LE DÉMON DES ORIGINES, DÉMOGRAPHIE ET EXTRÊME-DROITE (H. Le Bras)Fiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dénatalité ?

La première révision consiste à distinguer sans détour fécondité et remplacement. On entend fréquemment que la population française n'assurerait plus son remplacement, comme d'ailleurs beaucoup d'autres populations européennes. Cette affirmation résulte d'une projection fondée sur le seul constat que l'« indice conjoncturel de fécondité » est inférieur à 2,1, nombre approximatif moyen d'enfants par femme assurant la reproduction d'une génération fermée dans les conditions de mortalité du présent. Estimer le remplacement (futur) par la fécondité (présente) des Françaises d'aujourd'hui est doublement réducteur. C'est d'abord ignorer l'apport des migrations à la natalité. Dans un tableau éloquent, Hervé Le Bras retrace le remplacement réel des générations françaises nées entre 1920 et 1955 – la dernière en date dont on connaît toute la fécondité. Toutes, sans exception, ont un remplacement excédentaire. À partir de la génération 1930, le taux de remplacement réel est toujours légèrement supérieur à la fécondité, grâce à l'apport migratoire. Apprécier la reproduction de la population nationale à la seule combinaison de la fécondité et de la mortalité, les deux « critères sélectifs du darwinisme », revient à considérer que « les migrants ne participent pas au remplacement démographique national ».

Utiliser un indicateur conjoncturel, calculé uniquement sur les données du moment, pour rendre compte du processus long qu'est la constitution de la descendance, c'est ensuite commettre une erreur de méthode. Les démographes le savent bien : même si la descendance finale ne varie pas d'une génération à l'autre, l'indicateur conjoncturel s'en écarte dès que l'âge des femmes à la maternité change. Plutôt que de tenter d'extraire de cet indicateur ce qu'il ne peut pas révéler sur les changements de comportement, l'auteur propose de renverser la perspective : identifier, par microsimulation, la combinaison de descendances finales et d'âges à la maternité qui restituera le mieux les naissances enregistrées par l'état civil. Pou [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : chercheur à l'Institut national d'études démographiques, professeur invité à l'université Harvard

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe FARGUES, « LE DÉMON DES ORIGINES, DÉMOGRAPHIE ET EXTRÊME-DROITE (H. Le Bras) - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-demon-des-origines-demographie-et-extreme-droite/