AGGLUTINANTES LANGUES

ASIANIQUES

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 373 mots

Dénomination attribuée aux anciens habitants de l'Asie antérieure qui n'appartenaient ni au groupe des Sémites ni à celui des Indo-Européens. Dans le Proche-Orient du ~ II e  millénaire, appartenaient aux peuples asianiques les Proto-Hittites ou Nésites du centre de l'Asie Mineure ; les Hourrites dans la partie septentrionale du bassin du Tigre et de l'Euphrate ; les Vanni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asianiques/#i_22729

FINNO-OUGRIENNES LANGUES

  • Écrit par 
  • Jean PERROT
  •  • 1 912 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Analogies »  : […] En dépit des influences subies, les langues finno-ougriennes, dont les différents groupes sont aujourd'hui étrangers les uns aux autres (pour un Finnois, l'intercompréhension s'établit facilement avec un Estonien, mais le hongrois est une langue étrangère comme les autres), sont reliées entre elles par des caractéristiques qui dénoncent leur origine commune. La morphologie est fondée sur le princi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langues-finno-ougriennes/#i_22729

LANGUES TYPOLOGIE DES

  • Écrit par 
  • Loïc DEPECKER
  •  • 8 357 mots

Dans le chapitre « Langues isolantes, agglutinantes et flexionnelles »  : […] L'attention particulière portée à la comparaison des langues, aux fins de reconstruction de la « langue » ou du prototype d'origine, conduit à élaborer diverses classifications. Hypothèses qui visaient essentiellement à expliquer l'évolution des langues depuis l'origine. Ainsi de la classification, héritée du xix e  siècle, en langues isolantes, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/typologie-des-langues/#i_22729

TURCO-MONGOLES LANGUES ET LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Louis HAMBIS
  •  • 10 304 mots

Dans le chapitre « Ressemblances et différences »  : […] Les langues turques et mongoles entrent dans la catégorie des langues agglutinantes dans lesquelles la flexion n'existe pas et qui, pour remédier à cette situation, constituent un mot en joignant à la racine un ou des suffixes appropriés auxquels est ajoutée une désinence. La racine qui n'existe pas à l'état libre dans les langues à flexion peut être employée seule dans les langues altaïques (imp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langues-et-litteratures-turco-mongoles/#i_22729