TAMOULES LANGUE & LITTÉRATURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La littérature dévotionnelle

L'opposition n'est pas absolue entre un Saṅgam « séculier » et la littérature dévotionnelle qui éclôt vers le vie siècle. Le Paripāṭal faisait pressentir le lyrisme religieux qui va constituer du viiie au ixe siècle le second sommet de la littérature tamoule, expression poétique de la dévotion ( bhakti ) à Śiva et Viṣṇu. Distincts des préoccupations moralisatrices bouddhistes ou jain, comme du dogmatisme du cycle gnomique, étrangers à la spéculation théologique pure, hostiles au ritualisme, les chants dévotionnels sont d'abord une célébration lyrique. L'élément épique et purānique y est fondamental, et l'expression plus fortement sanskritisée, mais la leçon du Saṅgam n'est pas oubliée, notamment en ce qui concerne les phases du sentiment amoureux que l'on transpose en amour de Dieu. Deux recueils s'élaborent, l'un śivaïte, l'autre viṣṇuite, fort analogues en fait, bien qu'un sectarisme ultérieur les oppose. Ils ont en commun la ferveur du dévot qui se veut l'esclave de son Dieu qu'il préfère contempler à l'ombre de ses pieds plutôt que se fondre en lui, la conception hindouiste d'un dieu à la fois réalité suprême et permanente illusion, le choix des épithètes de louange et même des thèmes pour un poème entier, parfois aussi le goût de l'invective envers les hérétiques bouddhistes et surtout jains, ainsi que – et on peut le regretter – un sens du merveilleux hagiographique qui tient lieu d'histoire. Psaumes et cantiques du pays tamoul, ils s'intègrent à la liturgie et contribuent à alimenter de leur contenu philosophique implicite (élaboré par d'innombrables commentaires chez les viṣṇuites) les mouvements sectaires des siècles suivants, dans le Śaivasiddhānta ou chez les Śrivaiṣṇava ; leur influence dépasse ainsi largement les frontières du Tamilnādu.

Du côté shivaïte, le Tēvāram est le recueil de trois auteurs : Appar (première moitié du viie s.), jain converti, mystique au lyrisme sobre et dense ; Campantar, son contemporain, plus jeune, plus érudit, et infatigable pourfendeur des jains ; Cuntarar enfin (début du viiie s.), chantre moin [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, directeur de l'École française d'Extrême-Orient

Classification


Autres références

«  TAMOULES LANGUE & LITTÉRATURE  » est également traité dans :

AGASTYA

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 510 mots

Sage légendaire indien, Agastya a joui d'une popularité qui fut grande surtout dans le Sud de l'Inde et qui s'est propagée jusque dans l'ancienne Java. Les récits sur son origine et ses exploits diffèrent selon les époques. Dans les textes védiques il est un rishi ( ṛṣi ), un des voyants qui ont révélé les hymnes védiques. Il est fils du couple des dieu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agastya/#i_42862

ĀLVĀR

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 1 254 mots

Les Āḻvār (« Plongés » en Dieu) sont des poètes tamouls du sud de l' Inde, révérés comme saints, auteurs de poèmes de dévotion à Viṣṇu, et dont le groupe fait pendant au groupe des dévots de Śiva, les Nayanmār. Les transports de la mystique animent leurs œuvres qui marquent l'essor d'un grand mouvement religieux, la bhakti. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alvar/#i_42862

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Grammaire et langage dans l'Inde ancienne

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 3 029 mots

Dans le chapitre « Grammaires dravidiennes »  : […] Le tamoul a la littérature la plus ancienne, qui remonte aux environs du début de l'ère chrétienne. Le texte le plus ancien qui nous en soit parvenu est peut-être le Tolkāpiyam , traité de grammaire et de poétique. Cette œuvre très originale, où l'on ne voit que sous forme de traces l'influence de la grammaire sanskrite, a le mérite de dégager des traits propres au tamoul. De […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaires-histoire-des-grammaire-et-langage-dans-l-inde-ancienne/#i_42862

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 498 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « L'apogée tamoul »  : […] À l'époque de Harṣa, l'ancienne dynastie des Pallava acquiert la prééminence dans l'Inde dravidienne. Cet apogée se prolonge durant le viii e  siècle. Les Pallava continuent de favoriser la propagation du brahmanisme et du sanskrit, dont leur capitale Kāñcīpuram devient le grand foyer méridional. Leur époque représente par ailleurs l'un des âges l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_42862

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 532 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Groupes et sous-groupes linguistiques »  : […] Le recensement actuel des langues dravidiennes est le suivant, avec quelques incertitudes dans les chiffres, qui fixent au moins un ordre de grandeur. Quatre langues écrites, langues officielles de quatre États de l'Union indienne, ont une longue tradition littéraire : le tamoul (48 millions de locuteurs, État du Tamilnād, ex-Madras ; seconde langue de Sri Lanka, troisième langue de la Malaisie, p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-langues-et-litteratures/#i_42862

MALAYĀḶAM LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • François GROS
  •  • 1 469 mots

Le malayāḷam, langue officielle du Kēraḷa, est parlé aussi aux îles Laquedives, ainsi que par les minorités malayāli du Sud-Est asiatique, soit environ 34 millions de locuteurs. Langue dravidienne, elle est si proche du tamoul malgré des divergences phonétiques, morphologiques ou sémantiques profondes, qu'on a conclu parfois à tort à un rapport de filiation entre les deux langues, thèse aujourd' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-malayalam/#i_42862

ŚIVA ou SHIVA ET SHIVAÏSME

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 8 174 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le shivaïsme tamoul »  : […] Comme son homonyme sanskrit, le śaivasiddhānta tamoul se fonde sur les āgama śivaïtes. Il prétend aussi se fonder sur les veda. Les doctrines, rigoureusement organisées, qu'il enseigne sont très voisines de celles du śaivasiddhānta sanskrit. Mais il s'en sépare sur quelques points fondamentaux, puisqu'il s'oriente vers une conception unitaire du principe suprême et du monde phénoménal. Il ne perd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/siva-shiva-et-shivaisme/#i_42862

Voir aussi

Pour citer l’article

François GROS, « TAMOULES LANGUE & LITTÉRATURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-tamoules/