LE SOULIER DE SATIN, Paul ClaudelFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le flot débordant du verbe

Le verset claudélien, réplique poétique du verset biblique, propulse le texte d'un souffle à la fois sacré et puissant, tandis que sa souplesse et ses variations rythmiques préservent la parole de trop de raideur et de solennité : don balthazar. « Partez. rejoignez-le ! » doña prouhèze. « Seigneur, je vous ai déjà dit que je me suis placée non plus en ma propre garde, mais en la vôtre. » don balthazar. « C'est Don Pélage seul qui est votre gardien. » doña prouhèze. « Parlez. Dites-lui tout. » don balthazar. « Ah ! pourquoi vous ai-je donné si vite ma parole ? » doña prouhèze. « Quoi, la confiance que j'ai mise en vous, n'en êtes-vous pas touché ? Ne me forcez pas à avouer qu'il y a des choses que je ne pouvais dire qu'à vous seul. » don balthazar. « Après tout je ne fais qu'obéir à Don Pélage. » doña prouhèze. « Ah ! Que vous allez bien me garder et que je vous aime ! je n'ai plus rien à faire, on peut s'en remettre à vous ? Et déjà je concerte dans mon esprit mille ruses pour vous échapper. » (Première journée, scène V)

C'est le 27 novembre 1943 qu'eut lieu à la Comédie-Française la légendaire première du Soulier de satin, dans une mise en scène de Jean-Louis Barrault qui réduisait pour l'essentiel la pièce aux trois premières journées augmentées de la dernière scène de la quatrième. Les décors et costumes de cette monumentale machine théâtrale étaient dus au peintre Lucien Coutaud, la musique à Arthur Honegger. Les rôles de Prouhèze et Rodrigue étaient tenus par Marie Belle et Barrault lui-même. Ce n'est qu'en 1972 que Barrault réalisera Sous le vent des Baléares, autre titre de la Quatrième journée.

La véritable intégrale de la pièce (à la seule exception de la scène I de la deuxième journée) est due en 1987 à Antoine Vitez, au festival d'Avignon puis à Chaillot, avec Didier Sandre et Ludmila Mikaël da [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : écrivain, metteur en scène, maître de conférences à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  LE SOULIER DE SATIN, Paul Claudel  » est également traité dans :

LE SOULIER DE SATIN (mise en scène O. Py)

  • Écrit par 
  • Monique LE ROUX
  •  • 950 mots

« L'or et le rire », c'est sous ce double signe qu'Olivier Py a placé sa mise en scène du Soulier de satin de Paul Claudel, créée en 2003 au Centre dramatique d'Orléans dont il est directeur, puis jouée en tournée et à Paris au Théâtre de la Ville.La dernière grande pièce profane de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-soulier-de-satin/#i_25399

CLAUDEL PAUL

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 4 107 mots

Dans le chapitre « La gerbe »  : […] Toute cette période médiane de l'œuvre claudélienne est d'ailleurs placée sous le signe de l'amertume. La blessure de l'amour manqué dont Le Partage de midi nous rapporte l'histoire est aussi mal cicatrisée que l'autre blessure, faite par Dieu lui-même lorsqu'il a répondu non au jeune consul qui était prêt, en 1900, à troquer le monde pour le cloître chez les bénédictins de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-claudel/#i_25399

PY OLIVIER (1965- )

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 1 162 mots

Acteur, dramaturge, metteur en scène, Olivier Py est né à Grasse le 24 juillet 1965. Après des études de lettres au lycée Fénelon à Paris, il entre à l'École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre (E.N.S.A.T.T.), puis au Conservatoire national supérieur d'art dramatique en 1987. Parallèlement, il entreprend des études de philosophie et de théologie à l'Institut catholique de Pari […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/olivier-py/#i_25399

Pour citer l’article

David LESCOT, « LE SOULIER DE SATIN, Paul Claudel - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-soulier-de-satin-paul-claudel/