OCCITANES LANGUE ET LITTÉRATURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La langue occitane

Les grands traits typologiques de l'occitan

Les traits typologiques de l'occitan présentés ici, évidemment de manière sélective, concernent essentiellement l'occitan moyen. Ils ont en outre été choisis en fonction de leur caractère oppositionnel face au français.

Phonétique

Le vocalisme se caractérise par la chute gallo-romane des voyelles finales atones autres que -a : mūru > mur, flōre > flor, mais pǒrta > pòrta, par l'absence de diphtongaison romane « spontanée » : cǒr > còr, pěde > mais diphtongaison conditionnée : lěctu > lièit, nǒcte > nuèit ; bǒve > buòu, par le maintien de la diphtongue au : causa > causa, *ausāre > (g)ausar et par la palatalisation gallo-romane du ū latin (> [ü]) : lūna > luna, matūrus > madur.

Le consonantisme se définit par l'absence de palatalisation de ca- et de ga- (sauf en nord-occitan) : cantāre > cantar, gallu > gal (mais nord-occitan : chantar, jal), par la chute de l'-n « instable », sans traces de nasalisation (sauf en gascon et provençal) : pane > [pa], vīnu > [bi], běne > [bé] (graphie : pan, vin, ben), par la vocalisation du [d], dans le groupe intervocalique -dr-, qui devient [y] : crēděre > creire, raděre > raire ; patre > paire, latrōne > lairon, par le passage de -d- intervocalique primaire à [z] (ou amuïssement en nord-occitan) : sūdāre, > susar, nūda > nusa, laudat > lausa, par la conservation (localisée) des anciennes affriquées romanes : diǔrnu > jorn [džur/dzur], *jěctāre > getar [džéta/dzéta], gělu > gèl [džèl/dzèl], par la palatalisation du groupe [yt] < -ct- (sauf pour le gascon et les parlers limitrophes) : factu > fait/fach, facta > facha, lacte > lach, lěctu > lièch et par la solidité des consonnes finales (du moins en gascon et en languedocien) : prat, prats ; amic, amics ; lop, lops.

Morphosyntaxe

À l'étape ancienne, il y a maintien de la déclinaison gallo-romane à deux cas ; cas-sujet : lo murs (singulier), li mur (pluriel) / cas-régime : lo mur (singulier), los murs (pluriel) ; on trouve aussi un conditionnel synthétique en -ra, remontant au plus-que- [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages


Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université Paul-Valéry, Montpellier
  • : professeur à l'université de Poitiers, ancien directeur du Centre d'études supérieures de civilisation médiévale
  • : directeur de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  OCCITANES LANGUE ET LITTÉRATURE  » est également traité dans :

BERNARD DE VENTADOUR (1145 env.-env. 1195)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 256 mots

La poésie du troubadour Bernard de Ventadour est considérée comme l'une des expressions les plus achevées de la langue d'oc. Les quelques éléments de sa vie ne nous sont connus qu'à travers le texte des vidas , ces courtes biographies postérieures d'un demi-siècle au moins et destinées à présenter l'œuvre des troubadours à un auditoire étranger – celui des cours italiennes no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-de-ventadour/#i_6041

CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Hélène HAZERA
  •  • 5 009 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « De la révolution occitane à la chanson populaire »  : […] La Chanson de Roland (vers 1100) et d'autres chansons de geste, psalmodiées, accompagnées d'instruments, les lais de Marie de France, poétesse établie en Angleterre (active entre 1160 et 1185), relèvent-ils de la chanson, hors du système couplets-refrain ? Une chose est certaine : la première grande révolution chansonnière se situe en Occitanie, avec l'apparition des troub […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson-francaise/#i_6041

CHANSONS, Arnaut Daniel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 1 000 mots

Du troubadour Arnaut Daniel, « gentilhomme de Ribérac » (comme le dit Aragon dans La Leçon de Ribérac ou l'Europe française) et né vers 1150-1160, ont été conservées peu de choses : un sirventès (poème satirique) obscène, seize cansos (chansons d'amour) et une « sextine », forme très complexe dont il est l'inventeur. Un ensemble […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chansons/#i_6041

LAFONT ROBERT (1923-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 242 mots

Écrivain et linguiste occitan. Robert Lafont est né à Nîmes en 1923. En 1945, il participe à la fondation de l'Institut d'études occitanes, qui vient remplacer la Société d'études occitanes qui s'était discréditée durant l'Occupation. En 1950, il en devient le président, un poste qu'il occupera jusqu'en 1981. Professeur à l'université de Montpellier, écrivant aussi bien en occitan qu'en français […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-lafont/#i_6041

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles CAMPROUX, Pierre BEC, Philippe GARDY, « OCCITANES LANGUE ET LITTÉRATURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-occitanes/