SYRIAQUE LANGUE

ALPHABET

  • Écrit par 
  • Gilbert LAFFORGUE
  • , Universalis
  •  • 3 456 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'alphabet araméen et sa descendance »  : […] L'alphabet araméen a été tiré du système phénicien par les scribes du royaume de Damas au ix e siècle avant J.-C. Sa forme cursive, plus pratique que celle du phénicien et répandue par les déportés araméens, connaîtra une singulière diffusion en Asie. Adopté par les rois d'Assyrie ( viii e s.), il sert parallèlement aux cunéiformes, qu'il supplante sous l'empire achéménide ( vi e - iv e s.) don […] Lire la suite

APHRAATES, syriaque AFRAHAT (mort apr. 345)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 112 mots

Le plus ancien des Pères de l'Église syriaque dans l'empire perse, au temps de la persécution de Sapor le Grand. Moine, peut-être au monastère de Mar Mattaï (Saint-Matthieu) près de Mossoul, Aphraates ne semble pas avoir été évêque. On a conservé de lui vingt-trois homélies ou traités ou encore démonstrations, qui traitent de la foi, de la charité, de l'ascèse, de la pénitence, du Christ fils de D […] Lire la suite

BARDESANE (154 env.-env. 222)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 299 mots

Philosophe, astrologue et poète d'Édesse. Converti au christianisme, Bardesane (Bar Dīṣān, en syrien Ibn Dayṣān) vécut à la cour Abgar IX d'Édesse. Il composa en langue syriaque de nombreux ouvrages, dont il reste peu de chose : un Dialogue des lois du pays , retrouvé dans son texte syriaque original et peut-être identique au traité Sur le destin qui fut rédigé par son disciple Philippe et dont E […] Lire la suite

BAR HEBRAEUS IBN AL-‘IBRĪ dit (1225-1286)

  • Écrit par 
  • Claude CAHEN
  •  • 183 mots

Auteur chrétien monophysite d'ascendance juive, Abū l-Faradj al-‘Ibrī, devenu célèbre sous le pseudonyme de Bar Hebraeus, est le dernier et le plus grand des historiens de langue syriaque, auteur d'une multitude d'œuvres de semi-vulgarisation. Il est surtout connu pour une Chronographie qui participe à l'esprit interconfessionnel de l'État mongol et repose sur des sources syriaques, arabes, et, p […] Lire la suite

BARUCH LIVRES DE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 700 mots

Tout comme Hénoch, Moïse, Esdras et d'autres, Baruch, fils de Néri et confident de Jérémie, fut, dans le judaïsme préchrétien, le héros et le patron de toute une série d'œuvres littéraires. Sur ce personnage aussi, les Juifs transmettaient un lot de légendes marquantes. Le Livre de Baruch (ou Premier Livre de Baruch) est un petit ouvrage biblique, deutérocanonique (« apocryphe » selon la classific […] Lire la suite

CHAMITO-SÉMITIQUES LANGUES

  • Écrit par 
  • David COHEN
  •  • 2 791 mots

Dans le chapitre « Tableau des langues chamito-sémitiques »  : […] Le berbère , parlé aujourd'hui au Maghreb, en Libye, au Sahara, ne nous est connu pratiquement que sous sa forme moderne. Il est probable cependant que les inscriptions dites libyques découvertes en Afrique du Nord, et dont la seule datée remonte à 139 avant J.-C., représentent une forme de berbère. Le guanche , qui a été parlé aux Canaries jusqu'au xvii e siècle, a été souvent rattaché à l'ensem […] Lire la suite

ÉPHREM LE SYRIEN saint (306 env.-373)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 478 mots

Né à Nisibe (Mésopotamie) de parents chrétiens, Éphrem subit profondément l'ascendant du rude et tendre évêque de sa ville natale, Jacques (303-338). De cette époque date probablement sa vocation de « moine à domicile », comme on en trouve beaucoup d'exemples dans son milieu. Sous Vologèse (346-361), le successeur de Jacques, il est un maître en renom. En sa qualité de diacre (il se refusera toujo […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Dans le chapitre « Les débuts de la philosophie arabo-islamique »  : […] Évoquant les « sages des Arabes » d'avant l'islam, le théologien et historien des doctrines Abū l-Fatḥ al-Šahrastānī ( vi e  s. hég./ xii e  s. apr. J.-C.) les présente comme « un groupe peu important dont les maximes consistent en saillies du caractère et en coups de génie ». Sans préciser davantage ce qu'il pouvait considérer comme leurs productions, il les rattache ainsi à l'ensemble des littér […] Lire la suite

JACQUES DE SAROUG (451 env.-521)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 79 mots

Évêque de Batna près d'Édesse, Jacques de Saroug est l'auteur (en syriaque) d'homélies en vers ( Memré ) et d'hymnes ( Madresché ), qui ne sont pas tous d'une authenticité assurée, et de lettres où sont exprimées ses tendances monophysites. On notera qu'au sujet de Marie il enseigne qu'elle a, par sa maternité, coopéré au salut, qu'elle n'était pas exempte de péché, mais qu'elle en a été libérée a […] Lire la suite

PHILOXÈNE DE MABBOUGH (450?-env. 523)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 124 mots

Évêque de Mabbough (Hiérapolis en Syrie euphratésienne), Philoxène (en syriaque, Xenaïas) fut, à cause de son monophysisme, exilé par l'empereur jusqu'en Thrace, où il mourut. Il eut une activité littéraire considérable : c'est un des classiques de la littérature chrétienne syriaque. Il a laissé une soixantaine d'ouvrages exégétiques, dogmatiques, ascétiques, liturgiques. Sa théologie est puissant […] Lire la suite