LE COUSIN PONS, Honoré de BalzacFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un testament balzacien ?

C'est sur une vision totalement pessimiste de la société que se clôt l'épilogue de La Comédie humaine. L'homme est bien un loup pour l'homme et, comme lui, chasse en meute, toutes classes sociales confondues. « Crimes d'en haut » et « crimes d'en bas » ne présentent qu'une différence d'échelle, non de nature, et se rejoignent dans une même vénalité, écrasant inexorablement les faibles, les naïfs, les idéalistes et ceux qui n'ont pas constitué de lignée.

Les critiques ont souvent donné à ce pessimisme des explications autobiographiques : Balzac, lui-même collectionneur passionné d'œuvres d'art, se sentant victime d'un complot tramé par sa mère pour l'empêcher de connaître le bonheur avec Mme Hanska, se serait projeté dans le personnage de Pons. Si désespoir il y eut, jamais celui-ci en tout cas n'avait rendu si manifeste le bonheur d'écrire ; jamais peut-être Balzac n'avait mis une si évidente jubilation à faire vivre des personnages, jusqu'à presque donner, dans cette œuvre consacrée pour moitié à la seule exposition des éléments du drame, la primauté au descriptif sur le narratif. En cela, il annonce directement Flaubert. Difficile en effet de ne pas entrevoir dans le spencer de Pons, et même dans son portrait, la casquette de Charles Bovary. Tout comme on peut distinguer dans le couple Pons-Schmucke les ombres de Bouvard et Pécuchet : « En 1835, le hasard vengea Pons de l'indifférence du beau sexe, il lui donna ce qu'on appelle, en style familier, un bâton de vieillesse. Ce vieillard de naissance trouva dans l'amitié un soutien pour sa vie, il contracta le seul mariage que la société lui permît de faire, il épousa un homme, un vieillard, un musicien comme lui. »

Plus encore que le bonheur de la description, ce qui caractérise le dernier Balzac, c'est le plaisir d'individualiser les personnages grâce à leurs particularismes langagiers. L'accent germanique de Schmucke, qu'on trouvait [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : agrégé de lettres modernes, ancien élève de l'École normale supérieure

Classification


Autres références

«  LE COUSIN PONS, Honoré de Balzac  » est également traité dans :

BALZAC HONORÉ DE

  • Écrit par 
  • Maurice MÉNARD
  •  • 15 043 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Balzac penseur ? »  : […] Depuis le Balzac d'E.-R. Curtius (1923), toute une famille de la critique balzacienne accorde la première place, dans l'interprétation de l'œuvre, à la réflexion théorique, aux idées, voire au système de pensée de l'auteur. Pour M. Bardèche, cet aspect est essentiel et fondateur. Pour P. Nykrog, A. Allemand, H. Gauthier et Max Andréoli, la philosophie de Balzac fournit le me […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/honore-de-balzac/#i_28286

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe DULAC, « LE COUSIN PONS, Honoré de Balzac - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-cousin-pons/