CAP LE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un site privilégié

Le navigateur portugais António de Saldanha est le premier Européen à mouiller, en 1503, dans la baie de la Table (Table Bay) et à gravir la montagne du même nom. Il rencontre quelques centaines d'indigènes, du peuple Khoi-Khoin, vivant de chasse, de pêche et de cueillette. Dès lors, les navires européens font escale dans Table Bay pour s'approvisionner en eau douce, en viande et autres biens et denrées. Les survivants du navire hollandais Haarlem, naufragé dans la baie en 1647, rapportent des descriptions si exaltées de la région que le directoire de la Compagnie hollandaise des Indes orientales ordonne la fondation d'un poste de ravitaillement. Le 7 avril 1652, le représentant de la Compagnie Jan van Riebeeck débarque sur la côte pour choisir le site où seront construits un fort et des jardins potagers. Le premier établissement du Cap est, ainsi, situé entre la montagne de la Table, au sud, et la baie de la Table, au nord. Il est limité au nord-ouest par les sommets du Lion's Head et du Lion's Rump (aujourd'hui appelé Signal Hill), et au sud par le pic du Diable (Devil's Peak). À l'est s'étendent des marais et, au-delà, la vaste plaine sableuse et balayée par les vents des Cape Flats. Les terres arables les plus proches se trouvent sur le bas du versant oriental du pic du Diable et de la montagne de la Table et, plus au sud-est, à Rondebosch, Newlands et Wynberg. Depuis la forteresse qui protège l'établissement des premiers colons, un chemin part vers le sud, traversant ces terres, pour déboucher dans False Bay du côté est de la péninsule du Cap. Il se dirige ensuite vers Muizenberg et Kalk Bay, avant d'arriver dans Simon's Bay, où les navires marchands ne réussiront jamais à se protéger des vents hivernaux soufflant du nord-ouest. La route qui mène du rivage aux jardins potagers devient la principale artère. Dénommée à l'origine Herengracht, comme le canal à Amsterdam, elle sera rebaptisée Adderley Street en 1850.

En 1657, la Compagnie libère ses employés de leurs obligations, leur permettant ainsi de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite d'histoire, université du Cap (Afrique du Sud), ancien vice-recteur
  • : professeur à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense

Classification


Autres références

«  CAP LE  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 664 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'abolition de la traite ; transformations internes de l'Afrique »  : […] Les guerres de Napoléon amènent l'Angleterre à s'emparer de Maurice et du Cap qui lui seront cédés en 1815. Le traité de Vienne pose le principe de l'abolition de la traite des Noirs. Combattue par des Anglais à cause de leurs convictions religieuses (Granville, Sharp, Clarkson, Wilberforce) et par les philosophes français (l' Encyclopédie , Raynal, les « Amis des Noirs »), abolie par la Conventio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-histoire-de-l-entree-dans-l-histoire-a-la-periode-contemporaine/#i_47404

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 28 369 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Le Cap-Ouest »  : […] Originale par son milieu méditerranéen, la province du Cap-Ouest l'est également par sa population, qui appartient en majorité au groupe Coloured. Près des trois quarts des 6,2 millions d'habitants de la province sont concentrés dans la métropole du Cap, cœur économique et politique de la région, ville attractive par son site, son climat et son atmosphère (très marquée par la culture « créole », […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-d-afrique-du-sud/#i_47404

RHODES CECIL JOHN (1853-1902)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 1 115 mots
  •  • 2 médias

Homme d'affaires brillant et grand homme d'État britannique, apôtre de l'expansionnisme colonial, nouveau conquistador, philanthrope, Cecil Rhodes a été aussi passionnément admiré que vilipendé. Fils d'un pasteur anglican, cinquième d'une famille de onze enfants, né dans le Hertfordshire, de constitution délicate, rien ne paraît le destiner à un grand avenir de richesse ou de pouvoir. Interrompant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cecil-john-rhodes/#i_47404

Voir aussi

Pour citer l’article

Éric AXELSON, Philippe GERVAIS-LAMBONY, « CAP LE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-cap/