LAOCOON, OU DES FRONTIÈRES DE LA PEINTURE ET DE LA POÉSIE, Gotthold Ephraim LessingFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Gotthold Ephraim Lessing

Gotthold Ephraim Lessing
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Laocoon

Laocoon
Crédits : Bridgeman Images

photographie


L'exemple contre l'axiome : fonction de la critique

Quelle est donc la progression de ce texte qui, à partir de sa parution en 1766, eut un si grand retentissement en Allemagne ? Dès l'abord, le traité paraît marqué par une étrange dualité méthodologique. Lessing entame son essai sur le mode déductif en énonçant le principe suivant : les Modernes, en réduisant les réflexions sur l'art à la seule règle de l'ut pictura poesis, ont fort mal compris les Anciens. Poésie et peinture (c'est-à-dire, dans l'acception de Lessing, arts plastiques en général et notamment sculpture) sont en réalité nettement séparées. Très vite cependant, l'auteur abandonne cette méthode d'exposition et opte pour une progression inductive, remplaçant l'énoncé d'axiomes par l'analyse détaillée d'exemples. Un cas singulier lui sert de point de départ, celui de la description que Johann Joachim Winckelmann donne du Laocoon dans ses Réflexions sur l'imitation de 1755. Winckelmann, note Lessing, semble subordonner peinture et poésie aux mêmes lois en affirmant que, comme le Philoctète de Sophocle, le Laocoon sculpté (œuvre hellénistique redécouverte à Rome en 1506) ne crie pas. Or cette comparaison, fondée sur le principe d'une stricte conformité des deux arts, est erronée pour lui.

Laocoon

Laocoon

Photographie

Groupe du Laocoon, copie romaine d'une œuvre grecque, en marbre, du Ier siècle. Hauteur : 2,42 m, largeur : 1, 60 m. Musées du Vatican, Rome. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Cette structure étrange, où la méthode déductive est en permanence subvertie par la méthode inductive, n'est en réalité nullement le fruit du hasard. Elle découle directement de la conception que Lessing a de la fonction du « critique ». De fait, le critique est pour Lessing celui qui place l'effet de l'œuvre singulière au centre du discours. À la différence du philosophe, qui cherche à démêler les règles générales dont procède cet effet, le critique fonde son discours sur le seul sentiment personnel suscité par l'œuvre donnée, autrement dit sur une analyse strictement empirique de cas singuliers. Dans l'argumentation de Lessing, deux cibles sont tout particulièrement visées [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  LAOCOON, OU DES FRONTIÈRES DE LA PEINTURE ET DE LA POÉSIE, Gotthold Ephraim Lessing  » est également traité dans :

DESCRIPTION (esthétique)

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 1 143 mots

L'histoire de l'art ne peut se construire qu'à partir de l'examen attentif de l'apparence, aussi la description est-elle l'un de ses outils d'investigation fondamentaux. Des travaux, comme ceux de Philippe Hamon ( La Description littéraire : anthologie de textes théoriques et critiques , 1991) et de Roland Recht ( Le Texte de l'œuvre d'art : la description […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/description-esthetique/#i_34144

Pour citer l’article

Elisabeth DÉCULTOT, « LAOCOON, OU DES FRONTIÈRES DE LA PEINTURE ET DE LA POÉSIE, Gotthold Ephraim Lessing - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/laocoon-ou-des-frontieres-de-la-peinture-et-de-la-poesie/