LAOS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique démocratique populaire lao (LA)
Chef de l'ÉtatBoungnang Vorachit (depuis le 19 avril 2016)
Chef du gouvernementThongloun Sisoulith (depuis le 19 avril 2016)
CapitaleVientiane
Langue officiellelao
Unité monétairekip (LAK)
Population7 529 000 (estim. 2022)
Superficie (km2)236 800

Histoire

Le Laos, avec ses nombreuses vallées, a été, dès les temps préhistoriques un lieu de passage et un carrefour de routes où ont transité (et aussi séjourné) des populations très diverses (Austronésiens, Austro-Asiatiques...). Les plus anciens occupants connus sont des peuplades à qui on peut attribuer une origine indonésienne, d'idiomes môn-khmers. Elles vivent aujourd'hui dans l'est, le sud-est et le sud du pays, où les ont refoulées, au cours des âges, les Khmers et les Thaïs. On les désigne sous le nom général de Kha (sauvages, esclaves) que leur ont donné les Thaïs. Venus plus tard, les Khmers ont occupé tout le bassin moyen du Mékong, sur les deux rives, asservissant les Indonésiens (Kha) et les Môn ou les refoulant vers les zones montagneuses boisées. L'empire khmer s'étendit, pendant des siècles, sur une grande partie du Laos actuel, jusqu'au coude du grand fleuve et c'est sous son influence que s'indianisèrent, et se convertirent au bouddhisme, les souverains locaux kha et môn.

Les Thaïs, venus du nord (Yunnan) par Dien Biên Phu et les vallées de la Nam Ou et de la Nam Suong, atteignirent le Mékong vers le xie siècle et nouèrent des relations avec l'empire khmer. Parmi ces Thaïs, certains, les Lao, fondèrent sur la rive gauche du Mékong, au confluent de la Nam Kham, une principauté, le Muong Xua, avec comme capitale Xieng Tong (la future Luang Prabang). D'autres, les Lao Phuan, s'établirent plus à l'est, dans la plaine de Xieng Khouang. Ces Lao subjuguèrent les Kha, tout en repoussant la majorité d'entre eux vers les montagnes. Le Muong Xua accepta la suzeraineté des rois d'Angkor et leur influence civilisatrice. Un de ses princes, Fa Ngum, en querelle avec sa famille, s'exila à Angkor, où il épousa une parente du roi khmer. Puis, avec l'appui de ce dernier, il s'empara du Bassac (Champassak) et de Xieng Khouang et finalement, en 1353, s'installa sur le trône à Xieng Tong. Il fonda le royaume du Lan Xang (Million d'éléphants).

Le royaume du Lan Xang

D'Angkor, Fa Ngum avait apporté une statue précieuse du Bouddha, le Pra Bang, qui allait devenir le palladium du royaume. Il adopta le système politique khmer mais conserva de nombreuses structures thaïes. La société du Lan Xang était très hiérarchisée, avec une noblesse militaire et administrative, une « roture » de cultivateurs et d'artisans et enfin des esclaves. Roi conquérant, Fa Ngum imposa son autorité à de nombreux vassaux, occupa une grande partie du plateau de Korat et défia Ayuthia et Sukhothaï. Ses audaces conduisirent sa famille à le détrôner en 1373. Mais les chefs locaux soumis, devenus gouverneurs de provinces ou de pays (muong), continuèrent à diriger leurs fiefs de façon très autonome. La persistance de ces petits fiefs, aux ressources agricoles limitées, que la configuration du terrain, accidenté et boisé, protégeait de leurs voisins, caractérise l'histoire des principautés laotiennes et explique que n'ait pu se constituer un fort État unitaire.

Le Lan Xang envoya des forces au chef vietnamien Lê Loi en lutte contre les Chinois (1421) mais la trahison, au moment décisif, de l'armée lao créa chez les Vietnamiens une défiance tenace à l'égard du Lan Xang. En 1479, les Vietnamiens envahirent le Lan Xang, et prirent Xieng Khouang et Xieng Tong. Cette guerre fut néanmoins sans lendemain. Non seulement le Lan Xang reprit avec le Vietnam des relations normales, mais il devint, pendant l'usurpation des Mac, le refuge des partisans de la dynastie Lê.

