LE GAI SAVOIR, Friedrich NietzscheFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La mort de Dieu et la transmutation de toutes les valeurs

La mort de Dieu traduit la fin d'une époque dans l'histoire européenne dont Platon, pour Nietzsche, fut un des commencements, inaugurant l'ère de la métaphysique. Mort du suprasensible, mort des idées et des idéaux sur lesquels vécut toute une civilisation, commencement du « nihilisme », telle se présente la « mort de Dieu ». Ce bouleversement total ne se limite évidemment pas à la foi en un Dieu particulier. Plus fondamentalement, il marque la fin d'un monde et les difficiles prémices « d'un avenir encore incertain ». Le nihilisme, ici, n'est pas simplement un phénomène de décadence : il est la loi intime qui préside à toute l'histoire. Les valeurs ont leur temps ; vouloir les conserver n'est pas moins nihiliste que constater leur fin ou vouloir les transformer. L'annonce d'un homme nouveau (le « surhomme »), capable de poser de nouvelles valeurs par-delà l'effondrement des anciennes, est inséparable de « la mort de Dieu ». Homme non idolâtre, débarrassé des idéaux (Vérité, Bien, Beau, Juste, Vertu, Être...) qui vampirisaient la conscience. Homme de la « grande santé » (aphorisme 382), dit encore Nietzsche, chanteur et poète, joueur : « Tout scintille pour moi d'un nouvel éclat,/ Midi sommeille sur l'espace et le temps :/ Seul ton œil – monstrueusement/ Me fixe, ô infini ! » dit un poème des Chansons du Prince Hors-la-Loi. La « transvaluation de toutes les valeurs » est guettée par la menace des « anciennes chaînes » toujours promptes à rappeler leurs souvenirs funestes.

L'épisode du « gai savoir » aura été de courte durée. Mais il aura marqué de son empreinte la suite de l'œuvre, plus tendue, plus dure aussi, plu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LE GAI SAVOIR, Friedrich Nietzsche  » est également traité dans :

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 642 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Science et philosophie de la vie »  : […] Dans le Gai Savoir , Nietzsche entreprend de dissiper une illusion entretenue par les positivistes et les rationalistes de tous bords. Nous pensons d'ordinaire que les progrès de la science ont repoussé les frontières de la foi, qu'en devenant plus savants nous sommes devenus moins croyants. Mais cette victoire du savoir sur la foi, de l'esprit positif sur l'esprit théologi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-philosophie/#i_31394

Voir aussi

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « LE GAI SAVOIR, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-gai-savoir/