LE SERMON SUR LA CHUTE DE ROME (J. Ferrari)Fiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un huis clos

Une intrigue installée dans un bar corse auquel deux copains voudraient redonner une âme, des souvenirs d'agrégatifs de la Sorbonne à la fin du siècle dernier, l'effondrement des mondes, la sexualité retournée à sa nature de sauvagerie sordide, le tout orchestré par un professeur de philosophie féru de Leibniz et de pensée augustinienne : on pourrait imaginer que le livre se réduise à un mélange bien dosé de polyphonies insulaires et de nuits bleues, de dissertation en trois parties et de roman historique à l'ancienne pimenté d'aventures pseudo-rimbaldiennes. Autant de motifs qui feraient fuir l'amateur de littérature.

Or c'est le contraire qui advient. Pourquoi la critique a-t-elle privilégié, même si Jérôme Ferrari ne les nie pas, les marques de la « corsitude » dans ce roman, en rappelant à l'envi les anciennes amours de l'auteur pour le F.L.N.C. par exemple ? Un bar corse peut être en effet un lieu de rencontre pour des indépendantistes, et celui où Ferrari déroule son récit ne fait pas exception, mais il devient dans le roman l'archétype d'un huis clos où se dit le tragique universel. Le décor chargé d'une histoire familiale compliquée, figée dans l'implicite indéchiffrable de photographies anciennes, n'est que l'équivalent de Thèbes pour Eschyle, de la zone pour Bernard-Marie Koltès ou du Sud profond pour William Faulkner. Pas de pittoresque, pas de sociologie à trois sous de la famille corse, mais des êtres nus, seuls, traversés par des rêves qui se liquéfient, la violence et la passion, en un mot : le renoncement. On assiste alors au naufrage hors du temps des non-dits et du ressentiment qui corrompt les chairs. Le désespoir ou – ce qui est pire – son acceptation, naît de ce renvoi inéluctable aux limbes de l'Histoire, quand ne dérive plus à la surface de la conscience que l'épave des mondes trahis, quand vient la fin et que l'on comprend qu'il n'y avait pas eu de commencement véritable.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Michel P. SCHMITT, « LE SERMON SUR LA CHUTE DE ROME (J. Ferrari) - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-sermon-sur-la-chute-de-rome/