BEAU LE

ART (Aspects esthétiques) - Le beau

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 5 570 mots
  •  • 6 médias

Que ce soit en musique, dans les arts visuels, en littérature, au théâtre, l'art du xxe siècle – celui que nous considérons comme « moderne » – se montra agressif et provocant. Il a fait peu de cas de la beauté, au point que celle-ci devint parfois la marque des productions académiques.Nous constatons, à l'inver […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-aspects-esthetiques-le-beau/#i_4748

BEAU ET LAID (philosophie)

  • Écrit par 
  • Olivier TINLAND
  •  • 1 421 mots

La dichotomie du beau et du laid trouve en philosophie son illustration première dans la figure de Socrate, personnage énigmatique et contradictoire aux yeux de ses contemporains fascinés par la beauté des formes corporelles et artistiques : Socrate, en effet, est à la fois celui qui a la plus belle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beau-et-laid/#i_4748

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 698 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les formes et le sens »  : […] Lorsque Kant oppose la « beauté adhérente », déterminée par la perfection de ce que doit être l'objet dans lequel elle se manifeste, à la « beauté libre », sans concept, il prend pour exemple de cette dernière non seulement les fleurs, le colibri, l'oiseau de paradis, les crustacés marins, les rinceaux ou les papiers peints, mais encore la « musique sans texte ». L'art abstrait tout entier ne ris […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-abstrait/#i_4748

ACADÉMIE DE FRANCE À ROME

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 048 mots
  •  • 2 médias

Suscitée par Colbert et par Charles Le Brun, « premier peintre » de Louis XIV, la fondation de l'Académie de France à Rome (1666) découlait d'idées simples et fortes mais qui n'ont plus cours aujourd'hui. Pour les hommes du xvii e  siècle, les vestiges de l'Antiquité, les chefs-d'œuvre des maîtres de la Renaissance constituaient d'insurpassables […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/academie-de-france-a-rome/#i_4748

AISTHESIS (J. Rancière) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gilles QUINSAT
  •  • 1 077 mots

En 1946, Erich Auerbach publiait Mimésis , un essai qui fit date. Comme le précisait son sous-titre, l'ouvrage se proposait de décrire l'évolution de « la représentation de la réalité dans la littérature occidentale », de l' Odyssée d'Homère à La Promenade au phare de Virginia Woolf. À chaque chapitre, Auerbach partait de l'examen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aisthesis/#i_4748

ANATOMIE ARTISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 8 905 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Du réseau égyptien au canon de Polyclète »  : […] L'effigie est communément produite chez les Égyptiens dans une intention magique. Beaucoup de leurs images n'étaient pas faites pour la vue ; enfouies dans la nuit du sépulcre, leur mission était de capter et supporter une vie d'au-delà . De l'homme, une forme symbolique est conservée, libérée du temps et, par conséquent, de la représentation organique. Invariablement, la plastique égyptienne met […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anatomie-artistique/#i_4748

ANCIENS ET MODERNES

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 5 036 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La spirale des querelles »  : […] L'ambiguïté de la pensée qui consiste à maintenir l'idée d'un progrès, tout en affirmant la perfection atemporelle de l'antique, n'a pas manqué de susciter de nombreux rebondissements dans les querelles entre Anciens et Modernes. Leurs débats se révèlent particulièrement vivaces à partir de la fin du xvi e  siècle, quand les remises en question ra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anciens-et-modernes/#i_4748

ARCHITECTURE & MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 7 421 mots

Dans le chapitre « Position du problème : la correspondance des arts »  : […] Dans un monde imbu de mythes, les relations de l'architecture et de la musique s'exprimaient sous une forme allégorique ; la philosophie, dans bien des cas, s'est voulue une réflexion sur ces allégories. On connaît l'histoire d'Amphion : le fils d'Antiope et de Jupiter bâtit les murs de Thèbes en jouant de la lyre ; au gré des sons, les pierres venaient prendre chacune sa place. À quoi fait écho l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-et-musique/#i_4748

