LE DIT DU GENJI (GENJI MONOGATARI), Murasaki ShikibuFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le jeu de l'amour et du pouvoir

La noble dame Kiritsubo, favorite de l'empereur, est victime de nombreuses persécutions, car elle n'appartient pas à la famille des Fujiwara qui domine alors la cour impériale de Kyōto. Après avoir supporté toutes les jalousies de ses rivales, elle meurt en laissant seul son fils, le Genji (« fondateur de clan »), âgé de trois ans, dont la beauté est reconnue à l'unanimité par la cour. Devenu adulte, il épouse dame Aoi no Ue, qu'il néglige : « Genji le Radieux, ce nom certes en imposait, mais nombreuses déjà étaient les incartades dont le bruit en ternissait l'éclat ; si bien que, craignant par-dessus tout que le récit de ses amours, transmis aux générations futures, ne lui laissât un renom de légèreté, il cherchait à dissimuler, mais ses secrets eux-mêmes, peut-être seraient-ils divulgués, car telle est des hommes la propension à médire. » Son attention se porte alors sur la nouvelle favorite de son père, Fujitsubo. Dans l'impossibilité de dominer leur passion, le Genji et Fujitsubo transgressent l'interdit. La jeune femme donne naissance à un enfant que l'empereur, le croyant sien, fera son héritier. Entre-temps, la première épouse du Genji, Aoi no Ue, meurt. Celui-ci se remarie avec une femme vertueuse, nièce de Fujitsubo. Mais ses amours impétueuses et souvent imprudentes vont le conduire à l'exil dans un village qui se trouve à une trentaine de kilomètres de Kyōto. Il connaîtra aussi la vengeance du destin, croyant à tort que le prince Kaoru, dont la mère est la princesse Nyosan, sa concubine préférée, ait pu être son fils. La première partie du roman s'achève avec la mort du Genji dans sa cinquante-quatrième année.

La seconde partie est consacrée à Kaoru, moins heureux en amour, et victime de son propre oncle, Niou, qui séduit systématiquement avant lui les jeunes femmes dont il s'est épris. La délicieuse Ukifune, abusée par Niou, se retire au couvent. Parti la cherch [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LE DIT DU GENJI (GENJI MONOGATARI), Murasaki Shikibu  » est également traité dans :

ÉPOPÉE

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER, 
  • Maria COUROUCLI, 
  • Jocelyne FERNANDEZ, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT, 
  • Altan GOKALP, 
  • Roberte Nicole HAMAYON, 
  • François MACÉ, 
  • Nicole REVEL, 
  • Christiane SEYDOU
  •  • 11 798 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le « Heike monogatari » »  : […] Le japonais classique ne connaît pas de terme spécifique pour désigner un genre qu'il a pourtant cultivé. La langue moderne utilise le mot jojishi , vocable forgé pour traduire le terme occidental de poème épique. Les titres des ouvrages que les manuels de littérature classent comme « épopée », ou « récits de guerre », gunki monogatari , renvoient à un genre beaucoup plus large, celui du récit, le […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 416 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les monogatari »  : […] Ce siècle est avant tout celui des grands monogatari , « récits » ou mieux « dits ». Du x e  siècle, deux seulement sur une douzaine sont conservés. Le Dit de l'arbre creux ( Utsubo monogatari , vers 970) rapporte une histoire longue et compliquée qui fait intervenir un merveilleux de convention, dont la clé est une mélodie magique de koto (cithare horizontale) que des êtres surnaturels avaient […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 367 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Époque Heian (794-1185) »  : […] En 794, l'empereur Kammu (règne 781-806) s'établit à Heian-kyō (aujourd'hui Kyōto, dans un site entouré au nord, à l'est et à l'ouest par un cirque de montagnes. Le plan de cette cité nouvelle est fidèle aux formules Tang, et l'influence de la Chine demeure prépondérante. L'aristocratie de cour ( kuge ) s'imprègne de la culture et de la poésie de l'Empire voisin. Revenus du continent au début du […] Lire la suite

MURASAKI SHIKIBU (978 env.-env. 1014)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 1 614 mots

Dame d'honneur à la cour de Heiankyō (Kyōto) dans les premières années du xi e  siècle, Murasaki Shikibu est l'auteur du Genji monogatari , œuvre capitale de la littérature romanesque du Japon. Toute la société courtoise du temps revit dans cette fresque monumentale, qui n'a guère d'équivalent en Occident avant le xix e  siècle. L'acuité de l'analyse psychologique fait si bien oublier la distance […] Lire la suite

ROMAN - Genèse du roman

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 5 840 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Genèse des romans de l'Asie »  : […] Pour peu qu'on étudie les romans de l'Asie, la situation se complique à merveille. Outre le kathâ , narration suivie, faite par le héros, et obligatoirement rétrospective, la littérature sanskrite connaissait le grand récit, bṛhatkathâ , qui mêle aux thèmes épiques des aventures amoureuses ; matériau qui se traite aussi selon les normes lyrique du kâvya . Vers les vi e - vii e  siècles, Daṇḍin, p […] Lire la suite

Pour citer l’article

Florence BRAUNSTEIN, « LE DIT DU GENJI (GENJI MONOGATARI), Murasaki Shikibu - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-dit-du-genji-genji-monogatari/