l'Europe...

  • ABSOLU

    • Écrit par Claude BRUAIRE
    • 4 222 mots
    ...montrer que le système absolu, l'absolu comme système, loin de les résorber, leur confère l'être, puisqu'il est posé comme l'unique mesure de ce qui est. Le génie de Leibniz s'y est employé. Chaque être, explique-t-il, est sa détermination propre, intrinsèque, mais puisque toute détermination implique le...
  • AFFECTIVITÉ

    • Écrit par Marc RICHIR
    • 12 228 mots
    ...particulier de l'union universelle des idées avec leurs objets (M. Gueroult), devant être traité dans ce cadre plus global. Sur ce point, on le sait, Leibniz considère l'union de l'âme et du corps dans la monade – l'âme étant l'unité du corps et le corps le point de vue de l'âme – comme l' harmonie...
  • ARITHMOMÈTRE DE THOMAS DE COLMAR

    • Écrit par Valéry MONNIER
    • 1 104 mots
    • 1 média
    L’arithmomètre utilise le principe du cylindre cannelé inventé par Gottfried Wilhelm Leibniz en 1672. Chaque cylindre possède sur sa circonférence neuf dents de longueur croissante (pour les chiffres de 1 à 9 ; absence de dent pour le chiffre 0). Lorsque l’opérateur inscrit un nombre à l’aide de...
  • ART (Aspects esthétiques) - Le beau

    • Écrit par Yves MICHAUD
    • 5 576 mots
    • 6 médias
    ...Beau et Bien, qui aboutit à l'émancipation du champ esthétique, le moment leibnizien est particulièrement intéressant. En effet, il est significatif que G. W. F. Leibniz emploie indifféremment dans son vocabulaire les termes de Beau et de beauté. Pour lui, la beauté est l'unité dans la diversité, qui renvoie...
  • Afficher les 76 références

Voir aussi