ART POUR L'ART

  • Écrit par 
  • Florence FILIPPI
  •  • 1 088 mots

L'histoire littéraire tend à confondre l'art pour l'art et le cénacle poétique constitué autour de la revue Le Parnasse contemporain (1866) et consacré près de trente ans plus tard, en 1893, par la parution des Trophées de José Maria Heredia. Pourtant, l'idée que l'œuvre d'art n'a d'autre fin qu'elle-même est une préoccupation centrale des théories e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-pour-l-art/#i_4748

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 917 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une synthèse essentielle : Baudelaire »  : […] En écrivant l' Art romantique , en affirmant que la poésie doit être à la fois liée à la vie moderne et au beau idéal, Baudelaire définit un programme qu'il accomplit exactement, alors que ses contemporains versent tantôt dans le culte parnassien de la plastique tantôt dans le mépris du style. Mais surtout il écrit les Correspondances et réalise ainsi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-poetiques/#i_4748

BAUMGARTEN ALEXANDER GOTTLIEB (1714-1762)

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 588 mots

Élève de Christian Wolff à Halle, Baumgarten fut très tôt marqué par la pensée de Leibniz, à laquelle il devait par la suite s'opposer, et par celle de son maître d'alors. Nommé professeur extraordinaire à Halle en 1737, puis professeur ordinaire à Francfort-sur-Oder en 1740, il se fit connaître en publiant, entre 1750 et 1758, les deux volumes de son Aesthetica dans laquelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexander-gottlieb-baumgarten/#i_4748

BELLORI GIOVAN PIETRO (1613-1696)

  • Écrit par 
  • Marc LE CANNU
  •  • 602 mots

Homme de lettres italien, critique d'art, bibliothécaire de Christine de Suède, puis conservateur des Antiquités de Rome sous le pontificat de Clément X. L'œuvre de théoricien de Bellori, consignée dans un discours sur l' Idée du peintre, du sculpteur et de l'architecte ( L'Idea del pittore ..., 1644 et 1672) ainsi que de biographe ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovan-pietro-bellori/#i_4748

CARICATURE

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 8 333 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Caricature, antithèse de la beauté »  : […] Pour saisir l'allusion satirique contenue dans les œuvres antérieures à la Renaissance, il faut remonter de l'œuvre à l'intention qui l'a suscitée. L'auteur du Monde renversé , Reinmar von Zweter, définissait au xiii e  siècle l'homme parfait de la façon suivante : « Il doit avoir des yeux d'autruche et un cou de grue, deux o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caricature/#i_4748

CRITIQUE D'ART, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 4 829 mots

Dans le chapitre « La critique des professeurs »  : […] C'est dans des œuvres rhétoriques du i er  siècle avant et après J.-C. conçues en milieu romain (Cicéron, Denys d'Halicarnasse, Quintilien) que réapparaissent des histoires normatives de l'art bâties sur le modèle de Xénocrate, mais avec une progression et un idéal tout autre. Ces développements illustrent des histoires de la rhétorique en posant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-d-art-antiquite-greco-romaine/#i_4748

CRITIQUE DE LA FACULTÉ DE JUGER, Emmanuel Kant - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 042 mots

Dans le chapitre « Le beau et le sublime »  : […] La connaissance ne consiste pas seulement à produire des concepts : il faut encore pouvoir les mettre en relation avec des objets donnés. D'où le rôle déterminant de la faculté de juger, déjà exposé dans la Critique de la raison pure  : soumettre le cas à la règle, « subsumer le particulier sous l'universel ». Mais le jugement ne fait pas que s'exercer au service de l'entende […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-de-la-faculte-de-juger/#i_4748

