LE CRÉPUSCULE DES DIEUX DE LA STEPPE, Ismaïl KadaréFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « vengeance satisfaite »

Et c'est une impression d'écœurement profond qui passe dans le récit de l'échec amoureux du narrateur et de Lida, une jeune femme russe qu'il aime et qu'il guide, un soir, dans les méandres de l'institut Gorki. Cette histoire d'amour sera finalement celle d'une double autodestruction : celle qui est constituée par le « don » symbolique de la femme aimée à Stulpanz, le Letton, qui n'a pas encore renié sa langue, mais qu'on « travaille dans ce sens » et qui, donc, est sur la voie de l'assimilation ; et celle que le narrateur accomplit en chargeant Stulpanz d'annoncer à Lida la fausse nouvelle de sa mort accidentelle. « D'où me venaient cette exaltation, ce ricanement confus de vengeance satisfaite ? Ah ! oui, c'était qu'en disant à Stulpanz : „Prends-la !“, j'avais l'illusion de l'outrager de loin, de la traiter comme une esclave de harem, de la vendre. Je savais bien qu'il n'en était rien, que je n'avais aucun pouvoir sur elle, mais l'assurance avec laquelle j'avais dit ces mots à Stulpanz avait fait naître en moi ce sentiment. „Tu n'as qu'à la prendre ! répétai-je. Je parle sérieusement. Je te la passe“. »

Ce piège gluant de veulerie, dont le narrateur ne peut s'extraire que par des actes à ce point décisifs, atteint son point culminant dans l'extraordinaire narration de ce que Kadaré nomme « le vomissement des sujets ». Les écrivains se racontent mutuellement des sujets reflétant avec justesse la situation sociopolitique de leur pays et de leur époque, tout en sachant très bien qu'ils ne les traiteront jamais et qu'ils tomberont dans l'autocensure caractéristique d'une littérature élogieuse et complaisante : « Cent contre un, c'est le titre de ma pièce, disait une voix près de nous. Tu crois peut-être que je raconte comment un Soviétique s'est battu contre cent soldats allemands, un révolutionnaire contre cent tsaristes, un Coréen contre cent Américains ? Non, ma bique, il n'y a rien de tel dans ma pièce. Cent contre un, cela veut dire que le traitement d'un personnage est cent fois plus élevé que celu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jacques JOUET, « LE CRÉPUSCULE DES DIEUX DE LA STEPPE, Ismaïl Kadaré - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-crepuscule-des-dieux-de-la-steppe/