LECTINES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Concanavaline A

Concanavaline A
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Électrophorèse

Électrophorèse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Isolectines

Isolectines
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Agglutination

Agglutination
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Structure et propriétés

Elles sont composées d'une ou plusieurs sous-unités associées par des forces non covalentes en une molécule polymère.

La mieux connue, la con A, est un tétramère dans lequel des ions métalliques interviennent dans l'assemblage des sous-unités et dans la configuration du site de liaison, configuration d'une grande importance pour son activité.

Concanavaline A

Concanavaline A

Dessin

Représentation schématique de la forme tétramérique de la concanavaline A proposée par Edelman (1972). Les sites de fixation des saccharides (G), sites agglutinants, sont localisés dans une invagination à caractère hydrophobe. Des ions manganèse et calcium sont également présents. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La phytohémagglutinine de Phaseolus vulgaris (PHA) est formée de la combinaison d'une sous-unité E érythroagglutinante et d'une sous-unité L leucoagglutinante. La première est synthétisée au début de la maturation de la graine, la seconde l'est en fin de maturation. Cinq isolectines existent : E4, E3L, E2L2, EL3, L4. Elles sont agglutinantes ou mitogènes selon que E ou L prédomine.

Électrophorèse

Électrophorèse

Dessin

Diagrammes électrophorétiques des lectines de « Phaseolus vulgaris » isolées par chromatographie d'affinité. À gauche (a), l'électrophorèse dénaturante en présence d'un détergent, le sodium dodécyl sulfate (SDS) provoque la dissociation des molécules polymères en leurs deux unités... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Isolectines

Isolectines

Dessin

Les cinq isolectines de « Phaseolus vulgaris », résultant de la combinaison de quatre sous-unités E ou L. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les lectines ont été classées selon leurs propriétés en agglutinantes, mitogéniques, toxiques, à rôle d'enzymes (chez Vigna radiata, une lectine purifiée possède une activité α-galactosidase) et en β-lectines. Ces dernières, formées d'une simple chaîne polypeptidique, semblent très répandues dans le règne végétal.

Les propriétés des lectines sont les suivantes :

1. Liaison avec les sucres. Elle est spécifique et propre à chaque lectine de sorte que la connaissance du sucre spécifique conditionne la mise en évidence de l'activité lectine. La détermination du sucre spécifique est déduite à partir de l'interférence avec la liaison de dérivés sucres appelés « haptènes » par analogie avec le terme immunologique. Cette spécificité fut d'abord étudiée sur les érythrocytes, et l'on a trouvé des lectines spécifiques des groupes sanguins, A, B, O, H, M et N.

Agglutination

Agglutination

Dessin

Comme on le voit dans la partie gauche du schéma, l'agglutination est le résultat de liaisons croisées entre les cellules par les lectines qui se fixent à des récepteurs spécifiques, les unités glucidiques de chaînes d'oligosaccharides saillant à la surface des cellules. L'agglutination... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

2. Agglutination des cellules. C'est la manifestation la plus visible de l'interaction des lectines avec les cellules. Pour qu'elle se produise, les lectines doivent posséder au moins deux sites de reconnaissance et de liaison avec les saccharides de surface des cellules animales ou autres (bactéries, virus, mycoplasmes, champignons [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Écrit par :

  • : professeur à l'université de Genève, directeur du département de biologie végétale

Classification


Autres références

«  LECTINES  » est également traité dans :

HISTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élodie BOUCHERON, 
  • Dominique CHRIQUI, 
  • Anne GUIVARC'H, 
  • Jacques POIRIER
  •  • 5 320 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'innovation méthodologique »  : […] Mais des outils supplémentaires actuellement utilisés en histologie moléculaire permettent d'observer les molécules in situ. – L'histochimie et l'histoenzymologie regroupent de nombreuses techniques permettant de mettre en évidence différents constituants chimiques des tissus (lipides, glucides, protéines, acides nucléiques, métaux, enzymes, etc.). Depuis les années 1970, l'histochimie a égalemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histologie/#i_89107

IMMUNITÉ, biologie

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF, 
  • Michel FOUGEREAU, 
  • Dominique KAISERLIAN-NICOLAS, 
  • Jean-Pierre REVILLARD
  •  • 21 516 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Différenciation des lymphocytes B »  : […] Au cours de l'ontogenèse, les cellules souches hématopoïétiques sont successivement localisées dans la vésicule ombilicale, puis dans le foie fœtal et finalement dans la moelle osseuse où leur activité se poursuit tout au long de la vie. Parmi ces cellules souches, certaines vont s'engager dans la voie de différenciation des lymphocytes B. Chez les oiseaux, les premières étapes de cette différen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immunite-biologie/#i_89107

IMMUNITÉ INTESTINALE

  • Écrit par 
  • François GERBE, 
  • Emmanuelle SIDOT
  •  • 5 197 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Identification des agents pathogènes par grandes familles »  : […] La nature des mécanismes permettant l’identification spécifique de chaque type d’agression a abouti à la découverte de nombreux récepteurs cellulaires dédiés à cette reconnaissance et nommés pattern recognition receptors ou PRR. Ces récepteurs, très variés et très fortement conservés au cours de l’évolution animale, fonctionnent grâce à leur capacité à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immunite-intestinale/#i_89107

RÉACTION INFLAMMATOIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc CAVAILLON
  •  • 4 576 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L’activation des cellules inflammatoires »  : […] Comment des cellules font-elles la différence entre des cellules saines et des cellules lésées ? Lorsque les tissus subissent une altération de leur intégrité associée à la mort de cellules, ces dernières libèrent des molécules que l’on appelle signaux de danger ou damage associated molecular […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reaction-inflammatoire/#i_89107

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques MIÈGE, « LECTINES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lectines/