DÉSIR, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 361 mots

Dans le chapitre « Le désir, entre manque et plénitude »  : […] Pour Platon, l' épithumètikon , c'est-à-dire la capacité de désirer, est une des trois parties constitutives de l'âme humaine (telle que décrite dans le quatrième livre de La République , 385-370 av. J.-C.). Le désir est pour lui une dimension constitutive de l'acte philosophique. Les six discours en l'honneur d'Éros qui se succèdent dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/desir-philosophie/#i_4748

DU BEAU, ENNÉADES I, 6 et V, 8, Plotin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 962 mots

Dans le chapitre « L'idée du Beau »  : […] Dans ce contexte, Plotin répond aux questions posées sur le Beau, sa mondanité ou son « être-là ». Par les réponses qu'il formule, souvent dans une langue qui peut paraître embarrassée et elliptique, il touche au problème de l'art : l'assurance d'un travail sous-jacent de la pensée dans l'expression artistique permet-elle d'affirmer pour autant qu'il existe une pensée par essence « artiste », plut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/du-beau-enneades-i-6-et-v-8/#i_4748

DU BOS abbé JEAN-BAPTISTE (1670-1742)

  • Écrit par 
  • Arnauld BREJON DE LAVERGNÉE
  •  • 742 mots

Après des études en théologie à Beauvais, sa ville natale, Jean-Baptiste Du Bos s'établit à Paris. Son mérite l'ayant fait bientôt remarquer, il remplit diverses missions diplomatiques. Il est principalement connu pour ses écrits, les Réflexions critiques sur la poésie et la peinture (1734) et une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/du-bos-abbe-jean-baptiste/#i_4748

ESTHÉTIQUE - Esthétique et philosophie

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 7 348 mots

Dans le chapitre « L'objet de l'esthétique »  : […] Science ou philosophie, l'esthétique ne peut tenir un discours qui lui soit propre et qui soit cohérent que si elle se donne un objet déterminé. Un objet, cela signifie ici à la fois une intention et un domaine. Autrement dit, ce qui détermine l'objet, c'est la méthode qui se propose de le saisir. Les sciences nous l'apprennent tous les jours : le microbe n'est devenu objet de science que lorsque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-esthetique-et-philosophie/#i_4748

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 893 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Du visible à l'invisible »  : […] Ce n'est pas uniquement de façon métaphysique, comme le veut Platon, qu'il convient d'interpréter la formule homérique selon laquelle « l'Océan est le père des choses ». Cette première grande affirmation du Devenir a aussi valeur esthétique. Elle renvoie en effet à l'élément liquide, archétype de ce miroitement éblouissant qu'est, pour Homère, le Beau. Car le poète ne nous propose pas vraiment un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-histoire/#i_4748

ESTHÉTIQUE - Les catégories esthétiques

  • Écrit par 
  • Anne SOURIAU
  •  • 3 722 mots

Dans le chapitre « Idéal permettant des jugements de valeur »  : […] Quand les conditions nécessaires ne sont pas remplies, l'œuvre échoue à faire naître l'effet désiré par l'artiste ; il est à cet égard instructif d'étudier les œuvres manquées et médiocres : on voit quelles exigences elles n'ont pas su satisfaire. Le système d'exigences définit un type de valeur esthétique à quoi l'on peut se référer pour juger l'œuvre. Le grotesque, par exemple, est une sorte de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-les-categories-esthetiques/#i_4748

ESTHÉTIQUE, Georg Wilhelm Friedrich Hegel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 776 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le « beau artistique » »  : […] Contrairement à Kant qui, avec la Critique de la faculté de juger , avait fondé philosophiquement l'esthétique, Hegel fait montre d'une grande culture artistique, même s'il témoigne de peu de goût pour les arts de son temps. Sa position est originale par rapport à la tradition : certes, il va traiter du beau, mais à cette réserve près qu'il sera question ici du « beau artist […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-georg-wilhelm-friedrich-hegel/#i_4748

