LE POUVOIR D'ACHAT DE LA MONNAIE, Irving FisherFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'équation générale des échanges

L'objet de cet ouvrage est de cerner les causes qui déterminent la valeur de la monnaie, c'est-à-dire, comme le souligne le chapitre II, son pouvoir d'achat. Or, celui-ci étant défini par les quantités de biens que l'on peut acheter avec une quantité donnée de monnaie, son étude est « identique à l'étude du niveau général des prix ». Le chapitre III vise ainsi à isoler les grandeurs économiques dont les variations sont « directement proportionnelles » à celles du niveau général des prix. Fisher identifie cinq grandeurs (mesurées sur une année) : le volume du stock de monnaie en circulation (M) ; sa vitesse de circulation (V), exprimée par le nombre de fois où la même unité de monnaie a été utilisée dans des transactions ; le volume des dépôts bancaires sous forme de compte-chèques (M') ; leur vitesse de circulation (V') ; le volume global des transactions (T). Les relations entre ces facteurs et le niveau général des prix sont exprimées à travers une « équation générale des échanges » dont l'expression est MV + M'V' = PT. Cette équation ne traduit rien d'autre que l'égalité entre « la quantité de monnaie déboursée » et la valeur des biens acquis. Les chapitres IV à VIII permettent de dépasser ce stade de l'analyse. Fisher tente de démontrer que les niveaux respectifs de V et V' dépendent fondamentalement de facteurs institutionnels qui ne se modifient que très lentement (comme le degré de développement du système bancaire ou du réseau de transport). Les variables V et V' peuvent donc être considérées comme des constantes indépendantes des autres éléments de l'équation générale des échanges. À cela, Fisher ajoute deux hypothèses : d'une part, T ne dépend que de facteurs réels (c'est-à-dire non monétaires) comme l'accroissement de la productivité dans l'ensemble de l'économie ; d'autre part, les dépôts M' sont une fonction croissante de M. Sous ces hypothèses, « tout changement de M entraîne pour M' un changement proportionnel et aucun changement pour V, V' et [T]  [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification

Les derniers événements

10-18 octobre 1983 • Israël • Investiture du gouvernement Shamir sur fond de crise économique

ans, est la plus élevée du monde per capita : elle a atteint, à la fin de juin, 21,5 milliards de dollars. Mais grâce aux « primes de vie chère », qui permettent une indexation automatique des salaires et des revenus sur la hausse des prix, le pouvoir d'achat de l'Israélien moyen [...] Lire la suite

23-31 mars 1983 • France • Mise en place du plan de rigueur

réduction de 65 milliards de francs de la demande intérieure globale en 1983, soit l'équivalent de 2 p. 100 du produit national brut. Présentant ce programme, dont il reconnaît qu'il entraînera sans doute une baisse du pouvoir d'achat moyen des ménages, Jacques Delors déclare qu'il ne constitue « pas un [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas CHAIGNEAU, « LE POUVOIR D'ACHAT DE LA MONNAIE, Irving Fisher - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-pouvoir-d-achat-de-la-monnaie/