FINNO-OUGRIENNES LANGUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le domaine finno-ougrien

Ces langues sont aujourd'hui localisées, pour la plupart, dans des contrées nordiques, de la Norvège à la Sibérie occidentale ; le hongrois est la seule exception notable. Elles occupent des aires d'importance très inégale avec souvent une densité de population très faible. Le nombre total des individus parlant des langues finno-ougriennes doit être de 20 à 22 millions, pour une quinzaine de langues différentes. Le hongrois, ou magyar, compte le plus de locuteurs : plus de 10 millions dans la seule Hongrie actuelle, mais il est également parlé dans les pays voisins, comme la Transylvanie aujourd'hui roumaine, et dans les colonies d'émigrés (ainsi aux États-Unis). Le finnois, ou suomi, a fourni la langue nationale de la Finlande (plus de 5 millions de locuteurs) où le suédois, parlé par une minorité de 6 p. 100 environ, reste l'autre langue officielle. Le finnois est le représentant principal d'un groupe fennique dont d'autres variétés sont le carélien à l'est (en Russie, 100 000 locuteurs environ) sur le domaine duquel a été trouvé il y a quelques décennies un court texte du xiiie siècle sur écorce de bouleau, l'este, ou estonien, en Estonie (environ 1 million de locuteurs) et, en Russie encore, d'autres parlers moins importants, certains presque éteints aujourd'hui.

Les parlers lapons, dont l'intégration au finno-ougrien pose encore des problèmes, ne sont plus représentés actuellement que par une trentaine de milliers d'individus. En dehors des pays scandinaves – la plupart vivent en Norvège, 3 000 environ en Finlande –, un petit groupe demeure dans la presqu'île de Kola en Russie. Plusieurs parlers lapons ont donné lieu à des langues écrites depuis le xviiie siècle, surtout pour la diffusion de textes religieux.

Toutes les autres langues finno-ougriennes ont leur domaine en Russie ; elles figurent parmi les idiomes qui ont été dotés d'un alphabet et promus au rang de langues écrites pour jouer, à côté du russe, le rôle de langues nationales dans les républiques où on les parle. La mieux représentée est le mordve (environ 1 200 000 locuteurs), qui est aussi la plus méridionale (îlots nombreux sur une aire étendue au nord et au nord-est de Saratov). Le tchérémisse, ou mari, qui comporte diverses variétés, compte environ 590 000 locuteurs, pour moitié dans la république des Maris (région de la Volga, au nord du fleuve surtout, à l'est de Gorki). Le groupe permien, parlé par environ 1 million de personnes, occupe une aire beaucoup plus étendue, surtout avec le zyriène ou komi qui va de la Louza à l'Oural et à la mer de Glace, l'autre langue du groupe étant l'oudmourte, ou votiak, entre la Viatka et la Kama. Les langues dites ougriennes de l'Ob, ou ob-ougriennes (ostiak ou khanti et vogoul ou manśi), sont également établies sur de vastes espaces de part et d'autre de l'Ob, de l'Oural jusque vers l'Ienisseï, mais ne sont représentées que par des populations peu nombreuses (25 000 individus environ au total).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université de Paris-XIII, président fondateur de l'Institut international Charles-Perrault

Classification

Autres références

«  FINNO-OUGRIENNES LANGUES  » est également traité dans :

ÉPOPÉE

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER, 
  • Maria COUROUCLI, 
  • Jocelyne FERNANDEZ, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT, 
  • Altan GOKALP, 
  • Roberte Nicole HAMAYON, 
  • François MACÉ, 
  • Nicole REVEL, 
  • Christiane SEYDOU
  •  • 11 800 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le monde finno-ougrien »  : […] L'inventaire des genres épiques dispersés dans l'immense diaspora finno-ougrienne – essentiellement localisée, à l'exception du hongrois, dans des contrées nordiques qui vont de la Norvège à la Sibérie occidentale – fait appel à quelques notions clés : parenté étroite entre prose et poésie épiques, absence de démarcation entre poésies épique et lyrique dans la tradition orale. Si l'existence d'un […] Lire la suite

LAPONS

  • Écrit par 
  • Jean-Luc MOREAU
  •  • 3 012 mots

Dans le chapitre « Une origine controversée »  : […] La langue lapone – il vaudrait mieux dire les parlers lapons, tant l'écart est grand entre les différents dialectes – fait partie de la famille finno-ougrienne. Si la géographie, d'une part, de nombreuses ressemblances, surtout lexicales, de l'autre, suggèrent une parenté plus étroite avec les langues de la branche fennique (finnois, estonien, etc.), rien dans l'état actuel des connaissances ne […] Lire la suite

MARI, ethnie

  • Écrit par 
  • Charles URJEWICZ
  •  • 878 mots

Connus dans le passé sous le nom de Tchérémisse (ce nom apparaît dans les manuscrits du x e  siècle), les Mari se nomment eux-mêmes mar , mari , marii , mar signifiant homme. Ils vivent essentiellement dans les régions centrales de la Volga. Environ 345 000 d'entre eux habitaient la république des Mari (ou Marii El). La région autonome des Mari a été créée en 1920, avant de devenir en 1936 républ […] Lire la suite

MORDVE

  • Écrit par 
  • Charles URJEWICZ
  •  • 670 mots
  •  • 1 média

Nationalité de langue finno-ougrienne, les Mordve était au nombre de 1 073 000 lors du recensement de 1989 (0,7 p. 100 de la population soviétique totale). Le territoire des Mordve devint en 1930 une région autonome, et en 1934 république socialiste soviétique autonome des Mordve. En janvier 1991, elle proclame sa souveraineté sous le nom de république de Mordovie. La capitale, Saransk, comptait 3 […] Lire la suite

SAMOYÈDES

  • Écrit par 
  • Anca STAHL
  •  • 107 mots

On désigne par le nom de Samoyèdes plusieurs groupes ethniques (Nenets, Enets, Nganassan, Selkoup) répartis sur un vaste territoire compris entre l'Oural et l'Ienisseï. Les Samoyèdes jouxtent au nord le littoral arctique. Les Ostiak, qui habitent le long de l'Ob et de l'Ienisseï, s'interposent entre les Samoyèdes du Nord et les Samoyèdes du Sud. Du point de vue linguistique, les Samoyèdes appartie […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean PERROT, « FINNO-OUGRIENNES LANGUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/langues-finno-ougriennes/