ESTHÉTISME

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 745 mots

Le terme d'esthétisme et celui d'esthète, qui lui est lié, se réfèrent à des notions beaucoup plus récentes et plus particularisées que celle d'« esthétique », mot dont ils sont cependant dérivés. Alors que ce dernier terme remonte au grec et qu'il désigne, depuis Baumgarten au milieu du xviii e siècle, la « science du beau » ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetisme/#i_4748

FINS DE L'ART (esthétique)

  • Écrit par 
  • Danièle COHN
  •  • 2 830 mots

Dans le chapitre « Brève histoire de la fin de l'art »  : […] Si les Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes de Giorgio Vasari (1550-1568 ; éd. critique A. Chastel dir., 12 vol., 1981-1989) conçoivent une fin de l'art, c'est en termes d'aboutissement d'une évolution. Depuis la manière « grecque » de peindre, c'est-à-dire depuis les fonds or des tableaux comme des absides, sur lesquels se dressent, hiératiques, les figure […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fins-de-l-art-esthetique/#i_4748

HASKELL FRANCIS (1928-2000)

  • Écrit par 
  • Alain MÉROT
  •  • 813 mots

L'historien de l'art Francis Haskell est né à Londres en 1928. Sa vocation s'éveille juste après la Seconde Guerre mondiale, alors qu'il étudie l'histoire et l'histoire de l'art dans ce King's College de Cambridge auquel il restera attaché toute sa vie, même si c'est à l'université d'Oxford, où il est nommé professeur en 1967, qu'il fera l'essentiel de sa carrière. Un sujet de thèse que lui a prop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-haskell/#i_4748

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Le beau dans les arts populaires »  : […] Il va de soi que toute la production artisanale n'accède pas au niveau artistique même si, de l'aveu général, les Japonais ont la sûreté de l'intuition à propos du beau et demandent à l'objet le plus humble d'être esthétique. Cette tendance profonde explique peut-être que ce pays se soit avisé si tard de distinguer parmi les arts une catégorie populaire. Théoriquement, seul appartient donc au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/#i_4748

JARDINS - Esthétique et philosophie

  • Écrit par 
  • Catherine CHOMARAT-RUIZ
  •  • 3 585 mots

Dans le chapitre « Des parcs pour la philosophie et la beauté »  : […] Il est admis que les cités grecques de l'Antiquité n'abritent pas de jardins dévolus au seul plaisir des hommes, qu'elles disposent de quelques plantations autour des temples auxquelles s'ajoutent, à l'extérieur, des bois sacrés. À l'époque classique, les jardins de l'Académie où Platon enseigne, ceux du Lycée auxquels Aristote est attaché et le Jardin, qu'Épicure rend célèbre à Athènes, accueill […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jardins-esthetique-et-philosophie/#i_4748

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 225 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Deux images du Christ »  : […] L'image du Dieu-Homme qui s'est perpétuée à travers des récits souvent apocryphes fut, au cours des siècles, l'expression de l'idéal des hommes selon les époques et les cultures. Il y eut certainement une transmission orale de l'aspect physique du Christ historique dont témoigne un apocryphe des premiers siècles du christianisme, la Lettre de Lentulus  : Lentulus, consul de T […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesus-jesus-christ/#i_4748

LAID LE

  • Écrit par 
  • Henri VAN LIER
  •  • 608 mots

Le concept de laid a un substrat biologique, et toutes les langues semblent avoir un terme, souvent accompagné d'un geste ou d'une moue, pour désigner le mal venu . C'est que l'être humain, organisme ( intégron ) se percevant par le détour d'autres organismes saisis visuellement, en miroir, est gravement mis en question dans son identité par les ratés de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-laid/#i_4748

LAUGIER MARC-ANTOINE (1713-1769)

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 972 mots

Sans fausser les perspectives, mais en simplifiant, on peut dire que le siècle des Lumières a connu deux grands théoriciens de l'architecture, en France : le père Laugier et Jacques-François Blondel. Tandis que ce dernier poursuivait, non sans nuances, la tradition classique du Grand Siècle, fondée sur un vitruvianisme rationalisé, Laugier ouvrait la voie aux innovations, définissant certains trai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marc-antoine-laugier/#i_4748