Les Lao, qui avaient adopté le bouddhisme theravada, cherchèrent à l'imposer à l'ensemble des peuples du royaume. En 1527, un édit du roi Pothisarat interdit le culte sanglant des génies tutélaires et esprits (phi), ce qui provoqua la résistance des populations animistes des régions montagneuses.

L'extension géographique du royaume (notamment vers le sud) rendait de plus en plus difficile un contrôle direct depuis la capitale, d'autant que les principautés de Xieng Khouang et de Bassac avaient tendance à s'affranchir de l'autorité lointaine du roi. La capitale, Xieng Tong, était elle-même trop exposée aux attaques des Birmans, qui menaient une politique expansionniste vers l'est. Pour être en position plus centrale, pour maintenir aussi une meilleure liaison avec son allié le roi siamois d'Ayuthia, également menacé par les Birmans, le roi du Lan Xang Setth [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 31 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Laos : carte physique

Laos : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Laos : drapeau

Laos : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Monachisme bouddhiste

Monachisme bouddhiste
Crédits : Luis Dafos/ Moment unreleased/ Getty Images

photographie

Laos : corridors de développement

Laos : corridors de développement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 6 médias de l'article

Écrit par :

  • : docteur ès lettres (histoire), historien, professeur (relations internationales)
  • : membre de l'École française d'Extrême-Orient
  • : enseignant à l'Institut national des langues et civilisations orientales
  • : ancien directeur de l'École française d'Extrême-Orient, président honoraire de la Ve section de l'École pratique des hautes études (sciences religieuses), président fondateur de la Société des études euro-asiatiques, musée de l'Homme
  • : directeur de recherche au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  LAOS  » est également traité dans :

ASEAN (Association of South East Asian Nations) ou ANSEA (Association des nations du Sud-Est asiatique)

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LE GLOANNEC
  •  • 225 mots

Organisation internationale fondée en août 1967 par l'Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour et la Thaïlande pour remplacer l'Association de l'Asie du Sud-Est (A.S.A.), l'Association des nations du Sud-Est asiatique vise à coordonner l'action de gouvernements hostiles à la remise en cause du statu quo politique en Asie du Sud-Est. Ses principaux objectifs comprennent : l'élimination d […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les formations végétales »  : […] Le sous-continent indien et l'Asie du Sud-Est présentent les habituelles formations spécifiques des pays tropicaux : forêt dense sempervirente, hygrophile, mésophile ou décidue (tropophile), forêt claire, brousse à épineux, mangrove littorale, forêts d'altitude. Forêts sempervirentes et forêts claires sont plus importantes en Asie du Sud-Est, plus humide ; forêts denses décidues et forêts d'épine […] Lire la suite

BOUN OUM (1911-1980)

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS
  •  • 1 090 mots

Mêlé, comme chef de l'extrême droite, à la vie politique laotienne pendant près de quarante ans, le prince Boun Oum a été un des grands vaincus de la guerre d'Indochine. Issu d'une des deux familles souveraines du Laos, Boun Oum, né le 11 décembre 1911, était le fils du Chao (prince) Nhouy qui, en 1899, avait succédé à son père comme prince et gouverneur du Bassac (ou Champassak). Après des études […] Lire la suite

CALENDRIERS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul PARISOT
  •  • 9 874 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Autres calendriers »  : […] Les calendriers sont innombrables, et il est impossible de les recenser de manière exhaustive. Nous donnerons quelques exemples de leur extrême variété. Le calendrier tamoul, très original, était utilisé au sud de l'Inde et au Sri Lanka. Curieusement, il repose sur le zodiaque tel que celui-ci était en 400 avant J.-C., car le soleil entre en début de chaque mois dans un signe du zodiaque : les mo […] Lire la suite

COMMUNISME - Histoire économique des pays communistes

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 10 454 mots
  •  • 7 médias

L'ensemble des pays appartenant au système socialiste d'économie pouvait se définir, jusqu'à l'effondrement de ce système en 1989-1990, à partir de trois critères principaux. En premier lieu, les activités économiques, tout comme la vie politique, étaient subordonnées aux décisions d'un parti unique, qu'il fût dénommé Parti communiste ou portât un autre nom (Parti socialiste ouvrier hongrois, Par […] Lire la suite

FA NGUM (1316-1374) roi du Lan Xang (1353-1373)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 402 mots

