LAQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Laques chinois

Technique

Des incisions pratiquées dans l'arbre à laque laissent suinter une résine visqueuse, qu'on épure par des filtrages et une ébullition lente. À l'état semi-fluide, le laque, prêt à l'emploi, sera coloré, le plus souvent en noir (sulfate de fer ou noir de fumée) ou en rouge (cinabre), parfois en vert, en jaune, en bleu ; il peut aussi être le véhicule de poudres d'or ou d'argent. Il peut s'appliquer sur des tissus, des métaux, le cuir, la vannerie, la porcelaine, mais a surtout été employé sur le bois, directement ou sur une toile interposée. Le laque est posé en couches minces, chacune devant être séchée et poncée avant la pose de la suivante. À l'époque Ming, le nombre de ces couches pouvait atteindre une centaine. Le séchage doit se faire en milieu humide, à l'ombre et à l'abri de la poussière. Il se pratique dans des fosses ou sur des lacs, dans des barques. Devenu dur, soigneusement poli, le laque reçoit un décor. Le plus simple est le décor peint au moyen de laques colorés ou dorés ; il apparaît dès le ve siècle avant J.-C. Le décor sculpté, taillé dans l'épaisseur des couches, est connu dès les Han ; il dominera la production à partir des Yuan. Le laque peut aussi être incisé, les creux, linéaires ou larges, étant emplis d'or ou de couleurs. Enfin, il est souvent incrusté de matières variées : l'argent (à l'époque Han), la nacre, l'argent et l'or (aux époques Tang et Ming), des combinaisons de nacre, d'ivoire, de pierres dures (à l'époque Qing). Le soin et le temps requis pour la réussite des laques en ont fait, à toute époque, des objets de luxe. Sous les Ming, on imita à bon marché les laques sculptés en recouvrant des reliefs préalablement ciselés ou moulés.

Le plus ancien témoin de l'art du laque – un fragment à reliefs proches de ceux des bronzes – a été découvert en 1980 sur le site d'Erlitou (Henan), à un niveau datant du xviie siècle environ avant notre ère. De la phase d'Anyang de la dynastie Shang (xive-xiie s. [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Miroir, dynastie Tang

Miroir, dynastie Tang
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Table laquée, dynastie Ming, Chine

Table laquée, dynastie Ming, Chine
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Paire de vases

Paire de vases
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Boîtes en laque

Boîtes en laque
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  LAQUE  » est également traité dans :

B.V.R.B. (Bernard Van Risenburgh)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 274 mots
  •  • 1 média

Dynastie d'ébénistes parisiens, d'origine hollandaise. L'activité des Van Risenburgh s'étend du début du xviii e  siècle (arrivée de Bernard I er à Paris) à 1775 environ (date où son petit-fils Bernard III abandonne le métier pour se consacrer à la sculpture). On connaît surtout les œuvres des deux derniers, Bernard II et Bernard III, estampillées du mystérieux sigle B.V.R.B. qui fut identifié pa […] Lire la suite

CARLIN MARTIN (1730-1785)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 255 mots
  •  • 1 média

D'origine allemande, Carlin se forma à Paris dans le milieu des ébénistes du faubourg Saint-Antoine. Arrivé avant 1759, il se fait recevoir maître en 1766. Ses attaches familiales avec Œben, dont il épouse la sœur cadette, et par lui avec Roger van der Cruse Lacroix (frère de M me Œben) expliquent en partie son style. C'est peut-être par leur intermédiaire qu'il entre en relation avec les marchan […] Lire la suite

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 356 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Évolution du mobilier en bois dur »  : […] L' ébénisterie chinoise se distingue par la qualité des bois employés, la solidité et l'équilibre des volumes, les lois rigoureuses de l'assemblage, la sobriété ou même l'absence de décor, toutes caractéristiques qui valent pour la catégorie la plus remarquable, celle du mobilier en bois dur des demeures austères de l'aristocratie et des classes aisées ; jamais exportée, cette catégorie est la moi […] Lire la suite

