LE TARTUFFE, MolièreFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans l'attente du « dévot personnage »

Le rideau se lève sur l'irruption tumultueuse d'une famille en désordre, comme emportée dans un carnaval terrible mené par un absent. Car Tartuffe ne vient pas. On en parle, on le décrit avec minutie, on l'admire, on le hait, on le craint, mais personne ne le voit encore. Le père entre. C'est Orgon alors interprété par Molière. Bouleversée, sa famille le voit soumis à une passion aveugle et destructrice, pris dans un état permanent d'exaltation, prisonnier de son choix, incapable de reconnaître Tartuffe, qu'il a installé chez lui, pour un imposteur. Faut-il rire de cette fantaisie ou pleurer de ce ridicule ? S'il ne croyait plus en Tartuffe, comme on croit en Dieu avec la foi du charbonnier, ou comme on aime d'amour, l'univers entier d'Orgon s'écroulerait. La pièce semble donc tourner autour du père de famille et de sa passion pour une ombre grasse, goinfre et rougeaude. Les deux premiers actes sont tout entiers consacrés à l'attente de Tartuffe. Au premier acte, chacun échange des arguments pro et contra. Les jeunes gens se disputent au deuxième, comme s'il fallait faire patienter le public, mais les spectateurs ne voient toujours pas le personnage scandaleux. La comédie renoue alors avec sa tradition : le père est intransigeant et colérique et veut marier sa fille (Mariane) à un homme qu'elle ne désire pas (Tartuffe) ; elle en aime un autre, plus jeune et plus vertueux (Valère). La servante Dorine s'en mêle, les jeunes gens se disputent, la servante les réconcilie.

Enfin, à la deuxième scène du troisième acte, descendant avec éclat l'escalier d'une maison qu'il semble déjà posséder, Tartuffe pénètre sur scène. Personne ne se trompe sur son hypocrisie, sauf Orgon et sa vieille mère, Mme Pernelle, interprétée en 1669 par le vieux Béjart. Tartuffe correspond exactement au portrait qu'on a fait de lui. Davantage, il déborde ce portrait : il veut tout, le pouvoir, l'argent, les femmes. Pas seulement Mariane, mais aussi Elmire, la femme d'Orgon.

Orgon [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  LE TARTUFFE, Molière  » est également traité dans :

TARTUFFE (mise en scène S. Braunschweig)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 187 mots

En 2003, Stéphane Braunschweig se confrontait à Molière avec une mise en scène mémorable du Misanthrope. Alceste, tyran et victime des autres mais surtout de lui-même, réactionnaire dans son dégoût de tout ce qui est « moderne ». Cinq ans après, à l'occasion de ses adieux au Théâtre na […] Lire la suite

LE TARTUFFE (mise en scène J.-M. Villégier)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 930 mots

Tartuffe ne serait-il pas, aussi, l'image insinuante et sombre d'une France malade ? Tartuffe ne pourrait-il point être l'une de nos constantes nationales : l'appétit de fausseté, le plaisir de vaincre par la force du calcul sordide ? Dès lors, ne peut-on pas trouver Tartuffe parmi les « collabos » vertueux et, un moment, triomphants ? Pour sa cinquième mise en scène au théâtre de l'Athénée-Louis- […] Lire la suite

LE MALADE IMAGINAIRE, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 712 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Masques et contre-masques »  : […] Si les circonstances ont fait du Malade imaginaire l’ultime pièce de Molière, on ne saurait pour autant la tenir pour une œuvre-testament, notion romantique assez éloignée de l’esprit du xvii e  siècle en général, et de celui de l’auteur en particulier. Il reste qu’on retrouve ici la plupart des thèmes, des ressorts dramaturgiques et des procédés comiques qui ont assuré le succès de Molière aupr […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « La comédie »  : […] Entre-temps, la comédie a opéré dans la hiérarchie des jugements poétiques une ascension considérable, au point de rivaliser en considération avec le genre tragique. Corneille et Rotrou avaient d’abord tiré de la comédie d’intrigue romanesque et de registre galant, dans le sillage de la commedia erudita italienne, un miroir flatteur et enjoué de la vie à l’âge des amours et des peines de cœur po […] Lire la suite

MOLIÈRE

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM, 
  • Alfred SIMON
  •  • 8 500 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Tartuffe » et « Dom Juan » »  : […] Plus encore que les comédiens de l'Hôtel de Bourgogne, le parti dévot semblait à Molière l'ennemi à combattre. Non pas simplement pour des motifs personnels. Mais puisqu'il concevait maintenant la comédie comme un tableau satirique de son temps, nul type moderne ne lui paraissait plus digne d'être porté à la scène que le dévot, nul danger pour la paix des esprits ne lui paraissait plus grave que l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian BIET, « LE TARTUFFE, Molière - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-tartuffe-moliere/