LE FESTIN NU, William BurroughsFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un puzzle mental

Cet univers de cauchemar est rendu par un collage de situations, de phrases, de personnages empruntés à la littérature et qui se confondent par contamination. Émule de Kafka et adepte de Wilhelm Reich, Burroughs emprunte à Antonin Artaud sa vision du corps dépecé et possédé par des forces qu’il ne maîtrise pas. L'humour, l'une des grandes forces du roman, ridiculise ce que la culture américaine a de frelaté, de primitif et de pernicieux. Quant à la charge politique du livre, elle trouve son efficacité maximale dans l'art d'un véritable poète qui crée, avec l'argot des différents parlers actuels, des associations instinctives et presque surréalistes. Burroughs mine le langage, brise les associations de la langue de bois.

Tout à la fois reportage d'ethnographe, album de choses vues, montage de bandes sonores et de rushes, la prose kaléidoscopique du Festin nu vise à déconstruire l'ordre symbolique établi, à tel point que le récit en devient parfois un carnaval burlesque de l'Amérique profonde : « Une ménagère américaine (ouvrant un paquet de Lux) : Pourquoi ils ont pas inventé un œil électronique que le paquet s’ouvrirait tout seul en me voyant et sauterait dans les mains du Robot À-Tout-Faire qu’il l’aurait déjà vidé dans l’eau ?... Mon À-Tout-Faire déraille complètement depuis jeudi dernier, parce qu’il m’a fait du gringue et que j’ai pas voulu lui tripoter les manettes... et le Vide-Ordures qui me répond avec insolence, et ce vieux dégoûtant de Mixer qui essaye de se faufiler sous mes jupons... moi qui ai un rhume terrible et les intestins tout constipés... si j’acceptais de lui caresser les manettes peut-être bien que mon À-Tout-Faire me donnerait un lavement... »

Élaborant un répertoire d'images de proportions mythologiques, l’écriture hallucinogène du Festin nu élargit la conscience en remodelant constamment l'espace du langage. Cette plasticité infinie, seule à même de répondre au « besoin de contrôle » instillé en l’homme, Burr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  LE FESTIN NU, William Burroughs  » est également traité dans :

BURROUGHS WILLIAM (1914-1997)

  • Écrit par 
  • Gérard-Georges LEMAIRE
  •  • 1 917 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De « Junkie » au « Festin nu » »  : […] William Seward Burroughs est né le 5 février 1914 à Saint Louis dans le Missouri. Il fait ses études à Harvard, puis voyage en Europe en 1936 (Paris, Vienne, Budapest, Dubrovnik), retourne à Vienne l'année suivante pour étudier la médecine. À Dubrovnik, il épouse Ilse Klapper pour lui permettre d'obtenir la citoyenneté américaine. De retour aux États-Unis, il s'intéresse à différentes disciplines, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-burroughs/#i_31551

Pour citer l’article

Michel FABRE, « LE FESTIN NU, William Burroughs - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-festin-nu/