LASCAUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lascaux étudié

Situation

Lascaux s'ouvre au sommet d'une colline, à un kilomètre au sud de Montignac-sur-Vézère, en Dordogne. Cette localisation topographique est exceptionnelle – car généralement les sites pariétaux paléolithiques sont proches des fonds de vallées et des cours d'eau. Le réseau karstique facilement pénétrable sur 250 m de longueur se développe dans un banc de calcaire détritique coniacien, à proximité de la surface.

Architecture naturelle et dispositif pariétal

Des galeries étroites et basses comme le Passage et le Diverticule des félins alternent avec des galeries plus spacieuses hautes de plafond, tels le Diverticule axial et la Nef, et avec deux salles, la Rotonde et l'Abside.

Cette architecture naturelle remarquablement symétrique fut magnifiquement utilisée par les artistes magdaléniens. Aux séquences linéaires de figures exécutées sur des parois planes subverticales de galeries amples, Nef et fond du Diverticule axial, s'opposent les assemblages issus des structures géologiques circulaires des salles : une symbiose étroite fut ainsi instaurée entre les grands taureaux de la Rotonde et leur support, un bandeau concave couvert de calcites blanches « en chou-fleur », déployé en demi-cercle entre un entablement rocheux sombre et un plafond également impropre à recevoir des représentations. Dans l'Abside, les rondes d'animaux peints mais aussi gravés sont presque complètement bouclées et se superposent du bas des parois au centre du plafond : grands herbivores en bas, taureaux et chevaux, cerfs et biches à mi-hauteur, chevaux au plafond.

Plan de la grotte de Lascaux

Dessin : Plan de la grotte de Lascaux

Plan de la grotte de Lascaux : distribution des principaux thèmes. (les gravures sont mentionnées en italique, les peintures en romain). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les deux galeries étroites et basses ont été décorées différemment : on y trouve surtout des petites gravures placées sur les deux parois et qui se rejoignent souvent sur le plafond.

Mais le dispositif pariétal le plus remarquable est celui du Diverticule axial, en son début. Pour peindre leurs animaux et leurs signes sur le calcaire concrétionné blanc, les artistes préhistoriques durent ériger un échafaudage : un plancher reposant à bonne hauteur (2 m par endroits) sur des solives calées avec soin dans les parois ; des mortaises creusées, enduites d'argile, sont encore parfaitement visibles ; le bois de chêne identifié parmi les macrorestes végétaux trouvés dans le Diverticule axial fut probablement le matériau employé. Devenu ainsi accessible sans difficulté, le plafond fut intégré au dispositif comme dans les boyaux bas et étroits : des vaches viennent y converger selon des axes de symétrie en cartes à jouer parfaitement élaborés.

Les thèmes

L'homme sporadiquement représenté sur les parois des cavernes préhistoriques est absent des salles et galeries de Lascaux envahies d'animaux et de signes ; mais on le trouve quelques mètres en contrebas, dans le Puits, c'est-à-dire à l'extrémité d'une galerie inférieure qui put servir d'accès aux Paléolithiques. Le chasseur est renversé par le bison qu'il vient de transpercer de sa sagaie ; sa tête est étrangement semblable à celle de l'oiseau juché sur un piquet qui est dessiné comme les nombreux signes linéaires à tirets gravés ou peints dans le niveau supérieur ; à gauche, trois paires de points, signe identique à celui qui est exécuté en rouge au fond du Diverticule des félins, sont placées sous la queue agitée d'un rhinocéros laineux. Il n'y a guère plus de cinq exemples de composition scénique dans l'art paléolithique européen, qui, soit mobilier soit pariétal, n'est jamais ni narratif ni réaliste (absence de paysage, d'arbres, d'objets, etc.), à la différence de nombreux autres arts rupestres préhistoriques dans le monde. La composition représentée dans le Puits associe donc trois thèmes figuratifs rares, homme-oiseau-rhinocéros, absents du dispositif pariétal supérieur où le bison est peu représenté : 20 individus seulement pour 87 aurochs, 88 cerfs et biches, 35 bouquetins et 355 chevaux. Dans ce bestiaire s'insèrent discrètement trois autres thèmes animaux peu fréquents dans les grottes paléolithiques : sept félins gravés, concentrés dans le Diverticule final du réseau, un renne gravé mal identifiable, dans les enchevêtrements complexes de l'Abside, enfin un ours peint en noir en partie dissimulé dans l'épais contour pectoral noir d'un immense taureau de la Rotonde ; il ne manque que le mammouth dans ce cortège d'animaux de Lascaux associés à une foule de signes peints et gravés.

