LE LIVRE DE PEINTURE, Karel Van ManderFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Ô Pictura, noble art... »

L'ouvrage de Van Mander, dont le succès fut instantané et durable, présente une composition complexe. Après la Dédicace et l'Avant-Propos, il débute par un long poème didactique sur le fondement de l'art de la peinture. Suivent trois livres : une histoire de l'art antique, utilisant principalement, mais de manière critique, Pline l'Ancien et Athénée ; une Vie des peintres italiens modernes, tirée pour la majeure partie des Vite de Giorgio Vasari, mais avec des observations personnelles non négligeables ; enfin la partie la plus riche et la plus novatrice, les Vies des plus illustres peintres des Pays-Bas et d'Allemagne, depuis les Van Eyck jusqu'à Martin de Vos pour les artistes disparus, de Vredeman de Vries à David Vinckeboons pour les artistes alors actifs. Rien de comparable n'avait été entrepris jusque-là pour les peintres du Nord des Alpes, à part quelques écrits poétiques et historiques d'envergure limitée, que Van Mander connaissait tous : les Vite de Vasari notamment ; la Descrittione di tutti Paesi Bassi, de Lodovico Guicciardini (1567) ; les écrits de Marcus van Vaernewijck ; les vers sur les peintres célèbres de Lucas de Heere, son maître. Deux développements closent l'ouvrage, dévoilant la pensée de l'auteur sur les mythes dans l'art et sur l'art antique : une explication des Métamorphoses d'Ovide et une Description des statues antiques.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences en histoire de l'art à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Milovan STANIC, « LE LIVRE DE PEINTURE, Karel Van Mander - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-livre-de-peinture/