HINDĪ LANGUE & LITTÉRATURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le hindī moderne

Développement et standardisation

Le hindī, terme persan, désigne à l'origine toutes les langues régionales apparentées de la plaine indo-gangétique. En tant qu'expression de la culture hindoue, les musulmans lui donnent aussi le nom de « hindoui » qui est attesté dès le xiie siècle. Au xviie siècle, les voyageurs européens mentionnent l'hindustānī, langue courante généralement écrite en caractères persans. À l'origine, le hindī est une variété de braj appartenant à la zone de transition de Miraṭ. Elle atteste donc l'influence du penjābi qui la délimite à l'ouest. Cette variété est naturellement adoptée pour l'usage courant par les envahisseurs musulmans qui s'installent dans la région dès le xiiie siècle. Elle est, de là, transportée à Delhi et Agrā, les deux grandes capitales des royaumes musulmans successifs. Au contact du persan, langue dominante des musulmans installés en Inde, et du penjābi constamment exporté vers l'Est par la mobilité de cette population très active, cette variété de braj (appelée hindī vernaculaire ou sirhindī) se transforme sur le plan phonétique, morphologique, lexical et syntaxique. Au fur et à mesure que la société urbaine adopte les modes de vie, les goûts et les idées de la cour musulmane, la langue se charge de vocables arabo-persans empruntés aux milieux proches de la cour.

La période de l'empire mogol qui débute avec le règne d'Akbar (1556-1605) voit se former une culture indo-musulmane particulièrement riche. Déjà au xive siècle, la dynastie indépendante Bahamānī installée au Deccan avait adopté le hindī comme langue administrative et adapté l'alphabet persan à sa notation. Un style littéraire par transposition et imitation d'œuvres en persan se forme au Deccan. Il est connu sous le nom de dakkhini hindī ou rekhta (mélangé) et, à partir du xviiie siècle, urdū, terme employé dans le sens de « camp » par Bābar (1526) dans ses mémoires et choisi au xviiie siècle par Sirāj-ud-Din Alī Khān pour désigner le style littéraire basé sur un parler de Delhi nommé urdū-e-muallā, employé par les courtisans.

Au xixe siècle, la situation est la suivante : la littérature, principalement poétique, est écrite soit dans les langues régionales (hindī classique), soit en urdū. La littérature orale en langue courante hindustānī ou dans les diverses langues régionales est liée aux castes inférieures ou aux couches sociales illettrées et ne jouit d'aucun statut littéraire. La langue de cour et de justice restera le persan jusqu'en 1837.

L'installation des missionnaires au Bengale, notamment à Śrīrāmpur (Serampore en anglais) dans le sillage de la East India Company, est un événement important. Ils sont en effet les premiers à introduire l'imprimerie en Inde et à étudier sérieusement les langues vernaculaires, publiant grammaires, dictionnaires et textes. Travaillant dans une plantation d'indigo, le missionnaire baptiste William Carey comprend combien la connaissance des langues parlées par les gens du commun est importante pour la propagation de la foi chrétienne. En 1798, il installe une imprimerie à Śrīrāmpur avec l'aide de C. Wilkins, fonctionnaire de la Compagnie. En 1800, lord Wellesley fonde à Calcutta le Fort William College et utilise les connaissances des missionnaires pour former les jeunes fonctionnaires anglais destinés à travailler en Inde. Avec l'aide de quelques lettrés indiens recrutés sur place, les enseignants du Fort William College s'emploient à faire composer, puis imprimer, des textes dans les diverses langues courantes. Les textes en prose sont soit adaptés de poèmes en langues régionales (braj, avadhi, etc.), soit des transpositions à partir du sanskrit, soit une notation par écrit des kathā (récits profanes ou religieux) qui constituent un genre oral de l'époque. Les missionnaires y trouvent leur compte, car ils ont besoin de connaître l'expression populaire de la religion hindoue afin d'utiliser la même phraséologie et les mêmes images pour faire comprendre la religion chrétienne. Le Nouveau Testament est ainsi traduit en bengālī en 1801.

John Gilchrist (1759-1841), directeur du Fort William College, chirurgien de par son métier, se consacre alors à l'étude de l'hindustānī. Lui-même compose de nombreux livres pour l'étude de cette langue. Sans doute, les Occidentaux sont-ils surpris devant le mélange complexe des différentes variétés linguistiques. [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales.
  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Autres références

«  HINDI LANGUE & LITTÉRATURE  » est également traité dans :

