LE MUSÉE ÉPHÉMÈRE. LES MAÎTRES ANCIENS ET L'ESSOR DES EXPOSITIONS, Francis HaskellFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire du goût et « redécouvertes »

L'ouvrage comprend neuf chapitres qui suivent une ligne chronologique, de la fin du xviie siècle aux années 1930. Son objet est l'essor considérable, durant cette période, des expositions de « Maîtres anciens » (au moment où le concept naît, à la Renaissance, l'expression désigne les artistes morts ; à l'époque où le genre se développe considérablement, au xixe siècle, elle englobe les artistes ayant exercé avant la Révolution française). Si la Grande-Bretagne, la France et l'Italie sont les scènes principales qui permettent à Haskell de retracer, dans leurs traits majeurs, la genèse et l'évolution des expositions de maîtres anciens, l'historiographie allemande est souvent présente, avec notamment les figures majeures de Gustav F. Waagen et de Johann David Passavant, deux des historiens de l'art les plus influents du xixe siècle, liés à l'organisation d'une des plus grandes expositions jamais organisée : Art treasures of the United Kingdom, à Manchester en 1855.

Dans le premier de ses grands livres, Mécènes et peintres (1963), Haskell avait mis à nu les mécanismes d'orientation du goût chez les grands mécènes italiens de l'époque baroque, ouvrant ainsi, par l'histoire du goût et de ses variations, une perspective inattendue vers une véritable histoire sociale de l'art. Par la suite, dans La Norme et le caprice (1976), Haskell observait, à l'intérieur d'un grand xixe siècle allant de la Révolution à la Première Guerre mondiale, les « redécouvertes » en art qui scandaient durant cette période les mutations du goût, et qui faisaient apparaître au firmament de nouvelles étoiles : Botticelli, Piero della Francesca, Frans Hals, Greco... Ces « redécouvertes » de maîtres oubliés avaient leurs héros : les « taste-makers », tel William Thoré-Bürger, le « redécouvreur » de Vermeer. En contrepoint, Pour l'amour de l'antique (1981), écrit avec N. Penny, mettait en lumière la création puis la désagrégation du canon de la g [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien pensionnaire à l'Institut national d'histoire de l'art, chargé de cours à l'École du Louvre

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

François-René MARTIN, « LE MUSÉE ÉPHÉMÈRE. LES MAÎTRES ANCIENS ET L'ESSOR DES EXPOSITIONS, Francis Haskell - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-musee-ephemere-les-maitres-anciens-et-l-essor-des-expositions/