MOHOLY-NAGY LÁSZLÓ (1895-1946)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Art et industrie

En décembre 1921, l'installation à Berlin d'El Lissitzky, porte-parole du constructivisme russe, a produit un impact certain sur l'évolution de Moholy-Nagy. C'est la disparition du tableau lui-même qui est annoncée dans les Prouns de l'artiste russe : définis comme « stations d'aiguillage entre peinture et architecture », ces œuvres intègrent dès 1919 à l'espace flottant et infini du suprématisme des volumes projetés en axonométrie ainsi que des textures et des matériaux faisant référence à la construction architecturale. La série de peintures et de gravures Glassarchitektur commencée par Moholy-Nagy en 1922 présente une étroite affinité d'esprit avec ce principe. Dans Composition Q VIII (1922, huile sur toile, 96 cm × 75 cm, Museum des XX. Jahrhunderts, Vienne), par exemple, l'artiste hongrois élabore un équilibre de formes directement empruntées à l'abstraction géométrique russe (carré rouge, rectangle noir, croix noire). Il introduit aussi des effets de transparence évoquant le verre, qui perturbent la perception de l'espace. Des projections axonométriques à partir de 1924, puis l'utilisation de matériaux tels que l'aluminium ou la Bakélite à partir de 1926 viendront accentuer cet effacement des limites entre tableau, objet et projet. Dans un groupe de petits assemblages en métal, en bois et en verre exposés à la galerie Der Sturm la même année, Moholy-Nagy propose l'application de ces principes en trois dimensions. Bien que modeste en regard des expériences menées à la même époque par Alexandre Rodtchenko en Russie, ce travail sur les propriétés physiques et esthétiques des matériaux lui vaut de rejoindre le corps enseignant du Bauhaus. Le jeune Hongrois y remplace Johannes Itten dans la responsabilité du cours préliminaire, où il développe une approche à la fois visuelle et tactile des formes et des matériaux, encourageant l'élaboration de prototypes d'objets utilitaires, destinés à être reproduits en usin [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : docteur en histoire de l'art, responsable de programmation au musée du Louvre

Classification


Autres références

«  MOHOLY-NAGY LÁSZLÓ (1895-1946)  » est également traité dans :

AFFICHE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 815 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les avant-gardes »  : […] L'art de l'affiche en vient à bouleverser le regard communément porté sur la représentation picturale. Ainsi, à partir de 1910, Braque et Picasso, attentifs à la réalité du quotidien, et en particulier aux trouvailles plastiques de l'affichage mural, inscrivent des lettres peintes au pochoir et introduisent des éléments de textes découpés dans des journaux et autres imprimés, directement sur la […] Lire la suite

BAUHAUS

  • Écrit par 
  • Serge LEMOINE
  •  • 4 454 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La pensée diffusée »  : […] Dès sa création, le Bauhaus provoqua de nombreuses réactions : une affiche placardée sur les murs de Weimar, « la ville de Goethe », demandait aux habitants de participer, le 22 janvier 1919, à une manifestation pour la défense de la Hochschule für bildende Kunst, « menacée de ruine par la prédominance exclusive d'une certaine tendance ». D'un autre côté, l'initiative de Gropius exerça un attrait […] Lire la suite

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 563 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Orientations des recherches graphiques »  : […] « Aujourd'hui, écrit Huysmans en 1880, pour plaire à cette cohue d'acheteurs qui fait emplette de livres soi-disant de luxe, par prose, par vogue, il faut recommencer les mièvreries du dernier siècle... » Le livre Art nouveau doit d'abord être compris comme une réaction moderniste contre ce passéisme et cet éclectisme régnants. Il rapproche l'art du livre des arts vivants (affiche, architecture, […] Lire la suite

MOHOLY LUCIA (1894-1989)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 769 mots

Reconnue pour son importante contribution à l'iconographie de l'école allemande du Bauhaus, l'œuvre de Lucia Moholy enrichit l'histoire de la photographie d'une réflexion étendue aux arts plastiques qui ont marqué une grande partie du xx e  siècle. Lucia Schulz est née le 18 janvier 1894 à Karlin, un faubourg de Prague où elle fera des études universitaires en philosophie, en philologie, en hist […] Lire la suite

ŒUVRE D'ART TOTALE

  • Écrit par 
  • Philippe JUNOD
  •  • 8 393 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des arts de la scène »  : […] Or la scène, marquée par l'impact du wagnérisme, ne pouvait manquer d'offrir à ces rencontres un espace privilégié . En 1894, Albéric Magnard (1865-1914) déclarait, dans un article consacré à La synthèse des arts dans la Revue de Paris  : « Le théâtre lyrique est aujourd'hui la forme la plus complète de l'art synthétique et la seule qui permette la fusion du mot, du son, de la couleur. » Appia, […] Lire la suite

PHOTOGRAMME

  • Écrit par 
  • Marc-Emmanuel MÉLON
  •  • 1 172 mots

Selon ses domaines d'application, le terme « photogramme » désigne des images de nature différente. En technique cinématographique, il signifie la plus petite unité de prise de vue, l'image indivisible dont la succession, vingt-quatre fois par seconde, crée la continuité filmique. Le mot « photogramme » est aussi employé dans l'acception de « photographie », mais il s'applique alors, spécifiquemen […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La photographie subjective »  : […] La photographie de libre expression ou photographie subjective a eu une vogue parallèle à celle de l'art abstrait en peinture . Aux États-Unis, László Moholy-Nagy, venu du Bauhaus, enseignait à Chicago l'intégration des procédés photographiques à une expérimentation plastique totalement libérée (jeux de lumières -photogrammes) . Il marqua les Américains Harry Callahan et Aaron Siskind et leurs élè […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE (art) - Photographie et peinture

  • Écrit par 
  • Jean-Luc DAVAL
  •  • 5 269 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La « photographie pure » »  : […] La photographie pure met en jeu la tension entre l'apparence du monde extérieur et la personnalité de celui qui la met en scène. L'histoire générale de la vision, et plus particulièrement la trajectoire de l'art moderne, rendent opérationnelle cette notion. La photographie pure s'oppose directement au pictorialisme, ce que résumera Marius de Zayas, un ami de Stieglitz, dans le n o  42-43 de Came […] Lire la suite

PHOTOMONTAGE

  • Écrit par 
  • Marc-Emmanuel MÉLON
  •  • 1 220 mots

L'entre-deux-guerres fut la période glorieuse de l'histoire du photomontage qui fut alors exploité par de nombreux peintres, photographes, graphistes, typographes et publicitaires. Pratiqué sporadiquement au cours du xix e siècle sans que son usage soit sous-tendu par une réflexion sur la spécificité de ce moyen d'expression — excepté peut-être par les photographes victoriens C. G. Rejlander et H […] Lire la suite

RENGER-PATZSCH ALBERT (1897-1966)

  • Écrit par 
  • Marc-Emmanuel MÉLON
  •  • 1 118 mots

Les historiens de la photographie qui se sont attachés à étudier le bouillonnement créatif qui emporte la photographie allemande au lendemain de la Première Guerre mondiale s'accordent à reconnaître en Albert Renger-Patzsch un chef de file dont le style original, puissant et si parfaitement défini a immédiatement séduit et entraîné à sa suite nombre d'émules. Chef de file, Renger-Patzsch le fut à […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marcella LISTA, « MOHOLY-NAGY LÁSZLÓ - (1895-1946) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/laszlo-moholy-nagy/