LE CALCUL DU CONSENTEMENT, FONDATIONS LOGIQUES DE LA DÉMOCRATIE CONSTITUTIONNELLE, James Buchanan et Gordon TullockFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une analyse positive et normative du politique

Le premier apport du Calculus est bien entendu l'extension revendiquée de l'analyse économique au domaine du politique. Il a d'abord marqué les développements positifs (relatifs à l'explication économique de l'organisation constitutionnelle) du choix public (public choice) en fournissant un certain nombre de résultats dignes d'intérêt : il est rationnel d'avoir une Constitution ; les règles de majorité ou le bicaméralisme sont économiquement justifiés. Certes, le Calculus ne s'intéresse qu'à la démocratie directe, à l'heure où dominent les régimes représentatifs. Mais il est possible de résoudre cette difficulté au sein même du cadre théorique proposé, en introduisant un agent économique autre que l'électeur (le représentant, un politicien-entrepreneur) et en théorisant son comportement, qui peut être une source possible d'inefficacité (manipulation de l'information, par exemple).

Par ailleurs, le versant normatif de l'analyse s'appuie sur une certaine représentation de l'individu et du politique. D'une part, le critère de rationalité de l'individu retenu (réduction au minimum des coûts attendus) par Buchanan et Tullock est discutable. Si l'on compare la situation du choix constitutionnel à « la position originelle sous voile d'ignorance » de la théorie de la justice de John Rawls, il est clair que, dans les deux cas, l'individu est supposé agir rationnellement face à l'incertain. Il choisit pourtant des règles de vie en société radicalement différentes. D'autre part, l'intérêt exclusif porté à la rationalité individuelle empêche d'évaluer les procédures de choix en termes de rationalité collective, comme le font remarquer les théoriciens du choix social parmi lesquels Amartya Sen. Enfin, Buchanan et Tullock remarquent eux-mêmes que le rôle fondateur accordé à l'unanimité témoigne d'une représentation particulière de la société : une société relativement homogène et qui n'est pas traversée par des conflits irréductibles d'in [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : enseignant-chercheur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  LE CALCUL DU CONSENTEMENT, FONDATIONS LOGIQUES DE LA DÉMOCRATIE CONSTITUTIONNELLE, James Buchanan et Gordon Tullock  » est également traité dans :

BUCHANAN JAMES (1919-2013)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 071 mots

James Mc Gill Buchanan est né le 2 octobre 1919 à Murfreesboro dans le Tennessee. Après des études universitaires, il poursuit sa formation de chercheur à l'université de Chicago où il obtient un doctorat en 1948. De 1957 à 1967, professeur à l'université de Charlottesville en Virginie, il dirige le Centre Thomas Jefferson d'études d'économie politique et de philosophie sociale qu'il avait fondé […] Lire la suite

Pour citer l’article

Samuel FEREY, « LE CALCUL DU CONSENTEMENT, FONDATIONS LOGIQUES DE LA DÉMOCRATIE CONSTITUTIONNELLE, James Buchanan et Gordon Tullock - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-calcul-du-consentement-fondations-logiques-de-la-democratie-constitutionnelle/