MENGS ANTON RAPHAEL (1728-1779)

  • Écrit par 
  • Marc LE CANNU
  •  • 633 mots
  •  • 1 média

À son époque, Anton Mengs passe pour le plus grand peintre d'Europe. Il semble catalyser les aspirations des premiers néo-classiques qui, à la suite de Winckelmann, prônent le retour à la « manière simple et noble du bel antique », au beau idéal, à la pureté de la statuaire grecque et au dessin de Raphaël. On le tient généralement pour le véritable réformateur de la peinture corrompue par le goût […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anton-raphael-mengs/#i_4748

MERVEILLEUX

  • Écrit par 
  • Jacques GOIMARD
  •  • 6 673 mots

Dans le chapitre « Poésie ou récit ? »  : […] Le merveilleux, au début du xx e siècle, était perçu comme un élément d'une rhétorique désuète. C'est Breton qui, dans ses textes théoriques, lui a redonné son lustre ; et le champ sémantique actuel du mot merveilleux en garde la trace. Dès 1924, il établit une relation d'identité entre le beau et le merveilleux : « Le mer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/merveilleux/#i_4748

MICHEL-ANGE (1475-1564)

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 12 223 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le dessin et l'idée »  : […] « Le dessin, que d'un autre nom nous appelons trait, est ce en quoi consiste et ce qui constitue la source et le corps de la peinture, de l'architecture et de tous les autres genres d'art, et la racine de toutes les sciences », fait dire à l'artiste le miniaturiste portugais Francisco da Hollanda dans ses Dialogues avec Michel-Ange écrits à la suite de leurs conversations à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-ange/#i_4748

ŒUVRE D'ART

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 7 918 mots

Dans le chapitre « Pour l'œuvre même »  : […] On se demandera pourquoi une œuvre est reconnue comme œuvre d'art, et parfois même donnée en exemple. Sans doute parce qu'elle a subi victorieusement l'épreuve de la critique : elle satisfait aux normes qui prévalent, et qui constituent les critères de la beauté, car l'idée de beauté est encore une idée normative. Ces règles, ce sont les experts – académiciens, chefs d'école, princes – qui les ins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvre-d-art/#i_4748

ORDRES, architecture

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MIGNOT, 
  • Éliane VERGNOLLE
  •  • 13 398 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Raison, histoire et modernité : la crise du système classique des ordres »  : […] Le système classique des ordres repose sur une fiction, la coïncidence des ordres et du beau naturel ; au xviii e  siècle, cette fiction est passée au crible de la raison, tandis que l'archéologie et l'histoire démontrent le caractère transitoire de ces formes. Déjà, au xvii e  siècle, certains th […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordres-architecture/#i_4748

SUBLIME, littérature

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 351 mots

Dans le chapitre « Le beau et le terrible »  : […] Abolissant la conscience des moyens, le sublime se donne comme pur effet. En indiquant ce qui demeure irréductible aux règles du discours, ce qui les excède, il rejoint l'interrogation très ancienne sur la finalité de l'art. Mais cette interrogation ne se limite plus au cadre de l'art de persuader (qui veut plaire pour instruire), ni même à la littérature ; elle s'élargit notamment aux arts plasti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sublime-litterature/#i_4748

PEINTURE - Les théories des peintres

  • Écrit par 
  • Daniel ARASSE
  •  • 3 805 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les fonctions des théories »  : […] La fonction première des théories des peintres, celle qui se maintient des origines à l'époque moderne, est une fonction d'enseignement. Par théorie, on entend un système organisé et cohérent de concepts qui rendent compte d'une activité ou d'un ensemble de phénomènes. Or, la plupart du temps, les peintres se contentent d'écrire leurs idées de façon éparse, sous forme de notes, de cahiers, de let […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-les-theories-des-peintres/#i_4748