Fondateur du royaume lao de Lan Xang, né en 1316, mort en 1374. Fa Ngum est le petit-fils de Souvanna Khamphong, le dernier d’une longue lignée de chefs de la principauté du Muong Xua, connue plus tard sous le nom de Luang Prabang, sur le cours supérieur du Mékong. D’après la légende, Souvanna Khamphong bannit le père de Fa Ngum pour le punir d’avoir séduit une de ses concubines. La famille s’en […] Lire la suite

GENÈVE CONFÉRENCE DE (1954)

  • Écrit par 
  • Georges-Henri SOUTOU
  •  • 443 mots
  •  • 2 médias

La conférence de Genève réunit du 26 avril au 21 juillet 1954 les représentants des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de l'U.R.S.S., de la France, de la république populaire de Chine (dont ce fut l'entrée sur la scène diplomatique), des deux Corées, du Laos, du Cambodge, du Vietnam et du Viêt-minh. La conférence s'occupa d'abord de la Corée, puis essentiellement de l'Indochine. Sur la Corée l'é […] Lire la suite

INDOCHINE FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Agathe LECOEUR
  •  • 694 mots

emptynull […] Lire la suite

KAYSONE PHOMVIHANE (1920-1992)

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS
  •  • 1 218 mots

Homme politique laotien. Né le 13 décembre 1920 à Savannakhet, d'un père fonctionnaire de l'administration coloniale, Kaysone Phomvihane a fait ses études secondaires et supérieures à Hanoi où, dès 1942, il milite avec les associations clandestines de gauche. En septembre 1945, Hô Chi Minh l'envoie organiser le mouvement d'indépendance à Savannakhet. Il y rencontre, dès octobre, le prince Souphan […] Lire la suite

LUANG PRABANG ou LOUANGPHRABANG

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 244 mots
  •  • 1 média

Capitale royale du Laos jusqu'en 1975, Luang Prabang (40 000 hab. environ en 2005) est un port fluvial de la rive gauche du Mékong, situé à 210 kilomètres au nord de la capitale, Vientiane, sur un carrefour de vallées convergeant du nord et de l'est. Le climat de Luang Prabang est l'un des plus secs des pays indochinois. Les températures y varient d'une moyenne minimale de 13 0 C en janvier à une […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

22 mars 2021 Laos. Élection de Thongloun Sisoulith à la présidence.

L’Assemblée nationale renouvelée en février élit à la présidence de la République le Premier ministre sortant Thongloun Sisoulith, seul candidat. En janvier, celui-ci avait succédé au président Boungnang Vorachit comme secrétaire général du Parti révolutionnaire populaire lao. […] Lire la suite

21 février 2021 Laos. Élections législatives.

L’Assemblée nationale est renouvelée. Seul le Parti révolutionnaire populaire lao au pouvoir est habilité à présenter des candidats. Il obtient 158 sièges sur 164. Deux députés sortants qui avaient critiqué le gouvernement n’étaient pas autorisés à se représenter. Le taux de participation est de 98 %.  […] Lire la suite

15 novembre 2020 Asie. Signature d'un accord de libre-échange entre quinze États d'Asie et du Pacifique.

Il s’agit de la Chine, du Japon, de la Corée du Sud, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande, en plus des dix pays membres de l’ASEAN (Birmanie, Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam). L’Inde en est absente. Ces pays représentent environ 30 p. 100 du PIB mondial. En janvier 2017, le président américain Donald Trump avait retiré son pays du projet de Partenariat transpacifique (TPP) initié par son prédécesseur Barack Obama, qui visait à établir une zone de libre-échange entre les régions Asie, Pacifique et Amérique. […] Lire la suite

21 août 2018 Malaisie – Chine. Renoncement de Kuala Lumpur à des investissements chinois.

Les relations avec Pékin suscitent les mêmes réserves de la part de la Thaïlande, du Vietnam ou du Laos, également concernés par la stratégie de développement chinoise de la nouvelle Route de la soie. […] Lire la suite

1er janvier 2010 Chine. Suppression des droits de douane entre la Chine et l'A.S.E.A.N.

– Birmanie, Cambodge, Laos et Vietnam – bénéficient d'une clause transitoire jusqu'en 2015. L'entrée en vigueur de cette mesure donne naissance à la troisième zone de libre-échange au monde, derrière l'Union européenne et l'Accord de libre-échange nord-américain (A.L.E.N.A.).  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe DEVILLERS, Madeleine GITEAU, Christian LECHERVY, Paul LÉVY, Christian TAILLARD, « LAOS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/laos/