LE MOT ET LA CHOSE, Willard van Orman QuineFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Traduction radicale et signification

Orienté vers un examen des catégories de la connaissance scientifique qui se démarque d'une recherche de ses fondements, Le Mot et la chose est construit, pour une large part, sur une expérience de pensée destinée à examiner la manière dont le langage se rapporte au monde et en autorise la connaissance. Sous ce rapport, pour Quine, l'apprentissage du langage joue un rôle majeur ; en même temps, un béhaviorisme de principe, faisant appel à la psychologie des stimuli et des réponses, permet seul de surmonter les insuffisances des théories philosophiques de la connaissance. La fiction d'un linguiste qui se proposerait d'élaborer un manuel de traduction pour une langue qu'il ne connaît pas, à partir de ce qu'il lui serait possible d'observer du comportement des locuteurs dans des contextes variés, fournit à Quine la méthode dont il a besoin. Dans une telle situation de « traduction radicale », le seul concept de signification disponible est celui de « signification-stimulus » ; il constitue la base à partir de laquelle le linguiste peut élaborer un dictionnaire. Toutefois, les garanties liées à un tel concept concernent les seules phrases observationnelles. Aussi la situation de « traduction radicale » débouche-t-elle sur la mise en évidence d'une « indétermination de la traduction » et de l'« inscrutabilité de la référence ». « Comprendre une phrase, c'est comprendre un langage. » Dans une situation de traduction radicale, en effet, nul ne peut relier à un mot une référence univoque. Aucun manuel de traduction, d'autre part, ne peut prétendre à l'exclusivité. Pour une même langue, plusieurs manuels de traduction sont possibles, tous également satisfaisants par rapport aux besoins auxquels ils doivent répondre. Qui plus est, contrairement à ce qu'on pourrait être tenté de croire, de tels constats ne concernent pas les seules relations entre des langues distinctes. Comme le dit Quine, « la traduction radicale commence à la maison ».

Ces résultats apparemment embarrassants pour une connaissance objective du monde prolongent la critique de l'empirisme qui avait caractérisé les premiers travaux de Quine ; en même temps, ils permettent de formuler des questions qui avaient marqué les nouveaux développements de la logique, à commencer par celle qui concerne la façon dont les mots s'ancrent dans le monde.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean-Pierre COMETTI, « LE MOT ET LA CHOSE, Willard van Orman Quine - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-mot-et-la-chose/