PERRAULT CLAUDE (1613-1688)

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 1 001 mots
  •  • 1 média

Médecin, savant et architecte, Claude Perrault fait partie de ces esprits universels dont le xvii e  siècle offre de nombreux exemples. On lui doit des contributions pleines d'intérêt, parfois même décisives, dans des domaines aussi différents que la philosophie naturelle, l'anatomie animale et humaine, la science des machines et l'architecture, c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-perrault/#i_4748

PHYSIOGNOMONIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 8 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « D'Aristote à Lavater »  : […] Le texte fondateur de la physiognomonie, les Physiognomonica , fut longtemps attribué à Aristote lui-même et appartient sans doute à son école. Plus tard, trois autres auteurs y puisèrent tout en le complétant : le sophiste grec Polémon ( ii e  s. apr. J.-C.), un anonyme latin parfois identifié à Apulée ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiognomonie/#i_4748

PINO PAOLO (actif entre 1534 et 1564)

  • Écrit par 
  • Marc LE CANNU
  •  • 747 mots

Peintre et théoricien de l'art formé dans le milieu néo-giorgionesque, Paolo Pino est l'auteur d'un Dialogue sur la peinture ( Dialogo di pittura , 1548) qu'on peut considérer comme le reflet des débats esthétiques qui passionnaient les artistes actifs à Venise au milieu du xvi e siècle. L'importance de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paolo-pino/#i_4748

PLOTIN

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  •  • 4 962 mots

Dans le chapitre « La purification »  : […] La philosophie de Plotin peut se lire en deux sens : à partir du principe originaire et proprement indicible pour passer à la dualité du pensant et du pensé, puis à l'éparpillement psychique dans le temps et dans l'espace ; mais, à suivre ainsi l'ordre logique d'une «  procession » (qui n'est qu'en apparence histoire et genèse), on laisse échapper la méthode plotinienne comme purification et ascen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plotin/#i_4748

POSTMODERNISME

  • Écrit par 
  • Carla CANULLO, 
  • Romain JOBEZ, 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 5 158 mots

Dans le chapitre « La place du spectateur »  : […] Si la perte ou la transgression de l'originalité et de l'authenticité de l'œuvre d'art constituent l'un des points à partir duquel peut être analysé le phénomène postmoderniste, la place qu'y occupe le spectateur permet par ailleurs d'en souligner la singularité. Il convient à ce titre et à nouveau de nous attacher à l'esthétique moderniste afin d'expliciter, à travers leurs divergences, les carac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/postmodernisme/#i_4748

PROPORTION

  • Écrit par 
  • Philippe BOUDON, 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 8 241 mots

Dans le chapitre « Le pythagorisme organiciste »  : […] En introduisant des idées biologiques dans les spéculations esthétiques on écarte les superstructures métaphysiques qui grèvent le pythagorisme orthodoxe et l'on s'achemine vers une interprétation fonctionnaliste. Le sentiment de la beauté procéderait alors de quelque parenté secrète entre les conditions de la perception et les objets ; serait beau le spectacle des « membres et des autres choses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proportion/#i_4748

RECHERCHE PHILOSOPHIQUE SUR L'ORIGINE DE NOS IDÉES DU SUBLIME ET DU BEAU, Edmund Burke - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Julie RAMOS
  •  • 1 204 mots

La Recherche philosophique sur l'origine de nos idées du sublime et du beau d'Edmund Burke (1729-1797), a été publiée en 1757 et remaniée en 1759. Dès sa parution l'ouvrage a eu un grand retentissement ; il fut souvent réédité et traduit en plusieurs langues : en français (1765), en allemand (1773) et en italien (1804). Burke se livre dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recherche-philosophique-sur-l-origine-de-nos-idees-du-sublime-et-du-beau/#i_4748

