LANGUE & PAROLE, linguistique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une « linguistique de la langue »

En distinguant la langue de la parole, Saussure établit donc la légitimité d'une « linguistique de la langue », par différence avec des « linguistiques de la parole », qu'il considère comme des domaines radicalement distincts du premier. Pour lui, en effet, l'étude des phénomènes linguistiques « externes » (comme par exemple les relations qu'entretient la langue avec la civilisation, l'histoire politique, les institutions, la géographie, la littérature, etc.) ne touche pas aux éléments internes, car « la langue est un système qui ne connaît que son ordre propre ». Afin d'illustrer ce point, Saussure introduit une comparaison avec le jeu d'échecs : que ce jeu soit passé de Perse en Europe est d'ordre externe ; en revanche, diminuer ou augmenter le nombre de pièces est d'ordre interne, c'est-à-dire de nature à modifier le système même.

Selon Saussure, la langue participe de l'ensemble des systèmes de signes (écriture, rites symboliques, formes de politesse, etc.), dont l'étude relève d'une « sémiologie », c'est-à-dire d'une science générale de la vie des signes au sein de la vie sociale. La tâche du linguiste consistera donc à définir la spécificité de la langue parmi les différents types de faits sémiologiques. Totalement indépendante du développement contemporain de la théorie sémiotique de C. S. Peince (1839-1914), cette inscription de la linguistique dans le cadre de la sémiologie contribuera par la suite à faire émerger, au sein du courant structuraliste, une sémiologie d'inspiration linguistique ainsi qu'une réflexion générale sur la place de la langue au sein des autres systèmes de signes (voir, entre autres, les travaux de N. S. Troubetzkoy, Roman Jakobson et L. T. Hjelmslev).

Pour appréhender la langue, et la distinguer des faits de parole, Saussure propose la série de caractéristiques suivantes :

– la langue relève de l'ordre du social, alors que la parole constitue un acte individuel : la langue est extérieure à l'individu, qui ne peut n [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  LANGUE & PAROLE, linguistique  » est également traité dans :

CASSIN BARBARA (1947- )

  • Écrit par 
  • Jean-Baptiste GOURINAT
  •  • 997 mots
  •  • 1 média

Philosophe qui travaille sur le pouvoir du langage, Barbara Cassin est une spécialiste de la philosophie antique, et notamment des présocratiques, de la sophistique et d’Aristote . Elle s’est fait connaître d’un public plus large par ses travaux sur la traduction. Ce parcours, tout entier consacré à l’étude de ce que peut la langue, l’a amenée à être élue à l’Académie française le 3 mai 2018. Le 2 […] Lire la suite

CATÉGORIES LINGUISTIQUES

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 286 mots

Malgré les fréquents glissements que l'on constate dans l'usage et qui tendent à confondre l'emploi de ce mot avec celui de classe, on peut, au sens étroit, assigner au terme de catégories un rôle essentiellement métalinguistique : en effet, alors que la classe est l'ensemble des éléments de la langue présentant telle ou telle propriété, ce qui les rend mutuellement substituables, catégorie renvoi […] Lire la suite

CODE, linguistique

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 562 mots

La langue n'est qu'une variété de code, soit un ensemble préarrangé de signaux. Les linguistes ont souvent exploité la ressemblance qu'il y avait entre tout processus de communication (y compris lorsque émetteur et/ou récepteur sont des machines) et le langage. Ainsi, on suppose l'existence d'une mémoire dans laquelle sont stockées toutes les formes auxquelles il est possible d'accéder lors de l'o […] Lire la suite

COMPÉTENCE & PERFORMANCE, linguistique

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 388 mots

Dans la terminologie de la grammaire générative, le comportement linguistique d'un locuteur est défini par un couple de concepts : compétence, ou savoir linguistique du locuteur, et performance, ou réalisation concrète de ce savoir linguistique dans des actes de communication, qu'il s'agisse d'émission (le sujet fait des phrases) ou de réception (le sujet comprend des phrases). Si la compétence pe […] Lire la suite

