LE CONTE DES CONTES, Giambattista BasileFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Maléfices et sortilèges

L'amorce inventée par Basile se situe dans le registre du merveilleux. Frappée de malédiction par une vieille femme dont elle s'est imprudemment moquée, la princesse Zoza est condamnée à remplir de ses larmes une cruche pour libérer un prince, Tadeo, endormi par une fée, de son tombeau de marbre blanc. Mais une esclave mauresque, Lucia, en se substituant à Zoza dans son travail de résurrection, se fait épouser et engrosser par le prince. Zoza s'installe dans un palais voisin, pour tramer sa vengeance : elle utilise une poupée magique, qui lui a été offerte par une fée, pour insuffler à sa rivale l'envie d'écouter des histoires pendant les cinq jours qui la séparent de l'accouchement. Dix conteuses sont choisies pour alterner leurs récits devant la petite cour de Tadeo : « Et au jour dit – lorsque l'étoile de Diane éveille l'Aube pour décorer les chemins où le Soleil doit se promener – elles se trouvèrent toutes au lieu convenu. Tadeo ne jugea pas opportun d'immobiliser là toutes ces femelles pour un caprice de son épouse ; en outre, il étouffait à voir tant de monde ; il en choisit donc dix, les meilleures de la ville, celles qui, lui sembla-t-il, avaient la langue la mieux pendue et la plus experte. » Des églogues versifiées concluent chacune des quatre premières journées. La cinquième journée, elle, ne compte que neuf récits, le dixième étant la conclusion de l'histoire de Zoza qui vient raconter sa propre histoire, réussissant à semer le doute dans l'esprit du prince. Lucia démasquée, Zoza peut épouser Tadeo.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  LE CONTE DES CONTES, Giambattista Basile  » est également traité dans :

BASILE GIAMBATTISTA (1575-1632)

  • Écrit par 
  • Paul LARIVAILLE
  •  • 857 mots

Napolitain engagé dans l'armée vénitienne, c'est lorsqu'il se trouvait en garnison dans l'île de Candie, que Giambattista Basile fut admis à l'Académie des extravagants, fondée par le noble vénitien Andrea Cornaro. Rentré dans sa patrie en 1608, il ne quittera plus le territoire de Naples que pour un séjour de quelques mois à Mantoue en 1612-1613. À partir de 1615, il est chargé de divers postes d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise DECROISETTE, « LE CONTE DES CONTES, Giambattista Basile - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-conte-des-contes/