BOLLYWOOD

  • Écrit par 
  • Amandine D'AZEVEDO, 
  • Charles TESSON
  •  • 4 345 mots

Dans le chapitre « Naissance d’un cinéma populaire »  : […] Lorsque le cinéma est devenu un moyen d’expression complet, alliant images et sons, le film populaire a pris pour modèle le théâtre, renouant avec le statut protéiforme qui caractérisera l’art théâtral indien, drame parlé, chanté, avec des moments de danse et de musique. En effet, tout remonterait à Brahmā, le Créateur, à l’origine du monde des arts. « Les dieux demandèrent : ʺPuisqu’il ne convie […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 901 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « « La plus grande démocratie du monde » »  : […] La « République, souveraine et démocratique » qu'est l'Union indienne voit officiellement le jour le 26 janvier 1950 avec la proclamation de sa Constitution. Celle-ci s'inspire du modèle parlementaire britannique, que le colonisateur avait commencé à introduire. Les constituants accordent un poids prépondérant surtout au Premier ministre, qui devient l'homme fort du régime grâce à l'appui de sa m […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 533 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le hindī et l'urdū »  : […] Les principales langues indo-aryennes littéraires d'aujourd'hui, ou néo-indiennes, sont différenciées d'après leurs régions d'extension. Les États qui constituent actuellement l'Union indienne ont été délimités principalement d'après l'usage de leurs langues. Ainsi le Panjab, le Kashmir, le Bengale occidental, l'Orissa, le Gujarat, le Maharashtra sont les régions où l'on parle respectivement le pa […] Lire la suite

JAYADEVA (XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 264 mots

Brahmane bengali à qui est attribué, selon toute vraisemblance, l'un des plus beaux poèmes de la littérature sanskrite, le Gîta-Govinda (la « Célébration du bouvier Krishna »). Si l'on en croit les récits traditionnels, Jayadeva aurait vécu au xii e  siècle, d'abord dans le village de Kindavila (où, actuellement encore, on fête l'anniversaire de sa naissance), puis à la cour du roi Lakshmana (de […] Lire la suite

KABĪR (1440-1518)

  • Écrit par 
  • Charlotte VAUDEVILLE
  •  • 2 672 mots

Kabīr est l'un des noms les plus fameux et les plus révérés dans toute la tradition indienne. Du Pendjab au Bengale et des frontières hymalayennes à l'Inde méridionale, il est connu comme poète, mystique et réformateur religieux par les hindous comme par les musulmans. Il passe aussi pour être le père de la littérature hindī, dont il fut, en effet, le premier grand poète. Ses dates sont incertai […] Lire la suite

LALLŪ LĀL (1763-env. 1825)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 157 mots

Brahmane du Gujarāt, auteur d'un poème qui constitue le premier exemple de la littérature hindie. Le hindi moderne est une langue à demi-artificielle dérivant principalement du dialecte parlé dans la région de Delhi ; à partir de celui-ci fut construit un langage officiel (dit kharîboli  : « langue pure »), qui fut en usage à la cour des Grands Moghols. Favorisé plus tard par les Anglais, cet idio […] Lire la suite

MIRA BAI (1450?-? 1547)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 510 mots

Poétesse et mystique hindoue, Mira Bai composa des chants de louange bhajan dédiés au dieu Krishna, qui demeurent très populaires dans le nord de l'Inde. Princesse rajput née en 1450 ( ?) à Kurki, petit village du Rajasthan (nord-ouest de l'Inde) situé à une trentaine de kilomètres de Merta, Mira Bai est l'enfant unique de Ratan Singh, le frère cadet du chef de Merta. Son éducation royale l'amèn […] Lire la suite

NÉPAL

  • Écrit par 
  • Gilles BÉGUIN, 
  • Benoît CAILMAIL, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Luciano PETECH, 
  • Philippe RAMIREZ
  •  • 16 331 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Hindī et urdū »  : […] Hindous de la Plaine et Musulmans ont comme langue maternelle trois dialectes du hindī : ce sont d'ouest en est l'awadhī, le bhojpuri et le maithilī ; tous, Musulmans compris, utilisent la riche littérature orale de ces dialectes qui comprend notamment plusieurs épopées. Ils lisent aussi la littérature écrite dans ces dialectes entre le xv e et le xix e  siècle ; la contribution propre des habita […] Lire la suite

NOUVELLE

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE, 
  • Antonia FONYI
  •  • 5 206 mots

Dans le chapitre « Une nouvelle naissance »  : […] D'autre part, s'il est vrai que l'Académie française ne crée qu'en 1971 un prix spécial de la nouvelle et l'attribue à Daniel Boulanger, dans les pays qui accèdent à l'indépendance à partir de la fin du xix e  siècle, on assiste à une naissance (non pas renaissance) de la nouvelle ; celle-ci se substitue aux genres traditionnels : contes folkloriques, légendes, littérature de cour, et se propose d […] Lire la suite

PANJĀBĪ LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Denis MATRINGE
  •  • 1 538 mots

Dans le chapitre « Situation dialectale, caractère et statut du pañjābī »  : […] N'ayant jamais joui d'un statut officiel jusqu'en 1966, le pañjābī se compose aujourd'hui encore d'un ensemble de dialectes, parlés dans la vaste aire géographique comprise entre Peshawar, Mithankot et Ambala. La langue standard qui s'est imposée dans la presse, à la radio et à la télévision ainsi que dans la littérature moderne est celle du centre du Panjab, parlée dans la région de Lahore et d'A […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicole BALBIR, Charlotte VAUDEVILLE, « HINDĪ LANGUE & LITTÉRATURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-hindi/