COURS DE LINGUISTIQUE GÉNÉRALE, Ferdinand de Saussure - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gabriel BERGOUNIOUX
  •  • 854 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Langue et parole »  : […] La pertinence des propositions saussuriennes s'établit à partir du moment où les signes ne sont plus conçus comme une collection d'unités (un lexique en ordre alphabétique par exemple) mais comme l'actualisation des potentialités d'un système – ou structure – partagé par une communauté linguistique, c'est-à-dire d'une langue , par opposition à la parole , qui marque son expression individuelle. L […] Lire la suite

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La déconstruction »  : […] On appelle déconstruction les lectures de textes littéraires qui s'inspirent de la réflexion philosophique de Jacques Derrida sur la phénoménologie et le structuralisme, en jouant l'un contre l'autre et vice versa. Le passage au poststructuralisme a lieu par la critique et la radicalisation du saussurianisme, l'insistance sur la textualité et la différence au détriment du prétexte et de la référe […] Lire la suite

DIACHRONIE ET SYNCHRONIE, linguistique

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 197 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Deux approches de l'étude de la langue  »  : […] Avant Saussure , les deux points de vue étaient assez largement confondus : ainsi les tenants de la linguistique historique du xix e  siècle (comparatistes et néo-grammairiens) tendaient-ils à tout expliquer – y compris les faits synchroniques – en termes diachroniques. C'est à Saussure qu'il revient d'avoir exposé la nécessité méthodologique et théorique de distinguer les deux perspectives, et j […] Lire la suite

DIALECTES ET PATOIS

  • Écrit par 
  • Pierre ENCREVÉ
  •  • 2 882 mots

Dans le chapitre « L'aspect linguistique »  : […] Si l'usage péjoratif courant des termes « dialecte » et « patois » révèle l'absolue inégalité de statut socio-politique des parlers humains, la linguistique générale fait de ces termes une utilisation dépourvue de tout jugement de valeur. Elle affirme, au contraire, l'égalité absolue de tous les idiomes quant à leur nature propre. C'est que l'emploi strictement linguistique du terme « langue », d […] Lire la suite

ÉNONCIATION

  • Écrit par 
  • Oswald DUCROT
  •  • 7 982 mots

La prise en considération systématique de l' énonciation n'est devenue habituelle que depuis les années 1960, à l'intérieur de la linguistique dite moderne ou scientifique. Bien qu'on puisse déjà observer cette attitude dans divers ouvrages de Charles Bally ou d'Henri Frei, sa popularité date des Problèmes de linguistique générale d'Émile Benveniste (1966), dont la section V porte le titre signif […] Lire la suite

FONCTIONNALISME, linguistique

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 545 mots

On regroupe sous le terme « fonctionnalisme » un ensemble de courants qui, insistant sur le rôle essentiel de la langue comme instrument de communication, se donnent pour objectif de caractériser dans cette perspective les diverses fonctions des éléments linguistiques. La question fondamentale pour un fonctionnaliste est donc la suivante : à quoi tel élément de la langue sert-il – en d'autres ter […] Lire la suite

FOUS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques LECERCLE
  •  • 5 640 mots

Dans le chapitre « Situations du locuteur »  : […] Si le fou littéraire se laisse aller à quelque excès langagier, on voit qu'il ne fait que suivre l'exemple de la langue. La différence avec le locuteur « normal » est que celui-ci s'arrête plus tôt, résiste mieux aux sollicitations de son langage. Cela montre cependant la fragilité de la maîtrise du locuteur sur sa parole. Cette perte de maîtrise n'est pas le propre du fou littéraire, et l'on peu […] Lire la suite

