PROVENÇALES LANGUE & LITTÉRATURE

ARNAUD ou ARNAUT DANIEL (actif de 1180 à 1200)

  • Écrit par 
  • Joël SHAPIRO
  •  • 603 mots

Ezra Pound nous met en garde : « Aucune étude de la poésie européenne ne saurait prétendre au sérieux si elle ne commence tout d'abord par une étude de cet art en Provence », écrit-il. Arnaud Daniel fut certainement, parmi les troubadours, l'un des plus habiles artisans de l'ancien provençal. Dante lui-même en fait un vif éloge dans le « Purgatoire », où il le surnomme « le meilleur forgeron de sa […] Lire la suite

AUBE CHANSON D'

  • Écrit par 
  • Jean FRAPPIER
  •  • 1 153 mots

Deux amants, dont la nuit a favorisé la rencontre, déplorent l'approche du jour, venu trop tôt à leur gré : tel est le thème de la « chanson d'aube », genre lyrique des xii e et xiii e  siècles, ou simplement « aube », d'après la transposition française du mot alba qui désigne le genre dans la poésie provençale, où il est plus richement représenté que dans celle du Nord. S'il est un thème répand […] Lire la suite

CHANSONS, Arnaut Daniel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 1 000 mots

Dans le chapitre « Chanter la joie d'amour »  : […] Comme l'a très justement rappelé Martin de Riquer, plus qu'un poète hermétique, un adepte du trobar clus , Arnaut Daniel est un poète obsédé par les recherches formelles. Il a moins cherché à renouveler les thèmes du trobar qu'à créer un nouveau langage poétique, à donner une résonance inouïe à des mots et à des motifs déjà bien banalisés lorsqu'il compose son œuvre. De la topique courtoise, Arna […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - Les langues régionales

  • Écrit par 
  • Jean SIBILLE
  •  • 3 695 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « France métropolitaine  »  : […] –  Français et « langues d'oïl » . Parmi les langues issues du latin, on distingue classiquement la langue d'oïl (au singulier) au nord de l'ancienne Gaule et la langue d'oc , au sud. Le français standard est une forme codifiée de la langue d'oïl, issue principalement des parlers centraux de l'Île-de-France et de l'Orléanais (que certains linguistes appellent francien). Le terme de langues d'oïl […] Lire la suite

GELU VICTOR (1806-1885)

  • Écrit par 
  • Claude BURGELIN
  •  • 156 mots

Boulanger marseillais, qui a connu, grâce à ses chansons écrites en provençal, une très grande célébrité dans sa ville natale. Poète véritablement populaire, au parler dru et aux images colorées, Gelu sait évoquer avec plus que du réalisme le Vieux-Port, ses truands et ses portefaix, ses travailleurs et ses gueux bavards et soliloqueurs. Ses chansons restent attachées aux traditions et aux mœurs d […] Lire la suite

MISTRAL FRÉDÉRIC (1830-1914)

  • Écrit par 
  • Charles CAMPROUX
  •  • 1 101 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le poète et son œuvre »  : […] Quand Lamartine, dans son quarantième Entretien du Cours familier de littérature , rendit célèbre Mistral, le poète avait vingt-neuf ans. « Un grand poète épique est né », « un vrai poète homérique », s'écriait Lamartine. « Nous ne te demandons d'où tu viens ni qui tu es : Tu Marcellus eris  », ajoutait-il, après avoir parlé du « poète villageois de Maillane », ce qui correspondait parfaitement au […] Lire la suite

OCCITANES LANGUE ET LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre BEC, 
  • Charles CAMPROUX, 
  • Philippe GARDY
  •  • 7 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les dialectes occitans »  : […] L'ensemble occitan présente trois inflexions dialectales spécifiques : le nord-occitan, l'occitan moyen et le gascon . Le nord-occitan est essentiellement caractérisé par la palatalisation ancienne, de type oïlique , de ca et de ga latins en [tša] et [dža]  : cantat > chanta , gallus > jal. Le nord-occitan comprend : le limousin (qui couvre le nord du département de la Dordogne, la Corrèze, la […] Lire la suite

SORDEL ou SORDELLO (1200 env.-? 1269)

  • Écrit par 
  • Joël SHAPIRO
  •  • 545 mots

Le plus grand troubadour italien en langue provençale, Sordel mena une vie qui reste sur bien des points un mystère. Sa « vida » officielle raconte qu'il était originaire de Mantoue, fils d'un chevalier pauvre nommé El Corte, et qu'il vivait à la cour du comte San Bonifaci : il tomba éperdument amoureux de la femme de ce dernier, Cunizza, et prit la fuite avec elle. Autour de Sordel naquit un myth […] Lire la suite