LE SANG NOIR, Louis GuillouxFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sixième des récits publiés par Louis Guilloux (1899-1980), – dont La Maison du peuple en 1927, Dossier confidentiel en 1930 et Angelina en 1934 –, Le Sang noir paraît en 1935 chez Gallimard. Il est aussitôt encensé par Gide, Malraux et Aragon, avec lesquels, il est vrai, Guilloux entretenait des liens intellectuels et politiques privilégiés, et dont il partageait le même combat contre le fascisme. Ceux-ci y voient non seulement le meilleur livre de l'auteur, mais un des chefs-d'œuvre de la littérature : « J'affirme, dit Aragon à propos du personnage principal du roman, que Cripure est nécessaire à la pleine compréhension de l'homme de ce temps-ci comme don Quichotte à celui de jadis. »

« Ce temps-ci », celui des années 1930, est marqué par un pessimisme profond que reflètent la plupart des romans français d'alors, et en tout premier lieu Voyage au bout de la nuit, paru en 1932. La crise économique, l'essor des nationalismes et la menace d'un nouveau conflit, qui dissipe l'illusion de la « der des der », incitent à s'interroger sur l'homme et les pulsions de mort qui l'animent. C'est cette interrogation que Guilloux place au cœur d'un récit qu'il situe en 1917, lorsque trois années de combats et d'hécatombes font naître la rébellion et la volonté de changer la société, et dont il emprunte le titre à Giono. Ce dernier parle de la « génération des hommes au sang noir » pour désigner les survivants de la « guerre de 14 », qui ne se remettent pas d'avoir vu tant de leurs camarades se faire tuer pour rien.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : agrégé de lettres modernes, ancien élève de l'École normale supérieure

Classification


Autres références

«  LE SANG NOIR, Louis Guilloux  » est également traité dans :

GUILLOUX LOUIS (1899-1980)

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 808 mots

Né à Saint-Brieuc, Louis Guilloux était peut-être, d'origines, d'action et de style, le dernier et le plus pur des grands écrivains populistes français. D'origines d'abord : ce fils de cordonnier, ce boursier, ce journaliste à la petite semaine était de toujours sensibilisé aux luttes et aux problèmes sociaux. D'action ensuite, car cet écrivain, continuellement branché sur la vie, ne connaissait p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe DULAC, « LE SANG NOIR, Louis Guilloux - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-sang-noir/