LE SANG NOIR, Louis GuillouxFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La guerre dans la province

Un tel sujet aurait pu donner lieu à une vaste fresque. Mais Guilloux prend le parti inverse, et consacre cinq cents pages à la seule évocation de vingt-quatre heures de la vie d'une ville de province. « Une ville comme toutes les villes », où quelques notables, réformés ou réservistes, vaquent à leurs affaires et, ignorants de l'horreur des tranchées, rivalisent d'exaltation patriotique. Au premier rang d'entre eux, les enseignants du lycée : Nabucet, le professeur de lettres, et Babinot, celui d'histoire, que tout oppose à Merlin, leur collègue de philosophie. Figure centrale du roman, celui-ci, surnommé Cripure par ses élèves, en raison de son goût pour La Critique de la raison pure de Kant, fait jaser la bonne société par ses provocations et son existence marginale : vêtu d'une peau de bique, il vit avec une souillon.

Rien ne semble troubler l'ordre du quotidien, si ce n'est la cérémonie de remise de la Légion d'honneur à Madame Faurel, l'épouse du député. Bien vite, pourtant, les réalités de la guerre font leur intrusion dans la vie de chacun, y imprimant une sorte de nécessité tragique. Le fils de Bourcier, le censeur, doit partir au front, tout comme Amédée, l'enfant que Cripure a délaissé, parce qu'il est le fruit d'un mariage raté. Marchandeau, le proviseur, apprend que le sien va être fusillé pour refus d'obéissance. Babinot est rossé par un soldat à qui il confiait sa fierté d'avoir un fils à la guerre. Enfin, une émeute éclate à la gare, les permissionnaires refusant de retourner au combat.

« Nous les materons », s'écrie Nabucet qui reçoit aussitôt une énorme gifle de la part de Cripure, « au comble de la fureur ». Pour réparer cette offense, il exige un duel à l'épée, sachant que son adversaire ne pourra se défendre. Cripure est en effet atteint d'acromégalie ; ses pieds démesurés l'empêchent de courir. Aussi l'entourage des deux hommes s'empresse-t-il d'empêcher une rencontre aussi déloyale. L'affaire en restera là, si Cripure ac [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégé de lettres modernes, ancien élève de l'École normale supérieure

Classification

Autres références

«  LE SANG NOIR, Louis Guilloux  » est également traité dans :

GUILLOUX LOUIS (1899-1980)

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 808 mots

Né à Saint-Brieuc, Louis Guilloux était peut-être, d'origines, d'action et de style, le dernier et le plus pur des grands écrivains populistes français. D'origines d'abord : ce fils de cordonnier, ce boursier, ce journaliste à la petite semaine était de toujours sensibilisé aux luttes et aux problèmes sociaux. D'action ensuite, car cet écrivain, continuellement branché sur la vie, ne connaissait p […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe DULAC, « LE SANG NOIR, Louis Guilloux - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-sang-noir/