LE PRINCE, Nicolas MachiavelFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vertu et la république

Si Machiavel donne un statut essentiel au concept de vertu dans le dispositif théorique du Prince, l'exemple romain, au-delà de ses références humanistes, n'est jamais un modèle figé – fait d'austérité et de simplicité – qui échapperait aux aléas des temps. La vertu machiavélienne choisit de se déployer au croisement d'une proposition de réforme de la république, dans laquelle les nouveaux « ordres bons » sont porteurs de vertu civile et militaire chez tout citoyen, et d'une compréhension de l'occasion qui appelle l'acte de rupture singulier, illustrant la vertu du prince. L'action individuelle de celui qui saisit l'occasion de « culbuter » la fortune est ainsi indissociable de la volonté d'instaurer des institutions qui puissent garantir la diffusion de la vertu. L'intervention héroïque du prince nouveau, comme la dictature provisoire des Anciens, devient alors un moyen ponctuel d'échapper au cercle infernal de la corruption qui menace la cité.

En articulant état d'urgence et réforme, dépassement des erreurs du passé proche et espoir d'un nouvel ordre à venir, la virtú machiavélienne devient ce qui permet à l'homme de résister à la fortuna. Dès lors que la fortune est déploiement de la violence – celle de la guerre extérieure comme celle des conflits intérieurs –, Machiavel entend donner au citoyen une possibilité de marquer sa place et d'agir dans les bouleversements de l'Histoire, bref de la repolitiser.

Il est courant de voir dans la figure de Machiavel, y compris dans l'interprétation qu'en donne le théâtre élisabéthain, l'image même de la coupure avec une attitude morale, une coupure qui inaugurerait la « modernité ». Pourtant, ce qui se joue dans ce rapport des temps et des hommes concerne l'éthique. C'est l'exhortation finale du Prince à « libérer l'Italie des barbares » qui donne un sens à l'ouvrage et fait de la « rédemption » de l'Italie son véritable enjeu. L [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur au département d'études italiennes de l'université de Paris-VIII, Vincennes-St-Denis
  • : Maître de conférences à l'École normale supérieure des Lettres et sciences humaines, Lyon

Classification


Autres références

«  LE PRINCE, Nicolas Machiavel  » est également traité dans :

MACHIAVEL (1469-1527)

  • Écrit par 
  • Jean-François DUVERNOY
  •  • 6 688 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une existence décentrée »  : […] Machiavel fait partie de ces hommes dont la renommée ultérieure a montré de façon récurrente qu'ils n'avaient pas apprécié correctement l'importance de ce qu'ils faisaient : ce qui l'a intéressé ne nous intéresse plus, et c'est dans l'ennui et le mauvais vouloir qu'il a écrit ce qui a fait de lui le père du machiavélisme. Il est devenu célèbre malgré lui. Si son destin avait été ce qu'il a consta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/machiavel/#i_25462

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Louis FOURNEL, Jean-Claude ZANCARINI, « LE PRINCE, Nicolas Machiavel - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-prince/