CORÉE - Arts

  • Écrit par 
  • Laurence DENÈS, 
  • Arnauld LE BRUSQ, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 11 402 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'époque de Koryŏ (918-1392) »  : […] La chute des Tang, en 906, devait entraîner celle du Silla. La dynastie Koryŏ établit alors sa capitale à Kaesŏng (ou Kä-sŏng, en japonais : Songdō), à mi-chemin entre Séoul et P'yŏngyang. Fervents bouddhistes, les souverains Koryŏ créent de nombreux monastères et accordent aux moines une grande place dans la vie politique. L'imprimerie alors florissante favorise le développement de la cultu […] Lire la suite

COROMANDEL LAQUES DITS DE

  • Écrit par 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT
  •  • 314 mots

Le type des laques dits « de Coromandel » a été créé en Chine vers le milieu du xvii e siècle. Leur nom, celui de la côte orientale de l'Inde, a été donné par les Anglais du fait que c'était dans les ports de cette côte que ces laques, exportés de Chine vers l'Europe aux xvii e et xviii e siècles, étaient transbordés des jonques chinoises sur les navires des compagnies des Indes. Ce sont des ca […] Lire la suite

DUBOIS JACQUES (1693 env.-1763)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 161 mots
  •  • 1 média

Artisan ébéniste parisien, Jacques Dubois produit comme B.V.R.B. (Bernard van Risen Burgh) des œuvres de luxe, en laque ou en marqueterie, très élaborées, ornées de bronzes mouvementés, assez dissymétriques, telles que les voulaient les marchands merciers. Il vendait ses œuvres qui étaient très prisées en province et à l'étranger. Jacques Dubois eut deux fils : l'aîné, Louis, s'établit à son propr […] Lire la suite

GRAY EILEEN (1879-1976)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 977 mots

Eileen Gray est née le 9 août 1879 dans le manoir familial de Brownswood, à Enniscorthy (Irlande). Après avoir suivi des cours de dessin à la Slade School of Fine Arts de Londres, elle s'installe à Paris, où elle avait effectué un premier séjour en 1900, pour visiter l'Exposition universelle. Inscrite à l'école de peinture Colarossi, puis à l'académie Julian, elle s'intéresse très rapidement aux a […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Travail du bois et art du laque »  : […] Des conditions géographiques et climatiques particulièrement favorables ont doté le Japon de forêts aux espèces les plus diverses et aptes à répondre à tous les besoins. Aussi le travail du bois y a-t-il été une activité immémoriale en zone agricole comme en montagne. Par la méthode simple de l'évidage et à l'aide d'outils aussi répandus que l'herminette, le ciseau, le rabot, le peuple taillait à […] Lire la suite

LAQUE BURGAUTÉ

  • Écrit par 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT
  •  • 269 mots

Ce terme, qui provient de burgau , nom vulgaire de diverses coquilles nacrées, désigne des laques unis, ou des porcelaines laquées, incrustés de nacre. Il a été créé par Jacquemart et Le Blant ( Histoire artistique commerciale et industrielle de la porcelaine , Paris, 1862) à propos de porcelaines chinoises ainsi ornées. Il n'est employé actuellement que pour les pièces de la dynastie Qing, parmi […] Lire la suite

MOBILIER

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 4 414 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le mobilier hors d'Europe »  : […] Dès le viii e  siècle, le mobilier chinois parvient à une sorte de perfection dans les formes (coffres et armoires montés sur des pieds ajourés, tables basses) et plus encore dans les techniques, assemblages par languettes et à queue d'aronde, incrustations de fleurs en ivoire ou nacre, laque (Trésor du Shōsō-in de Nara , viii e  s.). L'art du laque atteint, au xvi e  siècle, une virtuosité étonn […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Daisy LION-GOLDSCHMIDT, « LAQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/laque/