STERNE LAURENCE (1713-1768)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Tristram Shandy »

Lorsque paraît Tristram Shandy, Defoe, Richardson et Fielding avaient imposé au roman anglais forme, thèmes, structure et personnages. On savait conduire un récit, nouer une intrigue, régler les rapports des personnages entre eux, donner à la fiction couleur de réalité, et, au sein d'un univers romanesque bien ordonné, établir quelques solides principes devant régler la conduite des hommes.

Voici que Tristram Shandy surgit pour semer la confusion. Il n'y a pas une histoire, mais des histoires dont on n'entrevoit jamais la fin ; il n'y a pas de conflits, ni passionnels, ni d'intérêt, entre les personnages, qui parlent de tout et de rien sans jamais se comprendre, semble-t-il ; le narrateur (Tristram) prétend raconter sa vie, mais il s'attarde sur son existence prénatale (si l'on peut dire), et quatre volumes s'écoulent avant qu'il ne vienne au monde. Il promet de nous faire part de ses « opinions » ( ?), mais il nous faut accepter aussi celles des autres membres de sa famille, du père Shandy, en particulier, qui retiennent l'attention bien plus longtemps que les siennes propres. Pourtant, ce narrateur a quarante ans passés, et, à ce rythme, ce qui lui reste de vie ne suffirait pas à raconter son « histoire » – mais quelle histoire ? Il faut connaître, avant la sienne, celle de son père Walter, celle aussi de son oncle Toby, dont un épisode retient particulièrement son attention : celui de la blessure à l'aîne qu'il reçut au siège de Namur, dont la centralité fut déterminante et les conséquences incalculables. La chronologie des faits est aussi capricieuse que le déroulement des incidents, l'un et l'autre rebelles à la prédétermination logique, et, pourtant, elle peut se reconstruire par un effort de la mémoire et de la raison raisonnante qui finissent par découvrir une structuration dans ce qui est, à l'évidence du premier regard, la culmination du désordre et la perversité du paradoxe.

Le récit est constamment rompu par des digressions apparemment futiles, dont quelques-unes lourdes et agaçantes, par des interventions constantes du narrateur sous [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : doyen honoraire de la faculté des lettres et sciences humaines d'Aix-en-Provence

Classification


Autres références

«  STERNE LAURENCE (1713-1768)  » est également traité dans :

TRISTRAM SHANDY, Laurence Sterne - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 793 mots

C'est de 1760 à 1767 que Laurence Sterne (1713-1768) écrit les neuf volumes de Tristram Shandy, sous le titre complet de Life and Opinions of Tristram Shandy, Gentleman. Ouvrage formidablement novateur, qui rompt l'unité romanesque du récit mise en place par les romanciers anglais du xviii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tristram-shandy/#i_978

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Les divers genres du roman »  : […] Les idéaux et la tendance de la bourgeoisie à l'analyse du caractère se manifestèrent aussi dans le roman. À la différence des narrateurs qui l'ont précédé, décrivant le monde d'une façon vague et générale, sans faire attention à l'aspect réel des choses, Daniel Defoe (1660-1731) parvient, le premier, à donner l'impression de la réalité, de la chose vécue, en insistant sur des détails qui ne sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_978

BAUDELAIRE CHARLES

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 6 902 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le roman esquivé »  : […] On a pu s'étonner que Baudelaire, admirateur d'Edgar Poe, mais aussi de Hoffmann et de Balzac, ait peu produit en matière de littérature narrative. Pourtant, il a médité sur les problèmes du roman, distinguant par exemple entre les « romanciers forts » et les « romanciers curieux  » quand il a présenté sa traduction de La Révélation magnétique de Poe aux lecteurs de La Liberté de penser le 15 ju […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-baudelaire/#i_978

JACQUES LE FATALISTE ET SON MAÎTRE, Denis Diderot - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe ABRAMOVICI
  •  • 964 mots

Dans le chapitre « Libertés formelles »  : […] « Il est bien évident que je ne fais pas un roman, puisque je néglige ce qu'un romancier ne manquerait pas d'employer. [...] C'est ainsi que cela arriverait dans un roman, un peu plus tôt ou un peu plus tard, de cette manière ou autrement ; mais ceci n'est point un roman, je vous l'ai déjà dit, je crois, et je vous le répète encore. [...] Un faiseur de romans n'y manquerait pas ; mais je n'aime p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-le-fataliste-et-son-maitre/#i_978

PARODIE, littérature

  • Écrit par 
  • Daniel SANGSUE
  •  • 5 268 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La parodie comme réflexion en acte »  : […] Les formalistes russes, dans les années 1920, jugeront à l'inverse que la parodie, comme toutes les pratiques qui mettent un texte en relation avec un autre texte (relation à laquelle Julia Kristeva donna par la suite le nom d' intertextualité ), témoigne de la vitalité d'une littérature et constitue un facteur de « l'évolution littéraire ». Pour Iouri Tynianov, en « détruisant » l'ensemble ancien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parodie-litterature/#i_978

Pour citer l’article

Henri FLUCHÈRE, « STERNE LAURENCE - (1713-1768) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/laurence-sterne/