LE FILS NATUREL, SUIVI DE ENTRETIENS SUR LE FILS NATUREL, Denis DiderotFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Une espèce de roman »

Le Discours sur la poésie dramatique, qui théorisera en 1758 ce qui demeurait à l'état expérimental et improvisé l'année précédente, présente ainsi l'ensemble que forment Le Fils naturel et les Entretiens : « Mon dessein n'étant pas de donner cet ouvrage au théâtre, j'y joignis quelques idées sur la poétique, la musique, la déclamation, et la pantomime, et je formai du tout une espèce de roman que j'intitulai Le Fils naturel, ou les Épreuves de la vertu, avec l'histoire véritable de la pièce. » La pièce, en effet, est encadrée par un prologue et un épilogue qui rapportent, sur un mode pathétique et romanesque, les circonstances de la rédaction et de la représentation, données pour réelles.

Le philosophe, qui s'appelle « Moi » dans les Entretiens, rencontre à la campagne, où il est venu se reposer après la parution du sixième volume de l'Encyclopédie, le « sombre et mélancolique » Dorval : c'est le « fils naturel », auteur et personnage principal de la pièce commandée par son père Lysimond qui, se sentant près de mourir, a voulu que soit rejoué, en manière de commémoration privée, l'épisode fondateur de la famille : « Il ne s'agit point d'élever ici des tréteaux, mais de conserver la mémoire d'un événement qui nous touche et de le rendre comme il s'est passé. » Dorval s'est acquitté de sa dette envers son père, mais trop tard : « La pièce est faite... mais celui qui me l'a commandée n'est plus. »

Le dimanche suivant, le narrateur philosophe est invité à assister, caché dans un coin du salon, à la représentation, retranchée de la dernière scène. La pièce est de facture classique et régulière, mais l'intrigue en est « domestique et bourgeoise » : Dorval, dont la naissance est obscure, veut quitter la maison de Clairville où il a trouvé séjour, et ce malgré la considération et l'amour dont il y jouit uniment. C'est qu'il aime Rosalie, aimée de Clairville, dont la sœur, Constance, aime Dorval... L'annonce du retour du père de Rosalie, au terme d'un long périple, précipite les événements ; dans une scène centrale (IV, 3), Dorval révèle sa naissance illégitime à Constance, et se laisse convaincre par son appel à la sociabilité civique : « il n'y a que le méchant qui soit seul ». Rosalie, elle-même ramenée à la vertu par Dorval, épousera Clairville. Le retour de Lysimond entérine la victoire sur ces « épreuves de la vertu », en une scène de reconnaissance assurément théâtrale : père de Rosalie, il est aussi celui de Dorval ! L'amour que Rosalie avouait porter à Dorval (I, 2) ne « se trompait que de motif » comme le dira plus tard la Marcelline, du Mariage de Figaro ; lorsqu'elle aura reconnu Figaro pour son fils : la famille se fonde bien sur la négation de l'inceste. Mais « la pièce ne finit pas » : c'est que l'entrée en scène de Lysimond, interprété par un comédien, suscite trop d'émoi et contraint à interrompre la représentation. Dorval remet au philosophe le texte de la pièce, et l'invite à s'entretenir avec lui, le lendemain. Ce sont, en trois jours, les Entretiens sur Le Fils naturel.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, maître de conférences à l'université de Poitiers

Classification

Autres références

«  LE FILS NATUREL, SUIVI DE ENTRETIENS SUR LE FILS NATUREL, Denis Diderot  » est également traité dans :

DRAME - Drame bourgeois

  • Écrit par 
  • René POMEAU
  •  • 3 504 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Diderot »  : […] Dès ses débuts, vers 1750, Diderot, chef de l'équipe encyclopédiste, prône, en même temps qu'une philosophie nouvelle, un art neuf. Contre la tragédie, ranimée par Voltaire mais définitivement morte après l'ultime succès de Tancrède (1760), il va créer un genre adapté à l'esprit moderne : le drame bourgeois. Il joint l'exemple au précepte. Avec Dorval et moi il publie les cinq actes en prose du F […] Lire la suite

ILLUSION THÉÂTRALE

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 943 mots

L'illusion désigne généralement une fiction que l'on tient pour vraie. Elle possède un sens optique, moral et métaphysique – trois sens d'ailleurs conjoints dès Platon. Celui-ci distingue en effet le monde des apparences sensibles et celui des Idées, c'est-à-dire le réel perceptible par l'esprit seul. L'art, imitation d'une imitation, se trouve donc éloigné du réel de trois degrés. C'est au nom de […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIIe s.

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 7 653 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le théâtre : une liberté nouvelle »  : […] Encadré – et gêné – par le système du privilège, qui accordait à la Comédie-Française (ou Théâtre-Français) l a propriété de son répertoire et le droit exclusif de représenter à Paris le théâtre parlé, et a fortiori la tragédie et la haute comédie, et à l’Académie royale de musique celui de représenter le théâtre lyrique et de fixer des limites précises au Théâtre-Italien, le théâtre n’en connut […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie

  • Écrit par 
  • Christian BIET, 
  • Hélène KUNTZ
  •  • 12 311 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une dramaturgie de la réception »  : […] L'intérêt porté, au xviii e  siècle, à la réception de la pièce de théâtre inscrit d'emblée la dramaturgie dans une économie de la représentation. Ainsi Diderot, s'attachant à déconstruire les codes de la dramaturgie classique, adopte-t-il le point de vue du spectateur. De la poésie dramatique oppose le public du Père de famille (1758), en proie à une « longue inquiétude » parce que « confident […] Lire la suite

Pour citer l’article

Anouchka VASAK, « LE FILS NATUREL, SUIVI DE ENTRETIENS SUR LE FILS NATUREL, Denis Diderot - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-fils-naturel-suivi-de-entretiens-sur-le-fils-naturel/