RÉFLEXIONS SUR L'IMITATION DES ŒUVRES GRECQUES EN PEINTURE ET EN SCULPTURE, Johann Joachim Winckelmann - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Elisabeth DÉCULTOT
  •  • 1 136 mots

Dans le chapitre « Paradoxes et fragilité du dogme de l'imitation »  : […] Il convient cependant de prendre avec prudence cette lecture résolument tournée vers l'effet de nouveauté de l'œuvre. Si les Réflexions ont de fait profondément marqué le débat esthétique allemand, elles ne s'inscrivent pas moins dans une discussion fort ancienne, dont l'un des grands moments – d'ailleurs étudié par Winckelmann lui-même en amont de cette publication – fut en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reflexions-sur-l-imitation-des-oeuvres-grecques-en-peinture-et-en-sculpture/#i_4748

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 144 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Diffusion des idées romantiques »  : […] Les idées romantiques énoncées de façon si vigoureuse et parfois déconcertante dans le cercle de Schlegel ne sont pas un phénomène isolé, et ne restèrent pas ignorées. On voit d'une part l'Angleterre, parallèlement au groupe allemand, élaborer avec Wordsworth et Coleridge une pensée romantique exposée, du moins sommairement, dans l'introduction des Lyrical Ballads (2 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romantisme/#i_4748

SCHOPENHAUER ARTHUR (1788-1860)

  • Écrit par 
  • Jean LEFRANC
  •  • 3 154 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La connaissance esthétique »  : […] Dans le plan général du Monde comme volonté et comme représentation , la contemplation est présentée comme une étape vers l'abolition du vouloir-vivre. Mais le salut par la gnose n'est accessible qu'à quelques saints, au nombre desquels Schopenhauer ne s'est pas compté lui-même. La contemplation esthétique est offerte à tous, ne serait-ce que dans le spectacle de la beauté d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-schopenhauer/#i_4748

SUBLIME, philosophie

  • Écrit par 
  • Philippe LACOUE-LABARTHE
  •  • 6 168 mots
  •  • 1 média

« Sublime » transcrit le latin sublime , neutre substantivé de sublimis , qui lui-même traduit le grec to hupsos . La formation du mot latin s'explique mal, mais le sens est tout à fait clair : sublimis (de sublimare , élever) signifie : haut dans les airs, et par suite, au sens physique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sublime-philosophie/#i_4748

SULZER JOHANN GEORG (1720-1779)

  • Écrit par 
  • Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
  •  • 1 072 mots

Tout d'abord destiné au clergé, Johann Georg Sulzer, originaire de Winterthur, s'orienta vite vers la philosophie et l'histoire naturelle sous l'influence du chanoine naturaliste Jean Gessner. Il devint instituteur puis vicaire d'un curé de campagne pendant quelques années, « partageant son temps entre l'étude, la contemplation de la nature et les agréments de la société ». Sa carrière d'écrivain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-georg-sulzer/#i_4748

SURRÉALISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ, 
  • Pierre DUBRUNQUEZ
  •  • 11 402 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La beauté et l'amour »  : […] Les textes surréalistes concernant la beauté pourraient sembler contradictoires. Tantôt la beauté et l'art y semblent méprisés, tantôt ils sont donnés comme valeurs suprêmes. Mais cette contradiction n'est qu'apparente. Ce que le surréalisme condamne, c'est la beauté spectacle, séparée de la vie, la beauté qui ne nous transforme pas. Ce qu'il recherche, c'est la beauté bouleversante, et, comme le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-histoire/#i_4748

TECHNIQUE ET ART

  • Écrit par 
  • Marc LE BOT
  •  • 5 565 mots

Dans le chapitre « Le beau et l'utile »  : […] La conservation, par Diderot, des catégories médiévales qui répartissent les activités humaines en « arts libéraux » et « arts mécaniques » marque son intention de ne pas exclure ces derniers du champ de la culture, au moment même où la publication des planches de l' Encyclopédie concourt au développement des modes industriels de la mécanisation. Sans doute est-ce du travail […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/technique-et-art/#i_4748

