LE LIVRE DE PEINTURE, Karel Van ManderFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un ouvrage irremplaçable

Les Vies, où l'on trouve des noms aussi prestigieux que Goes, Dürer, Holbein, Breughel, sont de longueur et d'intérêt inégaux, selon l'importance et la qualité des informations dont dispose Van Mander, et demeurent souvent les seules sources dont nous disposions encore aujourd'hui. La connaissance des modèles italiens et la formation humaniste sont décisives pour cet admirateur d'Érasme, qui cherche toutefois à conserver son originalité et celle des artistes du Nord, dignes de figurer aux côtés des Italiens, après avoir inventé la peinture à l'huile (Van Eyck) et s'être rendus maîtres du genre nouveau du paysage (dans son poème notamment, il consacre au paysage de remarquables réflexions).

Son idée directrice est celle de la noblesse de l'art de peindre, lequel serait encore méconnu et entravé par les guildes d'un autre âge. Il soutient que l'artiste est dépositaire d'un don de la nature, qu'il doit compléter par une technique et une pensée solides fondées sur la connaissance des antiques, des Italiens modernes et de la tradition picturale des anciens Pays-Bas. En bon rhétoricien, il divise la peinture en invention, disposition et expression, tout en accordant une place primordiale au génie particulier de l'artiste. En admirateur de Florence et de Rome, il loue le disegno, mais tient à rendre justice au coloris des Vénitiens, peindre étant pour Van Mander presque plus important que dessiner. Ainsi, le grand ouvrage historique de Karel van Mander n'est en rien dogmatique, l'auteur, dans son poème, exhortant le lecteur à considérer les spécificités de la peinture qui est un « art visuel », et à fuir la rhétorique et sa « langue mielleuse », une « belle fleur, certes, si seulement elle portait des fruits ».


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : maître de conférences en histoire de l'art à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Milovan STANIC, « LE LIVRE DE PEINTURE, Karel Van Mander - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-livre-de-peinture/