LE GUÉPARD, Giuseppe Tomasi di LampedusaFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un roman de la décadence

Le Guépard n'est pas véritablement un roman historique ; sur ce seul critère, il ne vaut pas Les Vices-Rois (1894) de Federico De Roberto (1866-1927) qui a mieux décrit la manière dont l'aristocratie sicilienne a réussi à conserver son pouvoir après la chute des Bourbons. Lampedusa ne cherche pas à nous restituer le cours de l'Histoire, puisqu'il procède de manière discontinue, avec des sauts dans le temps : chaque chapitre est un tableau en soi, riche de significations, et qui séduit pour lui-même.

L'auteur était conscient de composer des scènes cinématographiques. Luchino Visconti n'a pas résisté à la tentation d'adapter l'œuvre à l'écran (Le Guépard, 1963), non seulement parce qu'elle s'y prêtait, mais parce qu'une forte affinité liait le romancier et le cinéaste : ces deux aristocrates étaient fascinés par le thème de la décadence ; un terme qui renvoie au déclin de leur classe, mais aussi tout simplement au déclin de l'âge qui terrasse le prince Salina, un être qui fut grand et qui à la veille de la mort est fasciné par la jeunesse, l'ardeur de Tancredi et d'Angelica. C'est cette dimension humaine et philosophique, cette résonance entre destinées individuelles et civilisations mortelles (toutes celles qui se sont succédé en Sicile et n'ont laissé que de superbes ruines), cette symbiose entre une phase historique de transition et l'adieu à la vie d'un vieil homme qui nous valent un roman psychologique attachant.

Malgré la discontinuité chronologique, l'unité du récit est préservée par le sentiment profond du temps cyclique où l'homme, fût-il un prince, ne fait que passer, tel un météore, dans cette « immense horloge cosmique » qui fascinait Tomasi, lecteur de Virginia Woolf : « L'immuable variété des saisons souligne la changeante identité des générations », notait-il. En cours de rédaction, pour mieux en fixer le décor, l'auteur du Guépard, s'inspirant de Stendhal et de Proust, s'est remémoré dans un cou [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LE GUÉPARD, Giuseppe Tomasi di Lampedusa  » est également traité dans :

LE GUÉPARD, film de Luchino Visconti

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 191 mots
  •  • 2 médias

Après le superbe mélodrame social Rocco et ses frères ( Rocco i sui fratelli , 1960), et presque dix ans après Senso (1954), qui se déroule dans la Venise de 1866 en guerre avec l'Autriche, Luchino Visconti (1906-1976) renoue avec l'histoire en adaptant l'unique roman, publié en 1958, de l'aristocrate sicilien Giuseppe Tomasi di Lampedusa (1896-1957). Mais au lieu de raconter une tragédie amour […] Lire la suite

TOMASI DI LAMPEDUSA GIUSEPPE (1896-1957)

  • Écrit par 
  • Giovanni IOPPOLO
  •  • 352 mots
  •  • 1 média

Duc de Palma et prince de Lampedusa, Giuseppe Tomasi di Lampedusa est le descendant d'une des grandes familles aristocratiques de Palerme. Après des études de droit à Turin, sa vie se partage entre la lecture, les voyages et une production littéraire dont la publication sera posthume. Refusé par Einaudi, Le Guépard ( Il Gattopardo , 1958) retient l'attention de l'écrivain Giorgio Bassani et de la […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gilbert BOSETTI, « LE GUÉPARD, Giuseppe Tomasi di Lampedusa - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-guepard-giuseppe-tomasi-di-lampedusa/