On a dénombré 410 signes, mais leur quantité serait supérieur [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Principales grottes ornées d'Europe

Principales grottes ornées d'Europe
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Plan de la grotte de Lascaux

Plan de la grotte de Lascaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Aurochs et chevaux, Lascaux

Aurochs et chevaux, Lascaux
Crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

photographie

Cheval, Lascaux

Cheval, Lascaux
Crédits : Pierre Andrieu/ AFP

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en préhistoire, maître de conférences au Muséum national d'histoire naturelle, Paris
  • : docteur ès lettres et sciences humaines, professeur de classe exceptionnelle au Muséum national d'histoire naturelle, Paris

Classification

Autres références

«  LASCAUX  » est également traité dans :

ART PARIÉTAL EUROPÉEN

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 235 mots
  •  • 1 média

La chronologie de l'art rupestre préhistorique a longtemps reposé sur l'évolution stylistique générale mise en évidence par André Leroi-Gourhan, en s'appuyant sur des fouilles archéologiques. Celui-ci distinguait 4 styles, depuis les tracés sommaires de l'Aurignacien, vers — 30000, jusqu'à l'épanouissement de l'art des grottes magdaléniennes (— 15000-— 10000). Toutefois les peintures de la grotte […] Lire la suite

ART PRÉHISTORIQUE EUROPÉEN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 413 mots

— 40000-— 35000 Des traits gravés apparaissent à la fin du Paléolithique moyen. Dus aux derniers Néandertaliens, ils témoignent de l'existence de systèmes de signes matériels. — 32000-— 28000 Datations par le carbone 14 de la grotte Chauvet (découverte en Ardèche en 1994). Ces dates prouvent une émergence précoce de l'art pariétal animalier dans le sud de la France. — 30000-— 25000 Aurignacien […] Lire la suite

FIGURATION, paléolithique et néolithique

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 4 562 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les premières images »  : […] C’est à partir de 100 000 ans environ que de petits groupes de Sapiens s’éloignent progressivement de l’Afrique, sans doute par élargissement insensible de leurs territoires de chasse et de cueillette. Ils atteignent, vers l’est, l’Australie il y a 50 000 ans environ, ce qui suppose une maîtrise de la navigation en mer. Vers l’ouest, ils sont signalés en Europe à partir de 40 000 ans. Ils franchi […] Lire la suite

MAGDALÉNIEN ART

  • Écrit par 
  • Denis VIALOU
  •  • 1 481 mots
  •  • 4 médias

Chacun connaît l'art magdalénien, même sans le voir, au moins depuis la découverte de la grotte de Lascaux (Dordogne) en 1940. L'art magdalénien fut même le premier art d'un passé « préceltique » inconnu, introduit dans des musées français, dès la première moitié du xix e  siècle, grâce à la trouvaille d'objets osseux gravés de représentations animales. Une des fouilles pionnières organisées dans […] Lire la suite

PRÉHISTORIQUE ART

  • Écrit par 
  • Laurence DENÈS, 
  • Jean-Loïc LE QUELLEC, 
  • Michel ORLIAC, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Denis VIALOU
  •  • 27 703 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Techniques et styles »  : […] L'utilisation de moyens techniques analogues et de supports naturels identiques pendant tout le Paléolithique supérieur donne une certaine uniformité techno-stylistique à l'art paléolithique et le distingue nettement d'autres formes artistiques préhistoriques. Sous le nom générique de «  gravure », les préhistoriens ont coutume de rassembler les représentations réalisées soit par incisions, fines, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick PAILLET, Denis VIALOU, « LASCAUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lascaux/