LE 18-BRUMAIRE DE LOUIS BONAPARTE, Karl MarxFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les contradictions de la IIe République

Lors du coup d'État du 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799), le commandant des troupes de Paris, le général en chef Bonaparte, savamment entouré, obtient des députés du Directoire non expulsés par son armée la proclamation d'un texte qui, le 19 brumaire, le nomme consul provisoire avec Sieyès et Roger Ducos. Il deviendra très vite le Premier consul, plénipotentiaire, avant d'être sacré empereur le 2 décembre 1804.

Un demi-siècle plus tard, enfermée dans l'immobilisme par François Guizot et le roi Louis-Philippe, la monarchie de Juillet tombe en février 1848 face aux barricades de la future IIe République. En trois ans, celle-ci va subir un virage conservateur progressif, la rupture entre les républicains modérés et les socialistes nourrissant le parti de l'Ordre. Ce dernier, qui compte quelques stratèges libéraux, est dominé par les monarchistes. Il n'arrive cependant pas à harmoniser efficacement les branches légitimiste et orléaniste, qui incarnent respectivement la tension alors forte entre l'aristocratie et la bourgeoisie foncière et la bourgeoisie de l'industrie naissante. Le 10 décembre 1848, Louis-Napoléon Bonaparte, neveu de Napoléon Ier, est élu président de la République. Étrange république, présidée par un prince assez populiste mais aux velléités réformatrices, et dont l'Assemblée et le gouvernement sont dominés par les monarchistes. Les atermoiements de ces derniers, la faiblesse des socialistes et la répression qu'ils subissent, le retrait des libéraux motivent et rendent possible le 2 décembre 1851 : coup d'État d'où va jaillir un régime autoritaire à la Constitution calquée sur celle de l'an VIII.

Hegel avait expliqué que la condition pour qu'un événement soit pleinement effectif était qu'il se « répète », c'est-à-dire se grave dans l'ordre symbol [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences (logique et philosophie des sciences) à l'université de Toulouse-II-Le Mirail, département de philosophie

Classification


Autres références

«  LE 18-BRUMAIRE DE LOUIS BONAPARTE, Karl Marx  » est également traité dans :

CLASSES SOCIALES - Penser les classes sociales

  • Écrit par 
  • Gérard MAUGER
  •  • 4 744 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La conception marxiste des classes sociales »  : […] Contrairement à une opinion courante, Karl Marx n'a pas « découvert » les classes sociales : « en ce qui me concerne, écrivait-il en 1852 à Joseph Weydemeyer, ce n'est pas à moi que revient le mérite d'avoir découvert l'existence des classes dans la société moderne, pas plus que la lutte qu'elles s'y livrent. Des historiens bourgeois avaient exposé bien avant moi l'évolution historique de cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classes-sociales-penser-les-classes-sociales/#i_41806

IMAGINAIRE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Pierre ANSART
  •  • 1 312 mots

Dans le chapitre « Les fonctions sociales de l'imaginaire social »  : […] Cette problématique de l'imaginaire n'est pas récente : elle a reçu des réponses élaborées depuis les origines de la réflexion philosophique ; elle a été renouvelée par les fondateurs modernes des sciences sociales. Ainsi, dans ses écrits sur la vie politique de son temps, Karl Marx insiste sur « le poids très lourd » que seraient les traditions anciennes dans le déroulement des révolutions. Dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imaginaire-social/#i_41806

Voir aussi

Pour citer l’article

Emmanuel BAROT, « LE 18-BRUMAIRE DE LOUIS BONAPARTE, Karl Marx - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-18-brumaire-de-louis-bonaparte/