LE BRUIT ET LA FUREUR, William FaulknerFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un récit à quatre voix

En effet, l'histoire de la famille Compson est ici racontée successivement par quatre narrateurs : un idiot de trente-trois ans, Benjy Compson ; son frère, Quentin Compson, qui s'est suicidé dix-huit ans plus tôt ; son autre frère, Jason Compson ; enfin, un narrateur extérieur à l'histoire. Au fil de ces narrations, le texte se rapproche des techniques romanesques traditionnelles : le lecteur comprend rétrospectivement des situations qui lui ont été d'abord présentées sous une forme opaque, partiale, ou fragmentaire.

Le premier monologue est le plus difficile à lire, et le plus passionnant : le texte de Faulkner prête une voix intérieure à un idiot muet, et nous permet d'imaginer le monde à travers son regard. Le titre du roman, emprunté au Macbeth de Shakespeare, suggère que ce monologue est une « histoire pleine de bruit et de fureur, racontée par un idiot et qui ne signifie rien ». De fait, le récit ne respecte pas la chronologie et passe abruptement des scènes présentes (où Benjy souffre de l'absence de sa sœur bien aimée Caddy) aux scènes de l'enfance (lorsque Caddy était encore là). De plus, une syntaxe pauvre ou elliptique signale l'irruption d'expériences qui échappent au langage articulé. Dans le deuxième monologue, Quentin Compson, étudiant à Harvard, ressasse sa fascination incestueuse pour Caddy et sa haine pour ses rivaux. Le récit, ici encore, hésite entre présent et passé, entre discours construit et « courant de conscience » où l'afflux des images défie logique et chronologie ; Quentin multiplie les tentatives magiques pour annuler le temps : il arrache les aiguilles de sa montre, et finira par se suicider : « Il n'y a que lorsque la pendule s'arrête que le temps se remet à vivre. Les aiguilles étaient allongées, pas tout à fait horizontales. Elles formaient une courbe légère comme des mouettes qui penchent dans le vent. Contenant tout ce qui d'habitude m'inspirait des regrets, comme la nouvelle lune contient de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : agrégée d'anglais, titulaire d'une thèse de doctorat en littérature américaine, maître de conférences à l'université de Toulouse-II

Classification

Autres références

«  LE BRUIT ET LA FUREUR, William Faulkner  » est également traité dans :

FAULKNER WILLIAM (1897-1962)

  • Écrit par 
  • Michel GRESSET
  •  • 3 320 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les cheminements de la création »  : […] Qui fut Faulkner  ? À cette question, qui hante l'esprit de ses lecteurs depuis que Sartre la posa, en février 1938, il faut, même après la publication de l'énorme biographie de l'écrivain par J. Blotner, substituer la seule interrogation pour le moment pertinente et utile : qu'a fait Faulkner ? La vérité de Faulkner est dans ses manuscrits. La proposition peut paraître facile, mais elle ne l'est […] Lire la suite

MO YAN (1955- )

  • Écrit par 
  • Chantal CHEN-ANDRO
  •  • 1 031 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une œuvre aux racines profondes »  : […] La plupart des récits de Mo Yan se déroulent dans son pays natal de Gaomi au Shandong. Pour l'écrivain, il s'agit de créer un lieu imaginaire qui lui permette d'y ancrer le temps personnel. « Quand je me livre à l'écriture romanesque, écrit-il en 1989, c'est pour moi comme si, un chant triste aux lèvres, je cherchais partout mon pays perdu. » En 1984, Mo Yan lit Le Bruit et la fureur de William F […] Lire la suite

Pour citer l’article

Aurélie GUILLAIN, « LE BRUIT ET LA FUREUR, William Faulkner - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-bruit-et-la-fureur/