HEIDEGGER MARTIN

  • Écrit par 
  • Jean BEAUFRET, 
  • Alphonse DE WAELHENS, 
  • Claude ROËLS
  •  • 5 248 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Langue et parole »  : […] À la question de la technique répond la question de la langue ou de la parole, s'il est vrai qu'aujourd'hui, selon le mot de Ernst Jünger : « La technique est non seulement la véritable langue universelle, mais la seule » (« Volants », in Rivarol et autres essais ). On a pris l'habitude, dès le début des Temps modernes (Descartes et Leibniz), d'interpréter la langue comme un système de signes. À p […] Lire la suite

INTRODUCTION À L'ŒUVRE SUR LE KAVI, Wilhelm von Humboldt - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gabriel BERGOUNIOUX
  •  • 804 mots

Dans le chapitre « « Une activité en train de se faire » »  : […] Il est paradoxal que ce soit dans un livre inachevé, consacré au kavi, la langue littéraire ancienne de l'Indonésie – et notamment dans le fragment intitulé Sur la différence de construction du langage dans l'humanité et l'influence qu'elle exerce sur le développement de l'espèce humaine  –, que Humboldt fasse l'exposé le plus tranché de la première de ces conceptions, illustrant une opposition à […] Lire la suite

LANGAGE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 304 mots

Dans le chapitre « La langue : un système ? »  : […] La linguistique du xx e  siècle s’est penchée sur la notion de « langue ». Ce fut le cas du pionnier en ce domaine que fut le Suisse Ferdinand de Saussure (1857-1913). La parole , parce qu’elle est individuelle et largement insaisissable, ne doit pas préoccuper le linguiste, qui va concentrer son attention sur la «  langue  ». Qu’est-ce que la langue ? « C’est à la fois un produit social de la f […] Lire la suite

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Phénoménologie du langage »  : […] Comment la réalité doit-elle être faite pour que des signes apparaissent qui la représentent et la désignent ? Cette question était posée à partir du langage dans les philosophies antérieures : c'était le problème de la référence, et plus précisément de la référence identifiante qui, avec Strawson, conduisait hors du langage et débouchait sur la notion des particuliers de base, corps et personnes […] Lire la suite

LANGUE REGISTRES DE

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 840 mots

On appelle « registres de langue » les usages que font les locuteurs des différents « niveaux de langue » disponibles, en fonction des situations de communication. Ces usages relèvent de la « parole » telle que la définit Ferdinand de Saussure (1857-1913), c'est-à-dire de l'utilisation effective de la langue : c'est pourquoi on parle également de « registres de la parole ». La notion de « niveau […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Théories

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 6 894 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Langue et parole »  : […] L'opposition langue/parole, qui a connu une grande fortune, vise à distinguer le langage comme fait social et le langage comme fait individuel. Assez mal définie sur le fond, cette opposition a donné lieu à diverses réinterprétations ultérieures : code objectif indépendant des utilisateurs/acte libre d'utilisation de ce code par les sujets, code universel/codes particuliers (ou « idiolectes »), a […] Lire la suite

LOCUTEUR

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 606 mots

Dans le schéma de communication, on donne le nom de locuteur à la personne qui parle ; on l'appelle aussi parfois émetteur ou destinateur. Le locuteur s'oppose alors à l'auditeur ou, dans ces autres terminologies, au récepteur ou destinataire. La notion de locuteur a l'avantage de cerner une fonction mobile dans la situation de parole, ce qui a des implications à la fois psycho-linguistiques et sé […] Lire la suite

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « Où tout devient jeu »  : […] Forme médiévale de la théorie de la référence, la théorie de la suppositio est souvent réduite à une simple taxinomie. C'est oublier que, même si elle occupe une part notable des sommes de logique, l'analyse des modi supponendi n'a jamais été une fin en soi. Les suppositiones sont un outil analytique, le plus général de tous, un outil fait pour servir. La suppositio est la propriété référentie […] Lire la suite

Pour citer l’article

Catherine FUCHS, « LANGUE & PAROLE, linguistique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-parole-linguistique/