THÉOLOGIENS ET MYSTIQUES AU MOYEN ÂGE. LA POÉTIQUE DE DIEU, Ve-XVe SIÈCLES, Alain Michel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 1 039 mots

Dans le chapitre « L'histoire de la poétique chrétienne »  : […] L'histoire de la poétique chrétienne est faite par la succession ininterrompue des théologiens et des clercs, qui reflète elle-même la recherche de Dieu. De surcroît, cette succession est aussi étendue à tous les penseurs de l'Antiquité païenne. L'idée du Beau et celle du Bien, qu'on rencontre sous leur plus haute expression dans les Ennéades de Plotin ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theologiens-et-mystiques-au-moyen-age-la-poetique-de-dieu-ve-xve-siecles/#i_4748

WINCKELMANN JOHANN JOACHIM (1717-1768)

  • Écrit par 
  • Horst RÜDIGER
  •  • 1 826 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Accession à l'humanité par la beauté »  : […] Dans ses ouvrages de la période italienne, Winckelmann développa les aperçus esquissés dans ses premiers écrits. À Florence, il rédigea le catalogue d'une collection de gemmes qu'il publia en langue française : Description des pierres gravées du feu baron de Stosch (1760). À ses amis et bienfaiteurs allemands il rendit compte dans deux ouvrages de la découverte des trésors mi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-joachim-winckelmann/#i_4748


Affichage 

Charles Baudelaire , Nadar

photographie

Félix Nadar, Charles Baudelaire au fauteuil, 1855, épreuve unique sur papier salé à partir d'un négatif détruit, 28 cm x 16,5 cm, musée d'Orsay, Paris Portrait du poète, critique d'art et traducteur d'Edgar Poe, par le portraitiste de la bohème parisienne des années 1850 

Crédits : Nadar/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Emmanuel Kant

photographie

Avec ses trois «Critiques» («Critique de la raison pure», 1781, «de la faculté de juger», 1788 et «de la raison pratique», 1790), Emmanuel Kant (1724-1804) fonde les conditions d'une connaissance et d'une morale universelles de possibles Portrait d'Emmanuel Kant, vers 1790 

Crédits : AKG

Afficher

Gottfried Wilhelm Leibniz

photographie

Esprit encyclopédique, Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) est à la fois philosophe, mathématicien, linguiste, juriste, théologien Dans la Monadologie (1721), il évoque la possibilité d'une harmonie préétablie de l'Univers Portrait de Leibniz, Hist Museum am Hohen Ufer, Hanovre 

Crédits : AKG

Afficher

John Locke

photographie

L'Essai sur l'entendement humain (1690) de John Locke (1632-1704) s'oppose à l'innéisme de Descartes en établissant empiriquement les fondements de la connaissance Ces thèses ont eu une importance considérable dans la constitution de l'esprit des Lumières Portrait de John Locke, Boldeian... 

Crédits : AKG

Afficher

Platon - Athènes

photographie

Né vers 428 avant J-C à Athènes, Platon a reçu l’éducation d’un jeune aristocrate athénien Disciple de Socrate, qu’il met en scène dans ses Dialogues, il fonde sa propre école, l’Académie La forme du dialogue oriente la pensée vers la parole et le questionnement Elle permet une... 

Crédits : AKG

Afficher

Saint Thomas d'Aquin, Juste de Gand

photographie

JUSTE DE GAND, Saint Thomas d'Aquin, huile sur bois Musée du Louvre, Paris 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Charles Baudelaire , Nadar
Crédits : Nadar/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Emmanuel Kant
Crédits : AKG

photographie

Gottfried Wilhelm Leibniz
Crédits : AKG

photographie

John Locke
Crédits : AKG

photographie

Platon - Athènes
Crédits : AKG

photographie

Saint Thomas d'Aquin, Juste de Gand
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie