LE ROI LEAR, William ShakespeareFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La mort de Cordélia, ou l'anti-Providence

Le dénouement, cependant, semble ramener quelque justice et indiquer l'intervention d'une Providence divine enfin retrouvée, dans un monde livré au chaos provoqué par la querelle entre les deux sœurs. En effet, Cordélia, devenue reine de France, revient dans le royaume à la tête d'une armée pour sauver son père. Mais elle est vaincue par celle de Régane et de Goneril que commande Edmond, figure machiavélique de la pièce, qui jette Lear et sa fille en prison, et provoque involontairement la mort des deux sœurs qui se disputent son amour. C'est alors qu'Edgar vainc son demi-frère en duel singulier, avec le soutien du duc d'Albany, époux bafoué de Goneril, qui décide de prendre le parti du roi. Le « jugement des cieux » (V, 3) semble juste, mais le monde promis par Albany et Edgar ne sera pas : par le simple et dérisoire effet d'un « oubli » d'Edmond, Cordélia a été assassinée. Paraît alors Lear, portant son enfant dans ses bras. Dans ce moment d'une intensité tragique absolue, le langage paraît impuissant à dire l'horreur du sacrifice inutile : « Est-ce là la fin promise ? », s'exclame Kent, qui semble se faire l'écho de toute l'assistance. La tragédie aboutit à l'inexplicable : la mort imprévisible de celle qui, par son innocence, aurait pu racheter l'humanité tout entière. La restauration de l'ordre politique promise par Edgar n'a guère de poids comparée à la souffrance de Lear, dont les dernières paroles, avant qu'il ne meure de chagrin, résonnent longtemps dans le silence d'une scène dévastée : « Pourquoi un chien, un cheval, un rat auraient-ils la vie,/ Et toi plus un souffle ? Tu ne reviendras plus,/ Jamais, jamais, jamais, jamais, jamais » (V, 3).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégée d'anglais, ancienne élève de l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, maître de conférences à l'université de Paris-VIII-Saint-Denis

Classification

Autres références

«  LE ROI LEAR, William Shakespeare  » est également traité dans :

SHAKESPEARE WILLIAM

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 8 220 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'amour, la fureur et la mort »  : […] Avec Hamlet , et même Jules César qui le précède, nous sommes entrés dans la période dite « noire » des grandes tragédies. Il ne s'agit plus seulement ici d'un refus cynique des cruelles réalités humaines dont naguère les personnages semblaient s'accommoder, mais d'une négation sans recours, d'un recul devant l'horreur d'une insupportable vision. Les pièces historiques étaient déjà suffisamment g […] Lire la suite

Pour citer l’article

Line COTTEGNIES, « LE ROI LEAR, William Shakespeare - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-roi-lear/