LE PÈRE GORIOT, Honoré de BalzacFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une « effroyable tragédie parisienne »

L'action du roman se déroule à Paris, entre fin novembre 1819 et février 1820, ce qui justifie l'appartenance première du roman aux Scènes de la vie parisienne. Nous assistons aux deux derniers mois de Jean-Joachim Goriot, un vieil homme de soixante-dix ans, ancien négociant en vermicelle et pâtes d'Italie, qu'une folle passion pour ses filles, devenues par leur mariage des femmes du monde, mène à la déchéance et à la ruine. Anastasie de Restaud et Delphine de Nucingen méprisent leur père qui vit chichement dans une pension du quartier Latin ; elles laisseront mourir seul, après avoir achevé de le dépouiller, sauf de ses illusions, celui qui leur aura tout sacrifié. Ce drame de l'ingratitude filiale explique l'intégration du roman, en 1843, dans les Scènes de la vie privée.

La fin d'existence misérable de Goriot est croisée par une autre trajectoire, ascendante celle-là, celle d'Eugène de Rastignac, étudiant idéaliste venu de sa province porter à Paris ses ambitions d'ascension sociale. La fréquentation du monde, le spectacle de ses tentations et de ses corruptions font bientôt l'éducation du jeune homme dont toutes les initiatrices sont abandonnées par leurs amants. Rastignac perd ses illusions et gagne une maîtresse, Delphine, la fille de Goriot. S'il ne va pas jusqu'à accepter les offres inquiétantes de Vautrin, un ancien forçat dont la « protection » pourrait assurer sa fortune, son refus lui promet un autre destin, plus conforme aux normes sociales. Chacun selon sa pente, les deux personnages poursuivront leurs parcours respectifs dans La Comédie humaine. À la fin du roman, la mort pitoyable de Goriot, dont Rastignac suit le convoi funèbre, constitue pour l'étudiant une décisive leçon de vie. Depuis les hauteurs du Père-Lachaise, il lance son célèbre défi à Paris : « À nous deux, maintenant ! »

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LE PÈRE GORIOT, Honoré de Balzac  » est également traité dans :

BALZAC HONORÉ DE

  • Écrit par 
  • Maurice MÉNARD
  •  • 15 044 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « « C'est un créateur de méthode » (Baudelaire) »  : […] Penser le monde et écrire le monde mettent en œuvre une même méthode. Postulat du discours balzacien de la méthode : la nécessité d'observer. « L'observateur est incontestablement homme de génie au premier chef » ( Théorie de la démarche ). « Penser, c'est voir », précise Louis Lambert . Cette observation, cette vue capables de « pénétrer les mystères » (Félix Davin), de « surprendre le sens caché […] Lire la suite

DESCRIPTION, notion de

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 987 mots

La description permet de donner à voir en imagination, grâce au langage. Elle constitue une pause, un contretemps dans le flux du récit. Sa finalité représentative semble ainsi l'opposer aux visées narratives de ce dernier. Toutefois, cette distinction théorique est plus complexe dans la pratique, où il s'avère parfois malaisé de distinguer récit et description. C'est pourquoi, selon Gérard Genet […] Lire la suite

ILLUSIONS PERDUES, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 380 mots
  •  • 1 média

Dédié à Victor Hugo, Illusions perdues est non seulement le plus vaste roman de La Comédie humaine , mais une de ses clés de voûte. Plongeant ses racines dans Le Père Goriot (1834) dont il reprend un des principaux personnages en même temps qu'un des éléments de l'intrigue, il se poursuit dans Splendeurs et misères des courtisanes (1839-1847) où se trouve exposée la suite des destinées de Lucie […] Lire la suite

Pour citer l’article

Maurice MÉNARD, « LE PÈRE GORIOT, Honoré de Balzac - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-pere-goriot/